Rossano 2007

Chroniques de concert

Le festival mémorial “Marco Fiume Blues Passion” à Rossano dont c’était la 5e édition cette année reste un festival particulier, qui ne ressemble pas aux autres. Déjà, la localisation du festival au fin fond de l’Italie, en Calabre fait que le voyage pour arriver à Rossano demeure une aventure. C’est un rendez-vous annuel permettant de rendre hommage au guitariste Marco Fiume qui nous a quitté bien trop tôt, mais aussi de découvrir sa région d’origine et toutes ses facettes, de la vieille ville de Rossano à la station balnéaire en passant par la délicieuse cuisine calabraise. C’est un festival toujours riche en rencontres humaines et musicales, il en résulte beaucoup d’associations inédites ou exceptionnelles sur scène… La programmation privilégie toujours les amis proches de Marco Fiume comme cette année Enrico Crivellaro et Egidio Ingala. C’était le cas les années précédentes avec notamment Candye Kane, Lynwood Slim, Mark Tortoricci, Alex Schultz, Junior Watson, Jeff Turmes, Janiva Magness, Jeff Ross, Kid Ramos, Lisa Otey, Jimmy Morello, Sweet Betty qui ont presque tous enregistré avec Marco Fiume. Le festival a toujours privilégié les guitaristes, en particulier ceux qui à l’image de Marco Fiume sont à la frontière du blues et du jazz, c’est encore le cas cette année avec la présence de Duke Robillard, Nico Duportal, Enrico Crivellaro et Guitar Ray. La devise du festival reste plus que jamais “the bluesy side of jazz… the jazzy side of blues”. Néanmoins, on peut constater que le festival cette année encore laisse une place importante aux femmes, pas moins de cinq chanteuses étant à l’affiche de l’édition 2007: Kathleen Williamson, Susan Artemis, Debby Lee, Stefania Calandra, Caterina Guinicelli.

Le site du festival : www.marcofiumebluespassion.it
http://www.myspace.com/marcofiumebluespassion
Plus d’infos sur Marco Fiume : www.myspace.com/marcofiume

vendredi 20 juillet 2007
La première soirée débute avec la formation italienne Papaleg Acoustic Duo, composée de deux guitaristes/chanteurs. Ces deux passionnés de blues jouent un répertoire de standards du delta blues avec fougue et respect, reprenant Robert Johnson, Big Bill Broonzy, Son House etc… Si Pierluigi Petricca est de toute évidence un as de la slide, je regrette que les deux musiciens négligent l’aspect visuel du spectacle, jouant assis et se présentant sur scène avec la même tenue que durant la journée, en short et en tong !

01-Rossano-2007-Papaleg

Pierluigi Petricca : guitare et chant
Marco Tinari : guitare et chant
http://www.myspace.com/papaleg

La suite reste acoustique mais beaucoup moins traditionnelle. La chanteuse originaire de Calabre Stefania Calandra, encore auréolée par sa place de finaliste à l’International Blues Challenge 2007 à Memphis (catégorie solo ou duo), se présente seule avec sa guitare acoustique, vêtue d’une belle robe noire très sexy. Elle n’a aucun problème pour occuper l’immense scène du festival faisant preuve d’une remarquable présence. Elle ne manque pas de caractère, c’est une véritable artiste écorchée vive, une forte personnalité dotée d’une grosse voix rauque et puissante, qu’elle utilise avec justesse pour interpréter ses compositions personnelles essentiellement en Italien. Si sa musique est parfois “borderline”, l’esprit du blues est lui toujours bien présent. Elle y met son âme et ses tripes. Son concert est une véritable performance, pleine d’énergie et de fougue mais elle sait aussi se montrer parfois sensuelle et émouvante. Elle est rejointe en fin de set par Pierluigi Petricca qui vient ajouter un peu de guitare slide à la musique de Stefania. Stefania Calandra est la révélation de cette première soirée. Pour info, elle sera programmée en novembre 2007 au festival “Blues sur Seine”, vivement le mois de novembre !

