Snatch and Grab It!

Anthologie

Snatch and Grab It! Rythm & Blues Classics – Bear Family
Le label Bear Family publie un chatoyant disque catalogue avec cette compilation de 33 plages pour une durée confortable d’environ 82 minutes. Le label germanique, grand spécialiste en rééditions hillbilly, blues, rockabilly et rhythm and blues édite une ou deux fois par an un disque orienté sur ses dernières sorties. En dehors de recherches souvent exceptionelles, de titres rares et de nombreux inédits, cette firme est aussi connue pour la qualité de ses livrets intérieurs, souvent de conséquents pavés formidablement documentés. Pour cette compilation, l’accent a été placé en priorité sur un Rythm and blues ancré dans les fifties et aussi sur quelques pièces blues gorgées de swing.
C’est à Julia Lee que revient l’honneur de donner son titre au présent album avec « Snatch and Grab It ! » qu’on pourrait traduire par « Attrape le et Tiens le bien ! ». Parmi les titres qui ont retenu mon attention à divers registres, je citerais « For You My Love » chanté par Nellie Lutcher épaulée par Nat King Cole, l’excellente relecture de « Baby Please Don’t Go » par les Orioles, mis en boîte juste après le terrible accident de bus dont fût victime cet ensemble vocal.
On pourra aussi apprécier The Prisonaires, un ensemble de doo- wop qui a pour particularité de n’être composé que par des musiciens ayant pris leurs quartiers au Pénitencier du Tennessee. Il faut également noter l’excellente prestation de Rufus Thomas avec son impayable « Tiger Man », même si j’ai une préférence pour la version qu’en a donnée Joe Hill Louis. Bear propose également de découvrir Allen Toussaint avec « Tim Tam » coécrit par Toussaint et Marilyn Schack probablement dans le studio de Cosimo Matassa en 1958.
La compilation parvient aussi à s’orienter vers un blues du meilleur effet. On retiendra plus particulièrement le superbe blues lent « No Place Like Home » de Shy Guy Douglas gravé en 1954 pour le label Excello. Les trois interventions de Mickey Baker sont succulentes ; excellent accompagnateur, c’est avec Jesse Stone et Larry Dale qu’il apporte son obole, tandis que « Dearest » titre dans lequel Baker est secondé par Sylvia est un peu trop édulcoré à mon goût. Parmi les blues plus rustiques, j’ai une préférence marquée pour les interventions de Joe Hill Louis, Howlin’ Wolf et Arthur « Big Boy »Crudup. Si vous désirez découvrir comment sont nés le rock and roll et le rockabilly, il vous suffira d’écouter ces messieurs, tous actifs participants à un genre encore en gestation à l’époque. Ray Sharpe qui figure parmi les rares musiciens noirs à s’être lancé dans le rockab est présent avec l’excellent « Oh My Baby’s Gone ».
Hormis le titre de Frankie Lymon et de ses Teenagers, trop sirupeux, et « So Tired » du duo Shirley & Lee pour les mêmes raisons, peu de pièces faibles et beaucoup de découvertes avec des titres souvent inusités. Pour conclure Mention particulière à « The Wobble », énergique morceau du sémillant Jimmy McCracklin.
On peut trouver ce cd sur le site du label où chez l’excellent disquaire parisien Black Cherry Blues pour la somme modique de 6 euros … Que du bonheur !

http://www.bear-family.de/

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?