Roland Tchakounté : Waka

Les Disques

Roland Tchakounté – Waka
Lors d’une précédente chronique (compte rendu de concert au One Way de Roland Tchakounté), je terminais en reprenant les termes employés par Guy l’Américain à propos de ce concert : “Merci, les gars, pour le voyage”. Le mot était juste. Nous venions de passer plus de deux heures dans un total dépaysement musical.
Du blues, messieurs dames, dans la recherche des racines comme ce qu’ont réalisé quelques grands noms américains (Ry Cooder, Taj Mahal, …) ou africains que l’on a toujours du mal dans le petit monde bleu à associer aux 12 mesures (Ali Farka Touré au Mali, Tao Ravao à Madagascar, Tinariwen ou Toumast pour les touaregs,…) De la musique qui met du vague à l’âme, qui dépayse, qui donne envie de partir au soleil (surtout ces temps-ci), de retrouver de l’authenticité, des couleurs, des individus dans leur culture… Sortie officielle au New Morning à Paris, le 28 février 2008.
Waka, le troisième opus de Roland convient totalement à cette définition élargie de la musique bleue. D’autant que Waka se traduit par voyage en bamileke, la langue employée sur la majorité des titres par Roland Tchakounté. Et quand on entend voyage il ne s’agit pas simplement de déplacement consumériste, mais bien de rencontre, connaissance, relation, apport et échange. L’album de Roland est une invite permanente à ce dépassement de soi pour s’ouvrir aux autres, au partage et à la fraternité tellement la chaleur communicative du chanteur guitariste est perceptible dans ses compositions.
Dès le premier titre Ka Tchog Bouam, les ingrédients sont déterminés : les percussions de Mathias Bernheim, la guitare électrique et sur ce titre la dobro de Mick Ravassat, la guitare acoustique et la voix de Roland Tchakounté vont nous porter tout au long de ce voyage, accompagnés sur certains titres par les claviers de Christian Rousset.
Déjà défile une incitation au déhanchement : Bintou (ce n’est qu’à la troisième écoute, subjugué par la guitare digne d’un ishumar du désert, que je m’aperçois que Roland chante en français sur le refrain! ). Vient Yogsam Ba Nguk (ceux qui me diront que la rythmique n’est pas bleue…) où une question commence à me titiller : où s’est caché J.J. Cale pendant l’enregistrement? Suit un Politik au rythme lancinant et Zuiktam pendant lequel se poursuit notre lente marche syncopée. Arrive Alela ( tiens, y avait aussi Al di Méola? ) Suivent Me Den Nwina et Ngwade Kebwo puis Take Your time avec une grande présence de Christian Rousset aux claviers….

… Oh pardon, je me suis éloigné quelques minutes, emporté par la transe sur Africa, un des sommets de l’album s’il faut en retenir un. Le tricotage de Mick à la guitare avec en contrepoint l’orgue de Christian permettent à Roland de monter progressivement sur les rythmes lancinants de Mathias. Que du bonheur !
X O Blues calme un tant soit peu le jeu. L’album se termine par Njuli et Me Seyn, deux morceaux très laid back où une fois de plus on se demande où se cachait J.J.Cale.

La voix de Roland plus en retrait sur ce CD (un choix de mixage ?) que sur “Ana Ngo”, son précédent album laisse plus de place au jeu sans cesse renouvelé et délié de Mick qui n’usurpe pas les comparaisons avec quelques grands guitaristes évoqués plus haut.
L’ensemble roule, vous amène en pleine lumière, vous imprègne d’une chaleur qui vous incite à ne pas trop en faire, mais souffre d’un gros défaut : il ne fait qu’une heure et pas un titre n’excède les 5 minutes et demi, l’auditeur ayant à peine le temps sur chaque titre de s’imprégner de perceptions que déjà il est entraîné ailleurs !

Waka sera présenté pour sa sortie officielle lors d’un concert au New Morning, (7/9 rue des petites écuries, 75010 Paris métro: Château d’eau) le 28 Février.

Alors si vous avez besoin de vous ressourcer, de retrouver quelques valeurs humaines évoquées plus haut, vous ne manquerez pas une telle rencontre car quel que soit le temps extérieur, il y aura du soleil et de la joie ce soir-là au New Morning

http://www.myspace.com/rolandtchakounte

Serge Sabatié

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?