01-Rossano-2007-Stefania Calandra-01 01-Rossano-2007-Stefania Calandra-05

Stefania Calandra: guitare et chant
http://www.stefaniacalandra.com/
www.myspace.com/stefaniacalandra

Les vedettes de cette soirée sont Kathleen Williamson et Susan Artemis, deux artistes qui viennent de l’Arizona. D’après mes infos, elles n’ont jamais partagé une même scène avant ce festival. C’est donc une véritable exclusivité qui est proposée au public de Rossano. Je précise que ce duo est pour le moins atypique, Kathleen Williamson étant chanteuse/guitariste dans un style blues/folk/country/americana mais surtout une songwriter, Susan Artemis étant pour sa part une pianiste/chanteuse de jazz. L’association de ces deux artistes n’avait rien d’évident. D’ailleurs, le début du concert fut hésitant, il pris plus de consistance avec le renfort de Guitar Ray à la guitare. Puis Kathleen Williamson a su imposer sa personnalité extravertie et ses compositions, remportant un succès indiscutable avec sa composition pacifiste et entraînante “Good Ole’ Fashioned UnAmericana”. Le concert s’est terminée en une jam session aussi improvisée qu’amicale avec la montée sur scène des autres chanteuses du festival, d’abord Debby Lee puis Caterina Guinicelli et Stefania Calandra. Néanmoins, je regrette que Susan Artemis dans ce contexte particulier soit restée un peu en retrait sans complètement montrer l’étendue de ses qualités.

01-Rossano-2007-Kathleen-1 01-Rossano-2007-Kathleen-Susan-2

Kathleen Williamson : guitare et chant
Susan Artemis : piano et chant
Guitar Ray : guitare
www.kathleenwilliamson.com
www.myspace.com/KathleenWilliamson
www.susanartemis.com

Samedi 21 juillet 2007
La deuxième soirée du festival du débute avec Rude Blues Project, groupe italien qui propose des standards du blues en formation minimaliste, avec d’abord guitare acoustique et piano. Rapidement, ils passent en version électrique, Alex Cipollari prenant alors sa Gibson Les Paul alors que Dany Simone joue du piano avec sa seule main gauche, utilisant la droite pour la batterie ! Il a fallu beaucoup patienter pour voir enfin Caterina Guinicelli apparaître et booster le set. Elle n’a finalement chanté que deux titres plus un “Mercedes Benz” à 3 voix très sympathique avec notamment une Kathleen Williamson déchaînée, auteur d’un spectaculaire pas de danse. A défaut de puissance, le chant de Caterina Guinicelli est posée, sa voix caressante et sensuelle jamais forcée, et malgré un petit manque d’autorité, surtout d’expérience des grandes scènes, Caterina Guinicelli a laissé entrevoir un potentiel vocal intéressant. J’aurais aimé l’entendre plus longtemps… Bref, on en ressort avec un petit goût d’inachevé.

02-Rossano-2007-Caterina-02 02-Rossano-2007-Caterina-03

Caterina Guinicelli: chant
Alex Cipollari: guitare et chant
Dany Simone: piano et batterie
www.myspace.com/rudebluesproject
www.myspace.com/guinicellicaterina
www.myspace.com/alexcipollari

On enchaîne avec Debby Lee, Guitar Ray et les Backbones, des hollandais que j’avais découvert sur cette même scène un an plus tôt où ils avaient fait forte impression. Guitar Ray entame le set avec une reprise de “Kesseland”, un titre instrumental de Marco Fiume composée en hommage à Barney Kessel. Guitar Ray est un guitariste éclectique capable de jouer aussi bien de la country, du blues et du jazz et il excelle particulièrement dans ce registre à la frontière du blues et du jazz, à l’image de Marco Fiume. Cette reprise était d’autant plus émouvante que Guitar Ray a joué le concert avec la guitare de Marco Fiume, récupérée par sa mère. Debby Lee fait ensuite son entrée et on remarque immédiatement que son show a été minutieusement préparé, elle échange quelques mots en italien, elle évoque l’édition 2006 via une anecdote concernant Sweet Betty… S’il n’y avait plus l’effet de surprise ou de découverte de l’année précédente, elle a largement confirmé ses qualités révélées en 2006. Son répertoire reste plus que jamais jazzy, sa voix est sensuelle et caressante, son visage expressif, son regard malicieux, ses attitudes parfois théâtrales, elle semble toujours aussi à son aise sur scène avec un certain talent pour communiquer avec le public. Elle a chanté en fin de set un titre plus intimiste en duo avec Guitar Ray, tous les deux assis sur le bord de la scène. Elle a interprété le titre intitulé “good day” très swinguant et assez symbolique, c’est vrai qu’on a passé un bon moment durant ce concert.

