Roy Thompson & the Mellow Kings feat. Little Lou

Les Disques

Roy Thompson & the Mellow Kings feat.Little Lou – Sleazy Records
Vous l’avez certainement constaté, on parle peu de vinyles sur le site. Sans doute à cause du peu de lecteurs que cela pourrait intéresser, ou alors par fainéantise. Et pourtant, depuis trois quatre ans certains labels n’hésitent pas à éditer des disques à l’ancienne, l’ouvrage sortant parfois sous deux formats : LP ou numérique. Les singles et EP (quatre titres) fleurissent de nouveaux. Comble de l’ironie, alors qu’on n’a pas égalé la chaleur et rondeur de nos disques d’antan et alors que je vante à l’instant ces anciens supports, je m’aperçois que la catégorie single ou EP se fait curieusement rare sur le site de ce bon vieux Doc … trop rare !

La première chose qui risque d’attirer l’œil, c’est la longueur du nom du groupe sur la pochette de ce 45t. Cela nous renvoie carrément aux années 50 quand les formations de R&B arboraient le nom de leur chef d’orchestre, du groupe qui l’accompagnait et parfois celui d’un chanteur ou d’une chanteuse. Et en fin de compte, c’est un peu ça l’affaire Roy Thompson.
Derrière le nom de Roy Thompson se cache Olivier Laporte. Quand Olivier ne met pas les habits de Roy, il joue depuis des lustres au sein des Wild Goners, groupe de rockab fêtant ses vingt ans d’existence. Avant qu’il décide de fonder son groupe en 2010, Olivier ou Roy (appelez le comme vous voulez) avait monté au Canada, pays où il s’était expatrié, Roy Thompson & the Royal Acadians. Lors de son retour chez lui, dans l’Hexagone, Roy et Jean Pierre Cardot, excellent pianiste de rockab, de R&B fifties et ancien membre des royal Acadians, projetaient de monter un nouveau groupe. L’idée a mûri et pris forme après une longue gestation de six ans. En 2010 Roy Thompson & the Mellow Kings voyait le jour.
Fin 2011, le groupe sortait son premier bébé « Back On Tracks ». L’album, salué par la critique spécialisée, nous expédiait presque soixante ans en arrière, en plein dans l’âge d’or du R&B.

Les influences de Roy nous renvoient vers des artistes de haut calibre : Ike Turner , Little Richard et Freddie King.

Signé par l’excellent label espagnol Sleazy Records, ce nouvel EP propose trois reprises et une compo « Tears Of Shame ». Le groupe reprend une chanson de Rudy Toombs popularisée en 1962 par Lula Reed et Freddie King « You Can’t Hide ». C’est parfait et cela explose de toutes parts. Mais par rapport à leur excellent album, la troupe peut maintenant s’appuyer sur l’excellente Little Lou qui vient prêter main forte au chant à Roy, et autant dire que c’est une bonne trouvaille. Outre le chant puissant parfois légèrement rauque, Little Lou et Roy se complètent remarquablement et une forte complicité se dégage de leur dualité. C’est souvent la voix plus douce de Roy qui souffle sur les braises et Little Lou qui crache des flammes, le tout impeccablement soutenu par les Mellow Kings, dans lequel on retrouve une line-up de dingue : Bastien Alzuria à la guitare, le vieux complice Jean Pierre Cardot au piano, l’excellent saxophoniste Freddy Pohardy Riteau (présent sur le premier disque de Miss Rhythm Sophie) et une section rythmique avec Thomas Lesigne (contrebasse) et Gaël Petetin aux baguettes qui propose une excellente mise en place et une bonne cohésion, les deux jouant au sein de feu Bad Billy.

Troisième plongée dans le R&B tendance rockin’ blues avec « Rise Sally Rise » grand succès en 55 du duo Mickey & Sylvia (alias Mickey Baker et Sylvia Robinson). Une version plus que convaincante ! Le groupe poursuit dans la même lignée avec « I Gotta Have You », une reprise de Jimmie Selph, un vieux multi instrumentiste ayant œuvré dans le hillbilly, le bluegrass et le rockab ; Hawkshaw Hawkins en avait fait un petit succès disons… très péquenaud et un brin obsolète. Mais le titre avait aussi été repris en 1955 par Clyde McPhatter et Ruth Brown dans une relecture R&B pour le label Atlantic. C’est bien évidemment vers la version de l’ancien Drifters que la formation nous expédie avec un peu plus de jump et de peps que le duo Mc Phatter/Brown.
Vous l’aurez compris, Roy Thompson, ses Melow Kings et Little Lou font mouche avec ce nouvel EP, avec quatre morceaux authentiques et bien vintage. Souhaitons que cette collaboration entre Roy et Little Lou perdure avec pourquoi pas un album à la clef.
Un groupe dans la lignée de Nico Duportal ou des Royal Rhythmaires (groupe texan qui commence à monter en puissance).

http://www.sleazyrecords.com/
Le Kingbee

PS : Si vous êtes amateurs de R&B, de swing et de blues, signalons que Roy Thompson accompagne parfois l’excellente chanteuse Gizzelle, lorsqu’elle se produit en France.

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?