Thorbjørn Risager & The Black Tornado, Come On In

« Le Blues est mon exutoire… Et cette fois, j’ai écrit des chansons sur mes doutes quant à savoir si je suis au bon endroit dans ma vie ». C’est la question que se pose Thorbjørn Risager avec un demi sourire aux lèvres assis sur la banquette arrière de la vieille Continental sur la pochette de son 11e album « Come on in ».

Crise de la quarantaine ! La veine d’inspiration de l’auteur compositeur danois ? Il continue à écrire sur le fil entre nostalgie et envie de donner de la joie aux auditeurs et spectateurs de ses shows entouré d’un band The Black Tornado qui n’en est pas à sa première ruade. 17 ans de vie commune et pour une centaine de concerts par an, vous n’avez pas à faire à des rookies !

Come On In est un album dont on tombe sous le charme dès la première écoute, il faut souligner que l’enchaînement des 3 premiers titres est une petite merveille qui fait du bien… Come on in : l’invitation à entrer dans leur fief du Mojo Blues Bar de Copenhague, Last Train, l’évocation de nos histoires intérieures comme si c’était notre dernière chance, Nobody But The Moon, le moment fort de l’album à l’évocation du destin tragiques d’enfants migrants malheureusement toujours d’actualité.

La production impeccable fait claquer un Blues Soul moderne dépoussiéré — On pense parfois à Boz Scaggs — Le talent de rajeunir le genre sans dénaturer l’esprit général du Blues : écoutez les percussions, la slide, et les arrangements des cuivres sur Never Givin’ In pour vous en persuader. La voix de Risager y est pour beaucoup, ample et profonde, elle est le ciment des titres des plus évolués aux plus classiques. Certains reprocheront peut-être le côté un peu propret de l’ensemble. Nous, nous y voyons des musiciens qui cherchent la lumière. Ensemble, ils réconcilient les aficionados du blues classique et ceux qui craquent pour un groove moderne et dansant.

Thorbjørn Risager, une signature d’un Blues européen qui contribue à alimenter la culture afro-américaine. Un beau témoignage de gratitude aux pionniers du genre.

 

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?