02-Rossano-2007-Debby-01

Debby Lee: chant
Guitar Ray: guitare
Roelof Kleijn: basse
Jody Van Ooijen: batterie

www.myspace.com/missdebbylee
www.guitarray.com
www.myspace.com/theguitarray
www.myspace.com/thebackbones
www.myspace.com/jodymusic

La vedette de cette deuxième soirée est Egidio “juke” Ingala, chanteur harmoniciste italien à la réputation internationale, qui a notamment joué dans les plus grands festivals français.

Alberto “blue eyes” Colombo, l’habituel guitariste du groupe étant indisponible, Egidio Ingala est arrivé à Rossano avec un remplaçant de luxe en la personne d’Enrico Crivellaro, fabuleux guitariste italien qui a accompagné les plus grands noms de la scène blues/swing de Los Angeles (Janiva Magness, Jeff Turmes, Alex Schultz, Finis Tasby etc…) et était un ami proche de Marco Fiume.

Enrico Crivellaro et Egidio Ingala ne jouaient ensemble que pour la deuxième fois en 5 ans, c’est dire si cette association était rare même exceptionnelle. La performance du groupe fut excellente avec un répertoire basé sur les deux premiers CD d’Egidio Ingala, une musique d’inspiration West coast/swing/jump idéale pour faire bouger le public un samedi soir. Si le chant d’Egidio était un peu en retrait (avec en particulier une balance qui a mis très en avant la guitare et l’harmo), il a fait des prouesses à l’harmo, digne de ses mentors comme Little Walter (auteur du fameux morceau “juke” surnom d’Egidio Ingala) ou William Clarke. Egidio Ingala a sorti l’harmonica chromatique le temps d’un bel hommage à George Smith. Si Enrico Crivellaro a joué la quasi-totalité du concert sur une Gibson SG avec une jolie peinture dégradée du rouge à l’orange, il a sorti une Danelectro double manche du plus bel effet le temps d’interpréter un instrumental.

Pour faire monter l’ambiance encore un peu plus, Egidio et Enrico sont descendu dans le public, jouer au milieu d’une foule ravie. En fin de concert, Guitar Ray et Nicolas Duportal sont venus les rejoindre sur scène pour un final avec quelques belles envolées guitaristiques. Ils ont ensuit été suivis par les deux chanteuses de la soirée Debby Lee et Caterina Guinicelli pour un final en forme de jam session dans une ambiance de fête. Comme le chantait Debby Lee plus tôt dans la soirée, c’était vraiment une belle soirée. This a good day….

02-Rossano-2007-Egidio-Enrico-01 02-Rossano-2007-Egidio-Ingala-04 02-Rossano-2007-Egidio-Ingala-jam-02

Egidio Ingala: harmonica et chant
Enrico Crivellaro: guitare
Billy Billiani: basse
Mauro Florean : batterie

www.egidioingala.com
www.myspace.com/egidioingalaband
www.enricocrivellaro.com
www.myspace.com/enricocrivellaro

