Morry Sochat & The Specials 20S

Autoproduit

Morry Sochat & The Specials 20S – Swingin’ Shufflin’ Smokin – Autoproduit
Morry Sochat est un harmoniciste blanc de la nouvelle génération. Natif d’El Paso au Texas, il rejoint Chicago au début des années 90 et c’est dans la cité des vents qu’il découvre l’harmonica ; se passionnant pour le petit instrument il intègre les Shakes & Tongues & Groove puis fonde son propre groupe The Specials 20S. Son blues est fortement teinté de swing style Louis Jordan, ce qui peut paraître curieux dans la sainte patrie du Chicago de Muddy Waters.
Sochat va acquérir de l’expérience auprès de gens comme Dave Specter, Barrelhouse Chuck, Billy Branch, ou du batteur Willie « Big Eyes » Smith dont le fils Kenny est présent sur le présent CD. Après un premier album qui avait été très bien accueilli localement, le band a mis les bouchées doubles et Sochat en a confié judicieusement la production au guitariste Nick Moss. Sochat est entouré des guitaristes Jim St Marie et Shoji Naito, de Ted Beranis à la basse, de Kenny Smith aux drums sans oublier la présence d’un second harmoniciste Nick Krebs.
L’album débute avec le royal « 1955 » qui nous renvoie en quelque sorte à un historique de ce que fût cette formidable année pour le blues de Chicago ; Sochat nous remémore quelques grands noms tandis que Krebs se charge de la partie harmonica. Il s’attaque ensuite au répertoire du grand George Smith avec « Rocking » se montrant appliqué et fin avec ce titre qu’il gorge de swing, tandis que St Marie est étincelant avec un jeu de guitare aussi sobre qu’incisif. Puis c’est un excellent blues lent d’une grande sensibilité avec une mélodie incroyable qui vient toucher la cible. « Dance Little Mama » marque une rupture avec les précédents titres, là on baigne dans un savoureux mélange de rockabilly et de rhythm & blues où la guitare de Jim St Marie et la section rythmique jouent à la perfection sur un tempo tapageur.
L’instrumental « Humboldt Slide » est un solide R&B du meilleur cru, avec une pointe de blues dans lequel nos deux souffleurs se rendent coup pour coup donnant ainsi de l’envergure à ce morceau. Retour à Chicago avec « Standing Around Crying » où l’ombre de Muddy Waters plane tant par le jeu de guitare de Shoji Naito avec un jeu de slide acéré tandis que Morry Sochat souffle dans le même esprit que Little Walter avec abnégation et ferveur. Place ensuite à une composition de Sochat, « Signifying », qui ressemble fortement au « I’m a Man » de Bo Diddley. « Young Fashioned Ways » de Willie Dixon permet d’entrevoir encore une fois l’ombre de Muddy Waters, tandis que le ténébreux « Straighten Up Baby » de Little Walter propose une partie d’harmonica très ancrée sur le phrasé du grand maître.
On passe ensuite à une excellente reprise du « Train Kept a Rollin » de Tony Bradshaw avec une intro chemin de fer qui se poursuit dans un boogie endiablé que rien ne semble pouvoir arrêter, le tout bien alimenté par le jeu d’harmonica et par les touches de piano de Dave Ross.
Morry Sochat et The Special 20S est une formation qui mérite le détour, la personnalité de leur blues est remplie d’originalité. Un CD de Chicago Blues teinté de West Coast Swing, pimenté d’une dose de Rock n’ Roll rendant un vibrant hommage aux ténors du blues. Une belle et agréable découverte.

http://www.special20s.com/
http://www.myspace.com/thespecial20s

Henri Mayoux

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?