Zydeco Cha Chas

Nathan & the Zydeco Cha Chas – Hang It High, Hang It Low – (Rounder 11661-2164-2)
Septième album de Nathan Williams & the Zydeco Cha Chas pour le label de Scott Billington. A vrai dire, Williams doit être le dernier représentant du Zydeco à figurer dans le catalogue du label de Boston. Neveu du guitariste Harry Hypolite, élevé par son frère aîné Sid, suite au décès de leurs parents, Nathan a commencé très jeune à pratiquer l’accordéon piano.

Bien épaulé, durant ses premiers pas, par Buckwheat Zydeco, l’élève a donc pris en quelque sorte la relève de son mentor pour le label Rounder. L’époque durant laquelle on voyait un tout jeune Nathan tomber dans l’antre du Zydeco, suite à sa découverte du Roi Clifton lors d’un concert, semble bien éloignée ; désormais il semble évident que Nathan figure dans le peloton de tête des nouvelles vedettes du Zydeco.
« Hang It High, Hang It Low » : La première écoute de ce nouvel album risqué de surprendre quelque peu l’auditeur. Si on est ici en présence de la galette la plus aboutie, depuis l’album Live « I’m a Zydeco Hog » avec une qualité de textes de plus en plus riche, c’est cependant le tempo qui étonne. Le ton du CD est beaucoup moins festif que dans les précédents albums. Nul doute que Katrina y soit pour quelque chose (la remarque est également valable pour le dernier opus de C.J. Chenier). Ce farouche défenseur de la culture sud louisianaise semble avoir intégrer une cadence caraïbienne dans le tempo et le groove ; mais ce qui marque c’est aussi l’influence et la présence de plus en plus importantes de Dennis Paul Williams à la guitare. Très porté sur le Jazz, Dennis arrive en quelques phrasés, à apporter une touche au ton général de l’album. Sur les 14 titres proposés, Nathan nous livre 12 originaux. Si le disque marque par une recherche de ligne mélodique parfois novatrice, il convient d’admettre qu’on retrouve dans cet album un peu pour tous les goûts : de la Soul et du R&B avec la relecture de « Fa Fa Fa Fa Fa », standard d’Otis Redding et Steve Cropper, titre dans lequel le frotteur Mark « Chuck » Williams fait des merveilles en déployant un rythme langoureux et très slow down. Le titre 4 « Your Love Lasts As Long As Your Money » est lui aussi d’inspiration Soul. Mais on retrouve, malgré le ton moins festif du disque, 3 titres représentatifs d’un « New Zydeco » dansants et rythmés avec « Zydeco Train », « Hang It High, Hang It Low » (qui donne son nom à l’album, et la reprise instrumentale de Clifton Chenier « Zydeco Cha Chas » (titre qui avait été choisi à l’époque de la création du groupe comme nom de scène). Le Blues n’est pas en reste puisqu’on en retrouve de fortes effluves au travers de titres tels « The Bluest Man » et « I Was Born At Night ». On pourra aussi apprécier l’excellent « Don’t Worry’ Bout The Mule » aux forts accents autobiographiques. Je signale aussi le changement de line up, avec une absence de cuivres et l’esprit familial qui règne et pour cause sur les 6 musiciens du groupe, on retrouve 4 Williams. Et encore les « estrangers » que sont le bassiste Robert Leblanc et le batteur Herman « Rat » Brown sont peut être apparentés à la famille.
Un disque qui devrait ravir tout amateur de Zydeco Nouveau, même si on peut y reprocher l’absence de paroles en créole. Je termine enfin pour signaler la présence de Nathan Junior aux claviers, que tous les textes sont retranscrits dans la pochette, et que l’illustration du visuel avant est l’œuvre de Dennis Paul qui semble non seulement exceller à la guitare mais également aux pinceaux.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?