Dimanche 22 juillet 2007
La troisième soirée débute avec un groupe que je connais bien (même très bien), Rosebud Blue Sauce mais qui pourtant a réussi à me surprendre en plusieurs occasions et cela dès le début. Une fois n’est pas coutume, c’est Benjamin Conti, le saxophoniste d’origine italienne qui prend le micro pour communiquer avec le public en italien. Bonne initiative qui permet d’être plus proche du public. Si les Rosebud Blue Sauce ont joué un répertoire essentiellement basé sur leur dernier cd, ils nous ont réservé une belle surprise en jouant un morceau instrumental en hommage à Marco Fiume spécialement composé pour le festival et intitulée “Marco’s tempo”. C’est un titre très jazzy bien dans la lignée de ceux composés par Marco Fiume. Outre cet hommage très réussi à Marco Fiume, Nico Duportal n’a pas oublié non plus de saluer Duke Robillard assis au premier rang juste devant la scène aux côtés de son épouse, un Duke Robillard détendu qui a visiblement apprécié la performance des “lil’ frenchy boys” (pour reprendre un titre qu’ils ont joué) et qui demandait à Nico de lui apprendre à prononcer son nom, d’origine française !!!
Autre surprise, en l’absence de Julien Brunetaud, c’est Susan Artemis qui vient s’installer au piano.

03-Rossano-2007-Rosebud-04 03-Rossano-2007-Rosebud-03

Nicolas Duportal: guitare et chant
Abdel Bouyousfi: contrebasse
Benjamin Conti: saxophone
Pascal Delmas: batterie

http://rosebudbluesauce.skynetblogs.be/
www.myspace.com/rosebudbluesauce
www.myspace.com/nicolasduportal

Il est temps maintenant d’applaudir la tête d’affiche du festival, Duke Robillard grand maître de la guitare mainte fois récompensé lors de diverses cérémonies. Ce soir, je pense qu’on n’a pas vu le show habituel de Duke Robillard mais un concert sur-mesure pour le festival de Rossano, un concert exceptionel. Accompagné non pas par son groupe habituel mais par ses amis hollandais, en particulier Guitar Ray avec qui il a noué une amitié et une complicité de longue date, il a joué un répertoire très jazzy dans lequel il excelle et qui m’a rappelé sa prestation mémorable au festival de Cahors 2003. Il a commencé par un morceau instrumental somptueux dédié à … son chien. Duke Robillard a continué sur sa lancée avec notamment des titres de son cd “Duke blues” et une fantastique reprise de T Bone Walker. Le doute n’est pas permis, Duke Robillard, c’est la grande classe !

03-Rossano-2007-Duke-03 03-Rossano-2007-Guitar-Ray-Duke-01 03-Rossano-2007-Guitar-Ray-02

Duke Robillard: guitare et chant
Guitar Ray: guitare
Roelof Kleijn: basse
Jody Van Ooijen: batterie
http://www.dukerobillard.com/

Le festival se termine par une grande jam session, l’occasion de retrouver tous les musiciens du festival pour des moments forcément rares et jubilatoires, l’occasion de conclure en beauté la soirée et le festival. Cette troisième soirée était somptueuse, indiscutablement la meilleure de cette cinquième édition du festival. A noter que Nico Duportal lors de cette jam a joué sur la guitare de Marco Fiume.

05-Rossano-2007-jam finale-04 05-Rossano-2007-jam finale-09 05-Rossano-2007-jam finale-10 05-Rossano-2007-jam finale-12

Enfin, je voudrais donner un coup de chapeau particulier pour quelqu’un qui fut omni-présent toute cette dernière soirée, Enrico Crivellaro, au four et au moulin, qui faisait l’interprète entre les techniciens et les musiciens, qui concrètement a pris en main une bonne partie de la technique, il a présenté la soirée, il a boeuffé lors de la jam, il a pris des photos, il était partout avec toujours le large sourire qui le caractérise, vraiment un musicien extraordinaire et un homme d’une énorme gentillesse et d’une grande disponibilité. Je suis plus que jamais fan de ce gars là …

Et puis, comme pour symboliser l’ambiance particulière du festival avec un petit côté “colonie de vacances” si sympathique, après la soirée, tous les musiciens sont rentrés à l’hôtel dans le même bus pour une nuit très courte, et c’est un Nico Duportal déchaîné qui a mis l’ambiance, chantant notamment une version mémorable de … “papayou” !

06-Rossano-2007-JR-affiche

Jocelyn “SlimJo” Richez

————————————————————————————
site “la route du blues”:
www.route-du-blues.net

portail expositions blues:
www.expos-blues.new.fr
————————————————————————————

 

les 5 derniers articles de Jocelyn Richez

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?