Nathan Abshire

Nathan Abshire

Nathan Abshire • The Classic Swallow Recordings
Nathan Abshire
voit le jour le 27 juin 1913 à Gueydan, une bourgade cajun perdue dans le compté de Vermillon.  Issu d’une famille de pauvres métayers de descendance cajun et indienne, il se lance très tôt dans l’apprentissage de l’accordéon par le biais de ses parents et d’un oncle. On pense que ce roi de l’accordéon cajun a commencé à se produire sur scène dès l’âge de huit ans.Influencé par le phrasé du créole Amédé Ardoin, avec lequel il fut souvent à l’affiche, Nathan Abshire fera ensuite équipe avec le guitariste Leroy Happy Fats LeBlanc et ses Rayne-Bo Ramblers. C’est avec eux qu’il enregistre le 10 août 1935 à la Nouvelle Orleans ses six premières faces.  A cette époque, le paysage musico-géo-politique est en pleine transmutation.  La découverte de champs pétrolifères au début du siècle va entrainer peu à peu l’américanisation de l’univers cajun. Au fil des ans, la Louisiane est confrontée à un envahissement d’une population texane et yankee. Les traditionnels duos violons /accordéons vont disparaitre au profit de la Texas Fiddle Music. Sur les ondes, ce sont les orchestres de Western Swing qui triomphent avec Bill Boyd, Bob Wills ou Milton Brown.

En 1942, Nathan qui a laissé tombé l’accordéon au profit du violon se retrouve incorporer pour aller jouer au petit soldat dans le Pacifique. Quasiment illettré, il comprend à peine l’anglais, il est rapidement réformé. Après la Seconde Guerre Mondiale, Nathan cumule les petits jobs (scieur de bois, réparateur de poêle à mazout). Il ne revient vers la musique qu’en 1948 en intégrant les Pine Grove Boys, l’orchestre maison du Pine Grove Club de Jennings. Nathan se produit alors six jours par semaine tout en participant à des émissions de radio en diurne pour la KPLC de Lake Charles. Eddie Shuler, l’un des animateurs vedette de la radio, étant trop occupé avec la promotion d’Iry Lejeune, met en rapport Nathan avec le label OT (Oklahoma Tornadoes). Les disques OT étant distribués par George Khoury, patron des labels Lyric, Khoury’s, Nathan se met naturellement et simplement à enregistrer pour lui. Entre 1953 et 1954, Nathan grave une vingtaine de faces pour George Khoury. En 1956, Nathan Abshire débute sa collaboration avec Dewey Balfa avec quelques titres à la clef. Au milieu des années 60, Nathan enregistre une dizaine de titres pour JD Miller, quelques uns seront publiés sur le label Kajun. Lors de ces sessions, Miller décide de faire jouer l’harmoniciste Lazy Lester mais sous le nom de La La Lavergne, (Miller en dehors d’être paternaliste, dirigeant et ségrationniste a pour habitude de donner des surnoms à ses musiciens) méthode que ne supporte pas Nathan qui décide d’arrêter toute collaboration avec JD Miller.

En 1964, Chris Strachwitz, patron du label Arhoolie part à sa rencontre pour l’enregistrer ce qui permet à Nathan Abshire de participer la même année au Newport Folk Festival où sa prestation fait un carton auprès de 17000 spectateurs. En 1966, après plusieurs tentatives infructueuses, Abshire et Floyd Soileau vont enfin travailler ensemble, les deux hommes signent un contrat pour deux albums. En dehors de « Pine Grove Blues » sorti en 1970 et « The Good Times Are Killing Me » publié en 1976, Swallow Records publiera un troisième album (existant aussi en version cd) « A Cajun Legend … The Best of Nathan Abshire » publié en 1986. Durant les années 70, malgré un succès tardif, l’accordéoniste n’a jamais vraiment réussi à faire vivre sa famille de sa musique. Il sera ferrailleur le jour, musicien le soir et alcoolique la nuit. Son addition à l’alcool le rattrape, il décède le 13 mai 1981 à Basile, quelques années après la sortie de l’album « The Good Times Are Killing Me », au titre malheureusement prémonitoire. Il faudra attendre près de dix ans pour que l’Industrie du disque et la presse musicale se rendent compte de son rôle capital dans l’émergence de l’accordéon Cajun Music.

Ce nouveau cd remet au gout du jour le pape de l’accordéon cajun. On peut néanmoins classer cette compilation dans le domaine de la réédition, dans la mesure où 24 des 25 titres figuraient sur le cd « Nathan Abshire Featuring The Balfa Brothers » (CDCHD329) sorti en 1991, qui lui-même regroupaient les deux albums vinyles « Pine Grove Blues » et « The Good Times Are Killing Me ». Seul le titre  « French Blues » est nouveau. Entre two steps de folie, valses lentes ou rapides, stomp rock cajun et des pièces blues il est difficile de ne pas adhérer au répertoire de Nathan Abshire et à ses textes souvent dévastateurs. A noter que le cd est agrémenté d’un excellent livret de 20 pages (les 25 titres sont détaillés sur 4 pages) provenant de la plume de Lyle Ferbrache.

Sur le site Ace Records

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?