The Doris Troy Anthology 1960-1996

Anthologie

Doris Troy – I’ll Do Anything – The Doris Troy Anthology 1960-1996 • Kent
Doris Elaine Higginsen naît en 1937 à New York. Son père, un Pasteur Pentecôtiste essaiera longtemps d’empêcher ses 3 filles et son garçon d’écouter toute musique séculière. Doris débute le chant en lustrant les bancs de la paroisse du paternel.
Durant son adolescence, la jeune fille assiste à des spectacles de l’Apollo Theater où elle devient ouvreuse. Comme beaucoup de jeunes filles, Doris aimerait suivre un parcours à la Sarah Vaughan. Elle va monter son 1er groupe The Halos et se lancer dans l’écriture. Sa bonne plume lui permet de se faire remarquer par le label Fury puis d’enchaîner avec une composition pour Dee Clark qui grimpera à la 10e place des charts R&B en 1959.

Conjointement à son travail de composition, Doris enregistre comme choriste et chanteuse de studio pour le compte du petit label Shirley pour lequel elle met en boîte son 1er single sous le nom de Doris Payne (le nom d’une grand-mère). Elle enchaînera avec une quinzaine de microsillons dès 1961 pour les labels Arliss, Wall, Atlantic, Cameo, Calla, Capitol, mais elle reste connue pour avoir gravé « Just One Look » qui grimpera à la 10e place des classements R&B. Le titre connaîtra un gros succès en Europe avec la reprise des Hollies qui en feront un hit interplanétaire durant le printemps 64. Durant les seventies, on retrouve Doris Troy sur différents labels (People Peo, Apple, Midland International et Midsong) ; Doris participera également dans un rôle de choriste au « Dark Side Of The Moon » de Pink Floyd.
Sa discographie ne compte que trois albums vinyls (le LP Atlantic 8088 étant sorti en deux versions : mono et stéréo). Son dernier disque enregistré en 1970 pour Apple était marqué par les présences de Ringo Starr et George Harrison. En 1996, Doris était invitée par James Hunter pour un duo figurant sur le cd « …Believe What I Say ». Ce recueil de 26 titres égrène le meilleur de la carrière d’une artiste sous enregistrée. Parmi ces 26 perles de soul sixties, notons la présence de quelques faces rares (les singles Shirley, Everest et Arliss), de deux inédits « Smilin » et « Let Me Make Love To You » interprétés en duo avec sa sœur Vy et de quatre bons duos avec Chuck Jackson, Doc Bagby et James Hunter.
En complément un excellent livret (24 pages) de Mick Patrick. Doris Troy est décédée en février 2004, chez elle à Las Vegas, des causes d’un emphysème. Une réédition qui complète parfaitement la compilation Ichiban « Just One Look- The Best of Doris Troy » (SCL2504) qui regroupait 21 titres Atlantic et Calla.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?