Pachuco Bop – Rhythm & Blues in Los Angeles Vol 1

Default Icon

Avec « Pachuco Hop Rhythm & Blues in Los Angeles » le label Lucky Records nous offre une compilation consacrée au Rhythm & Blues de la Cité des Anges. Le compilateur regroupe 24 titres enregistrés entre 1951 et 1960. Ce recueil comportant de nombreux inédits remet au goût du jour des singles parus à l’origine sur de petits labels : M&S Records, Mambo, Octive, Rell, Combo, Milmart, Ball, R and B, Cash ou bien encore Dig.

Au niveau artistes, c’est du même acabit, jugez plutôt à l’énoncé de ces nombreux inconnus : Mad Mel Sebastian, King James, Elsie Wheat, Larry Waters, Earl Burton, Lucky Enois Quintet, Rocking Bros, The Seniors, Clemons Penix ou Jonsey’s Combo. Seuls Riff Ruffin, Jake Porter ont laissé une trace durable de leurs passages.

Parmi les artistes compilés ce sont sans contestation possible Chuck Higgins et Filmore Slim qui connurent la plus grande notoriété.

Sur les 24 titres, seuls 2 étaient parus en cd, le reste n’existait exclusivement qu’en single, voilà la force de ce type de produit. Ici nous sommes immergés à fond dans le R&B, registre pouvant être considéré comme l’antichambre du futur Rock n Roll, mais qui aura contribué à faire le bonheur des night-clubs.
Cette compilation contient de superbes faces : « The Dark Hour », un blues chanté par Riff Ruffin avec une vigueur incroyable nous emmène au bord de l’explosion. Que dire de « Crazy Man Crazy » du Lucky Enois Quintet capté en Live avec un Jimmy Waters qui met le feu avec un chant incendiaire ? L’instrumental « Behind The Sun » des Rocking Bros diffuse un R&B rempli de fragrances exotiques. « Rock It » se situe dans un registre similaire en plus percutant. Chuck Higging nous assène un R B très prononcé, bien servi par la voix appuyée de Johnny Flamingo. De son côté, Riff Ruffin se lance dans un Rock n Roll effréné avec un « Teen Age Rock » qui déménage un max. Le « My Soul » des Seniors n’est pas de la Soul comme pourrait le laisser suggérer le titre mais un Rock n Roll bien musclé. Filmore Slim nous offre avec « You Got The Nerve Of A Brass Monkey » une sonorité façon Chuck Berry, une très bonne découverte. Larry Waters vient tempérer l’ensemble avec « Wish I Didn’t Love You So », une splendide ballade interprétée avec témérité. Terminons ce tour d’horizon avec « Money For My Honey » de Riff Ruffin qui fait penser étrangement à la période Specialty Rock.

Le reste de la compilation est du même tonneau, à savoir que du Top sans la moindre faille. Quel régal d’écouter de telles raretés, comme quoi le Blues et R&B de la West Coast étaient riches à tous les niveaux, aussi bien vocal, qu’instrumental ou orchestral.
Une compilation bien conçue qu’on ne se lasse pas d’écouter et qui aura le don d’enchanter vos oreilles.
Disponible sur bluebeat.

Pachuco Bop – Rhythm & Blues in Los Angeles Vol 1 • Lucky Records

Henri Mayoux

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?