The Lee Boys : la musique grand format

Default Icon

The Lee Boys « Say Yes ! » (Arhoolie CD 516)
Les Lee Boys étaient présents cet été au Festival de Cognac. Je n’ai malheureusement pas pu assister à leur concert. Selon certaines sources, toutes venues d’univers différents, ces messieurs ont joué fort, trop fort selon certains. Toujours est-il que leur second disque publié chez Arhoolie me parait excellent.
Au départ, cette formation originaire de Floride a été fondée en 1968 par deux frères, Robert et Glenn Lee.

C’est aux alentours des années Trente, que l’on voit l’arrivée des steel guitars. Ces nouveaux instruments vont être amenés par les frères Eason au sein de la House Of God Church à Jacksonville. Bientôt d’autres congrégations vont s’octroyer ce genre d’instruments pour leur chorale respective. Avec le progrès, les lap steel guitars vont s’électrifier.
Avec les Lee Boys, on a affaire à une petite formation familiale qui officie au sein d’une congrégation proche de Perrine. Chaque membre a commencé à apprendre à jouer dès l’age de sept ou huit ans pour ne jamais s’arrêter. En dehors d’Alvin Lee, membre fondateur, on retrouve Derrick et Keith (deux frères) au chant, ainsi que trois neveux, avec le bassiste Alvin Cordy Jr., le batteur Kenneth Earl Walker, et surtout Emanuel Roosevelt Collier à la pedal steel qui tire l’ensemble vers le haut. Ce guitariste âgé de 22 ans est la bonne surprise de ce disque. Seul le guitariste Rick Lollar, présent sur un seul titre, ne semble pas appartenir à la famille.
Nous retrouvons dans cette galette onze titres de la meilleure veine, ancré dans un gospel moderne qui puise sa source dans les églises, ce genre de musique se nomme le Sacred Steel.
Le titre d’ouverture « Say Yes ! », qui donne son nom à l’album donne d’emblée le ton, c’est énergique. Mais le groupe lorgne également avec la ballade moderne avec « Joyful Sounds » qui s’avère être un instrumental rafraîchissant, « Walk With Me » est aussi un titre un brin baladeur s’ouvrant vers le Folk. « Come On Help Me… » est un morceau effréné, festif et plein d’entrain. En fait, la marque de fabrique de cet ensemble est d’avoir su s’ouvrir sur la modernité; bien que respectant la tradition (« You’ve Got To Move », et « Amazing Grace » deux titres tirés du domaine public) le groupe arrive à faire rentrer le Funk, le Rock, la Soul et même des touches Country dans son répertoire. Ce disque demeure une excellente trouvaille, très original et dans lequel on peut admirer le travail de Velt Collier sur sa 12 string pedal steel guitar sans oublier l’étonnante basse 7 cordes d’Alvin Cordy. Un disque au son non formaté, plein de joie, de dynamisme, capable également de mettre en valeur les harmonies vocales. En un mot, je dis Oui !

Le Kingbee

plus d’infos :
http://www.arhoolie.com

www.leeboys.com

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?