You can’t judge a book by the cover !

La guitare de Bo Diddley ¯ Marc Villard ¯ Rivages /Noir 471
« Ne jugez pas un livre à sa couverture » est la formule du maître que l’on pourrait attribuer à ce livre. En effet, le graphiste en charge d’exécuter la couverture, a maladroitement placé l’image d’une basse pour représenter la Blue Hawai de Bo Diddley…
Cette fameuse Gretch rectangulaire refusée par l’inventeur du Diddley Beat, va vivre une sacrée aventure dans les quartiers nord d’un Paris très Pulp…
L’auteur de ce conte noir et moderne est véritablement un fan de blues, son récit fourmille de détails et de clins d’œil. C’est un sympathique polar à lire en vitesse pour oublier la rentrée…

Je vous livre le synopsis de la 4e de couv’ pour vous mettre dans le bain :
Il était une fois une guitare rectangulaire de couleur bleu caraïbe, sur Laquelle était inscrit : « Bo Diddley, Blues Hawai N°1 ». Lorsque Arsène la subtilise en forçant la portière d’une Audi au milieu d’une cité, il ne sait pas que cet instrument a une histoire. Il l’apprendra d’un Congolais, lui-même musicien, Ce dernier l’emprunte pour pouvoir se produire dans un club, mais la fourgue au dealer Farid El Attrache en échange de faux papiers. Le trafiquant ne la gardera pas longtemps en sa possession car il se la fait piquer par un chauffeur de taxi, quel que soit son propriétaire, cette guitare ensorcelée porte clairement la poisse…

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?