Mettre le Blues à sa place…

Cognac Blues Passions 2005
Ce n’est pas, sans un certain plaisir, que je vais, là ci-dessous, vous compter mes 12 premières heures au Festival Cognac Blues Passions. Passions du Blues, oui ! Pour me taper presque 800 bornes aller et retour dans la même journée pour participer à l’ouverture de ce 12e festival On peut parler de passion… Alors : Moteur ! Une première…

Premières impressions : Quand on arrive à Cognac City, il faut trouver le noyau, le quartier où ça se passe. La ville semble paisible endormie sous la torpeur orageuse de ce jeudi 28 Juillet 2005. Il est déjà midi, il faut faire vite…

Premier contact : Tout semble bien organisé et bien huilé. Je récupère mon badge et le dossier de presse qui est agrémenté de quelques mignonnettes de Cognac VSOP… Ah oui ici nous sommes à Cognac et la présence des producteurs d’alcool est imposante. Le blues se décline Cognac. Luxe…Un seul point noir : il n’y a plus de place ni de « forfait journée » à vendre seulement des forfaits quatre jours. C’est l’effet Cocker, paraît-il… Ce bon vieux Joe est en vedette de cette première journée…. Ça sera sans nous…

Premières Rencontres : Je tombe sur Bernard Marie et Didier Chaumier (des fans de blues bien connus NDR), ils viennent de voir Imperial Crowns. Ils ont pris de l’avance… Je speede… Et toc, C’est Danny « Mudcat » et Katerina qui débarquent. Embrassades. Ils sont encore plus speeds que moi. On se retrouvera plus tard.

Premier Resto : Le Globe. j’allais écrire « of course » ; encore ici l’accueil est impeccable. On sent le professionnalisme et surtout que le festival est un événement pour le cœur du centre ville : « Magic Place » puisque c’est comme ça que la place François 1er a été rebaptisée…

Premier Cognac Tonic : et bien c’est au Globe justement, pour l’apéro, alors pour ceux qui ne connaissent pas encore, c’est léger très rafraîchissant. Une drogue douce à boire avec modération. C’est décidé, je l’adopte !

Premier Concert : Ce sont les Américains : Danny « Mudcat » Dudeck et Little Joe Burton. Ils vont jouer en duo, c’est la première fois que je les vois se produire dans cette formation. Chant, guitare, trombone… Pas commun et c’est très chouette… Cela met en évidence le talent de Danny. Le guitariste d’Atlanta démontre sans prétention qu’il est un bluesman de haute volée, authentique et sincère. Le deep feeling.

Premier plaisir de Blues : George Higgs est un songter discret qui a su capter l’attention d’un public prêt à partager un moment spécial… Casquette assortie à sa chemise bleu pâle, il raconte son histoire sans oublier d’interpréter quelques bons vieux classiques. On se croirait revenu dans les années soixante pendant un de ces Folk Blues Festivals qui ont marqués notre imaginaire. A l’heure de la sieste, le nombreux public est allongé sur la pelouse ou s’est emparé des chiliennes mises à sa disposition. Nous profitons de l’ombre de la frondaison, le temps s’arrête et la poésie de George Higgs enveloppe l’espace Tonic Day.

Premier flop et premier Top : Le Carré Camus et son côté blues à paillette n’a rien à voir avec le concert de G. Higgs… Mais je dois avouer que ça valait quand même le coup d’œil. Le Show room des Cognac Camus est magnifique, et le Groupe Voodoo Shank nous a offert un apéritif bien frappé… Après deux titre de Leon Blue… Aie ! Sorry Mister, Mais j’ai rencard avec les Ze Bluetones. pour ceux qui ne les connaissent pas encore ce groupe normands distille un Jump jubilatoire. Je peux vous affirmer (et sans être chauvin) que c’est le meilleur concert que j’ai vu durant cette belle journée…

Première apparition : Vers 19h30 c’est le moment tant attendu… Le concert de Willie King sur la scène Eden Blues. C’est la première apparition en Europe du nouveau Héro du Juke Joint Blues. Il sait qu’il est attendu, et Willie se prête volontiers au jeu des photographes. Le groupe cartonne. On se remémore les Cds. C’est puissant, ça avance, ça pousse sur du binaire lancinant. Les longues pièces de blues ne manquent pas de groove. C’est son point fort au père Willie : le groove…Instinctivement, Il laisse faire son groupe taillé pour la baston. C’est du sur mesure. Un Premier concert qui fut un coup de maître, Willie ne nous déçoit pas…Nous avons vu le Blues…

Premier Bilan : Je dois d’abord rendre hommage et saluer toute l’équipe du festival qui produit un événement à la hauteur de sa réputation. Depuis le temps qu’on me parlait de ce festival… On ne peut pas s’imaginer. Il faut s’en rendre compte sur place, juger sur pièce que le blues et partout joué presque 24 heures sur 24… Dans des lieux magiques ! Vraiment un beau festival qui remet d’une certaine façon le Blues à sa place.
J’aurais aussi pu vous parler des Mannish Boys, des Bulldog Gravy, des Stinky Lou and the Goon Mat ou de ce lointain écho dans la nuit quand ce bon vieux Joe Cocker entonnait « One » des U2… Mais je préfère que vous soyez là, l’année prochaine, avec nous à Cognac !

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?