Primer & Corritore, Ain’t Nothing You Can Do !

Default Icon

John Primer & Bob Corritore • Ain’t Nothing You Can Do !  • Delta Groove
Voici  Le dernier opus du duo John Primer & Bob Corritore. Aucun risque de mauvaise surprise avec John Primer. Après la disparition des grands noms du Chicago Blues, c’est lui qui tient les rênes de cette musique qu’est le Chicago Blues perpétuant sur scène et en studio les traditions . Depuis son départ de l’orchestre de Magic Slim, le guitariste mène sa carrière de main de maître. Le duo est encore accompagné par ce qui se fait de mieux actuellement le bon vieux Henry Gray avec 92 printemps au piano sur 3 titres, les autres c’est Brian Fahey et le regretté Barrelhouse Chuck mort en Décembre 2016 d’officier, Big Jon Atkinson et Chris James pour la partie guitare tandis qu’on retrouve Troy Sandow et Patrick Rynn à la basse.


Le répertoire est constitué de 7 reprises (Howlin Wolf, Johnny Temple, Snooky Pryor, Sonny Boy Williamson, Magic Slim, etc) et 3 compos. Dès la première  écoute, on sent que l’on va baigner dans du Chicago Blues solide comme du roc comme on entend dans les clubs de la Windy City, le tonitruant “Poor Man Blues” interprété façon Magic Slim jusqu’aux intonations de voix, ouvre les hostilités de la meilleur manière, on sent que ça ronronne à merveille, “Elevate Me Mama” de Sony Boy Williamson se situe dans la même mouvance pour une version très personnelle dans laquelle l’harmonica de Bob Corritore brille de mille feux, nos compères se lancent avec “Hold Me In Your Arms” dans un blues plus axé vers les années 50/60 qui swingue de toutes parts avec la participation du vétéran Henry Gray au piano donnant un cocktail détonant.

Le duo rend un hommage fort appuyer à son ancien mentor Magic Slim avec “Gambling Blues” qui mieux que John Primer pouvait exécuter ce titre, sur lequel Bob Corritore nous assène un solo dont lui seul a le secret, prouvant qu’il est probablement le meilleur harmoniciste actuel, la conjugaison des deux solistes est absolument magique.

Bob Corritore prend le lead pour exécuter de façon magistrale “Harmonica Boogaloo”, Chris James y prend également ses responsabilités avec un son de guitare fantastique, un instrumental de toute beauté.

John Primer est également à l’aise dans les pièces sensibles comme en atteste le superbe blues lent “Ain’t Nothing You Can Do”.

L’album se termine de façon magique avec l’intimiste  “When I Leave Home” qui est un blues lent d’une beauté incroyable, dégageant une émotion sans borne, avec un tel disque on ne peut qu’hurler Vive le Chicago Blues ! Le duo Primer/Corritore frappe encore trés fort. Ils nous délivrent une œuvre sans aucune faille, ciselée tant au niveau de la production que du répertoire. Avec un tel produit, le Chicago Blues a encore de beaux jours devant lui, un album indispensable !!!

Henri Mayoux

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?