Moonburn

Jon Cleary “Moonburn” – Point Blank-Virgin 1999
Un disque superbe, des musiciens talentueux et à la baguette le plus demandé des pianistes de New-Orleans.
L’album s’ouvre avec “Fools Game” des les premières mesures on comprend tout de suite le climat de ce disque. Tout d’abord les voix chargées de Soul vibe, une section de cuivre aux petits oignons, une rythmique solide et groovy à souhait et le tout assaisonné du piano de Jon Cleary en digne représentant de la lignée des pianistes de New Orléans tel que Professor Longhair ou Doctor John (même si il est anglais d’origine).

“So damn good” vient ensuite tout à fait dans la lignée du funk de la Crescent city, écouter ce morceau et appréciez le swing énergisant de tous les protagonistes, idéal pour se lever de bonne humeur le matin.

“Heavy under pressure” constitue une surprise, en effet dans ce titre Jon réalise tous les instruments excepté la batterie et là franchement l’ambiance se retrouve résolument moderne avec une rythmique très actuelle dans le style R’n’B (pédales wha-wha sur le clavier, basse Slappée etc..)

“Unnecesseraly mercenary” Morceau très influencé par Doctor John et le funky beat propre à la cité berceau du jazz. Une petite touche dans les voix me rappellent Sly and the Family Stone.

“Port street blues” Un bon vieux blues jazzy à souhait, ça démarre en trio piano, contrebasse et batterie tout en douceur, la voix se fait confidence, on a soudainement envie de se mouler dans un fauteuil en cuir et de déguster un verre de single malt.

“Getting crazy up in here” Alors là, plus question de se laisser aller, Jon nous balance un gospel de feu dont le rythme et la ferveur vous donne des fourmis dans les pieds. Tout le monde debout sur le pont ! A noter que ce titre original de Jon figurait sur l’album de Taj Mahal “Senor Blues” (1997).

“Help me somebody” Très jazz cool et influencé par les Crusaders, voix chaude et guitare jazz qui surligne le morceau.

“Who’s there with you” Tout comme le troisième titre de l’album nous revoici en présence d’une lecture funky très actuelle, le son du clavier évoque le Fender Rhodes des artistes soul comme Donny Hattaway. Ce magnifique morceau ainsi que le suivant pourrait figurer en bonne place sur le dernier disque de Barry White (et c’est un grand compliment).

“Moonburn” le disque se clotûre avec le morceau éponyme, une fois de plus Jon démontre toute sa connaissance du Funk Blues typique de New Orléans avec un brûlot que ne rennierais pas les Neville Brothers, le chorus de guitare incendiaire et les backing vocals de Ernie K-Doe viennent finir en beauté cet album que je vous recommende vivement !

Jipès – 10/04/2000

 

les 5 derniers articles de Jipes

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?