Mathieu Pesqué « I’m not here »

Default Icon

Ouh, il est déjà loin le temps des Jams de la Cantina à Pau, si loin le temps… quand nous découvrions le « petit gars » dans les ruelles de Cahors ou lors de nos premiers échanges pour un interview en 2008 aux Blues Passions Cognac. On connaît son parcours suivi à distance dans nos écouteurs et juste après 7 albums au compteur, c’est comme si nous ne l’avions pas vu grandir… Cette année, Mathieu Pesqué revient avec un 8ealbum événement intitulé ironiquement« I’m Not Here ».

 

 

Après une migration dans les Côtes-du-Nord en Bretagne, cet addict du matos de compression vintage et des micros qui ont du grain s’est installé en bord de mer un studio sur mesure. Il y a fabriqué pour nous, dans l’ombre, pièce après pièce, étape après étape, un recueil de chansons dans lesquelles il se raconte. Des balades, des blues qui lui ressemblent et qui reflètent toute la mesure de ses talents. Talents doubles, triples tant son sens de la mélodie, sa technique de la prise de son, et son interprétation nous laisse comme ça, sans voix.

« I’m Not Here » nous aura accompagné tout l’été, Mathieu Pesqué y rayonne rempli de sensibilité parti à la quête du Graal que certains d’entre nous recherchent par fantasme ou juste pour vérifier que ce monde musical existe, juste là, planqué derrière la fenêtre.
Mathieu a embarqué dans ce voyage son trio de musiciens composé de Ludovic Timotéo à la basse, Olivier Pelfigues aux baguettes et Hansel Gonzalez à la guitare électrique. Ils se connaissent bien, ils tissent ensemble un écrin d’ambiances, capables de passer du blues profond (Walk the Line) aux envolées country oxygénée (Drops Of Rain).

Une quête qui nous promet aussi de belles rencontres en chemin… Tout d’abords, Phil Palmer qui apporte avec lui son touché de guitare (Ordinary People), Marko Balland coupable de riff harmo au rasoir (Play Dead), Bala Diabaté, Abdoulaye Sambé pour relier l’Amérique à l’Afriqueet enfin le regretté Neal Casal, qui vient juste de nous quitter après avoir inspiré tout une génération d’apprentis songwriters adeptes des grands espaces (Lost in the Dark).

L’équipage vous attend pour faire quelques détours pour humer les embruns, jauger la profondeur du son de la guitare métal, tendre l’oreille à la voix chant d’oiseau, Ils vous attendent pour faire défiler au loin les plages où s’entremêlent les sonorités d’Afrique de l’ouest aux références musicales des Kelly Joe Phelps ou Harry Manx, et déjà rejoindre « Saying Your Name » qui éclaire la dernière portion de route assis sur un tracteur bleu. Succès imminent !

Commander le disque : https://www.mathieupesquemusic.com/

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?