The Rockin Johnny Band

Default Icon

The Rockin Johnny Band • Now’s The Time • Autoproduit
Depuis 1995, Rockin Johnny est parvenu à se faire une place sur la scène de Chicago. Accompagnateur du chanteur Taildragger, il participe à divers enregistrements d’artistes réputés qui ont pour nom Billy Boy Arnold, Jimmy Burns, Little Arthur Duncan, Sam Lay pour ne citer que les principaux. Propriétaire d’une discographie de 5 albums, le présent cd date de 2010 mais est passé injustement inaperçu.
Le guitariste est ici secondé par Rick Kreher (ancien sideman de Muddy Waters et maintenant pour le fiston Mud Morganfield) de Rob Lorenz (batterie) du bassiste John Sefner (ex Eddie Kirkland et John Studebaker) et Greg Sefner orgue. Rockin Johnny nous offre une séance trés intimiste, ici pas de rentre dedans, mais plutôt une recherche musicale.

Rockin’ Johnny Band – Cold Chills / Interview – RPTV studios, Romeoville, IL.

Rockin Johnny commence par un classique “Pink Champagne” de Joe Liggins paru à l’origine sur Specialty qui est à cent lieues de l’original délivré dans une version absolument touchante avec un côté pétillant, “Now’s The Time” nous renvoie vers un son proche d’un Otis Rush ou de Magic Sam, Rockin Johnny a relevé toutes les ficelles des deux maîtres, sans pour autant les copier. Résultat, un morceau tendre et émouvant interprété avec finesse. “Guest I’ll Walk Alone” de Jesse Thomas est délivré avec subtilité, le jeu de guitare contribue à lui apporter de la profondeur. “Hot Sauce” est un morceau genre guitar heroes, joué avec beaucoup d’intensité ce qui maintient l’auditeur sous tension, il se repositionne avec “War Boy” de Luther Tucker dans une version plus exotique que l’originale rappelant le standard “St James Infirmary” où le jeu de guitare de Rockin Johnny est fait de finesse.
“I’m Gonna Buld Me A Playhouse” est un grand moment de romantisme, là encore Rockin Johnny prouve qu’il est un grand technicien à cet instrument qu’est la guitare. “Pico” titre du label Kent de Lowell Fulson, est délivré dans une version plus sentimentale avec beaucoup de déliés dans le jeu de guitare où la recherche est poussée à son comble.
Le guitariste nous invite à la danse avec le récréatif “Hippie Dance”, puis s’attaque à “A Man In The Blues” de Buddy Guy avec une remarquable démonstration de guitare blues où le doigté est incroyable donnant une véritable leçon de guitare le tout agrémenté d’un vocal très délicat ou la souplesse est de rigueur qui va ravir les aficionados de la guitare électrique peut être le morceau phare de cet album, même sur “Little Red Rooster” le jeu de guitare reste lui aussi constamment sur le fil du rasoir, il s’en dégage une émotion incroyable !!
“Sweet Love” est issu d’un enregistrement live capté au “Le BLUES” en Août 2000. Il reste dans la même veine avec un côté festif qui est nullement désagréable à écouter et qui conclue de belle façon cet album.

Conclusion ça donne un album de très grande classe, Rockin Johnny fait étalage de ses qualités de guitariste conjuguant à la fois finesse, technicité et émotion réalisant une belle prouesse, le mot blues porte bien son nom.
Cet album est fortement conseillé aux amateurs de guitare blues. Rockin Johnny a réussi à faire son nid au sein de la scène de Chicago, il le méritant amplement.

Henri Mayoux

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?