Marco Fiume Blues Passion 2006

4e édition du 21 au 23 juillet 2006 à Rossano
J’ai eu la chance cette année encore de pouvoir vivre le festival Marco Fiume blues passion à Rossano de l’intérieur, c’est à dire en étant toute la journée et durant 5 jours avec les musiciens. Alors, forcément, j’ai eu l’occasion de vivre des moments magiques au quotidien, quand Sweet Betty chante un gospel a capela dans le bus, quand Bob Corritore ou Thibaut Chopin sortent un harmonica pour jouer dans le bus ou au restaurant, quand Louisiana Red joue de la guitare dans le hall de l’hôtel, qu’il jamme avec Philippe Brière ou Guitar Ray … autant d’instants magiques que j’ai savouré !

Rossano “la perle byzantine de la Calabre” est une station balnéaire située dans le sud de l’Italie, un site idéal pour des vacances, un endroit où l’on peut allier blues, gastronomie et plage, que demander plus ?

Le site du festival est exceptionnel, localisé entre la plage et la tour San Angelo (16e siècle).

Ce festival tient une place particulière dans le cortège des nombreux festivals d’été, car il s’agit d’un festival mémorial, rendant hommage à Marco Fiume, guitariste italien installé à Los Angeles qui nous a quitté trop tôt. Cette année encore, on retrouvait parmi les têtes d’affiche du festival des artistes qui avaient côtoyé Marco durant sa courte carrière, Jimmy Morello et Sweet Betty. C’était une occasion quasi unique de voir ces artistes en Europe où ils viennent trop rarement, surtout Sweet Betty. C’est aussi l’occasion de découvrir la richesse de la scène blues italienne ainsi qu’un bon groupe Hollandais. Pour la première fois cette année, le blues français était représenté, même bien représenté (en quantité et en qualité) par les Hoodoomen, Miss Sophie Kay et ses “Blues Boyz”, JB Boogie, Little Victor et son “Juke Joint Blues” .

Le voyage pour aller de Paris à Rossano a été cette année plus que jamais éprouvant, avion jusqu’à Rome puis bus de Rome à Rossano; il faut prévoir la journée complète et cette année les péripéties n’ont pas manqué si bien qu’on est arrivé à Rossano à 2h du matin !

Heureusement, une fois sur place, on ne regrette pas le voyage.

Vendredi 21 juillet 2006

C’est le groupe italien Walking Trees qui a eu l’honneur d’ouvrir le festival, Teresa Auddino assurant le chant durant la première partie du concert, avant l’arrivée d’Andrea Notti, un jeune musicien Calabrais qui est visiblement une des têtes d’affiche du blues italien (il a assuré la première partie de Gov’t Mule et Robert Plant quelques jours auparavant à Pistoia), un bon guitariste particulièrement à son aise sur les blues lents. Ils ont invité Bob Corritore à l’harmo pour un final enthousiasmant.

Andrea Notti

Andrea Notti & Walking trees

Andrea Notti – guitare et chant
Teresa Auddin – chant
Enzo Tropepe – guitare
Franco Pezzano – basse
Giancarlo Alessi – batterie
invité : Bob Corritore – harmonica

On a retrouvé ensuite les Hoodoomen dans leur formule de base sans saxo ni piano ce qui nous ramène quelques années en arrière également au niveau du répertoire que je qualifierai de mixte avec des morceaux du dernier cd comme “Blues with a feeling” mais aussi des morceaux “historiques” de leur répertoire comme “like a coyote”. Comme à leur habitude, ils ont fait le show mélangeant leurs diverses influences Louisiane, West Coast et surtout Chicago blues. Si Pascal Fouquet nous a encore régalé par la virtuosité et la fluidité de son jeu, Philippe Brière s’est mis en évidence par une démonstration de maîtrise du son de son harmo. A genou devant un ampli, il a joué avec la distorsion à la manière de ce que Jimi Hendrix réalisait avec sa guitare. Bob Corritore qui était à côté de moi fut visiblement impressionné ! La complicité entre Pascal Fouquet et Philippe Brière fut évidente. Les Hoodoomen ont donné un bon concert que j’aurais aimé plus long !

The Hoodoomen

The Hoodoomen

Philippe Brière – chant et harmonica
Pascal Fouquet – guitare
Eric Lebeau – basse
Francis Marie – batterie

La vedette de cette première soirée était Jimmy Morello, qui à l’image de Bob Corritore possède lui aussi plusieurs casquettes: chanteur / batteur / songwriter / producteur. C’est aussi quelqu’un qui a bien connu Marco Fiume, ils avaient d’ailleurs partagé la même scène à Cognac en 2000. Avant de démarrer son concert, Jimmy Morello a dit quelques mots pour rendre hommage à Marco, réclamant même une minute de silence. C’est un grand chanteur, un des derniers blues shouters, une forte personnalité et un showman hors pair. Si on pouvait être inquiet sur son état de forme avant le concert compte tenu des problèmes de santé sérieux qu’il a connu en début d’année, on a vite été rassurés. Il a proposé une première partie de concert dans un style West coast / swing / rock & roll puis une deuxième moitié Chicago blues traditionnel avec Little Victor à la 2ème guitare et Bob Corritore à l’harmonica. Jimmy Morello a fait le show venant s’inviter sur le piano de Julien Brunetaud pour un duo à quatre mains puis sur la batterie de Francis Marie, faisant preuve d’une énergie étonnante. Sa voix et son charisme restent intacts, il a offert un excellent concert, se donnant vraiment à fond avec ce petit grain de folie qui le caractérise, rendez vous compte qu’il a terminé le concert torse nu !

Jimmy Morello

Jimmy Morello

Jimmy Morello – chant
Julien Brunetaud – piano
Anthony Stelmaszak, Pascal Fouquet puis Little Victor – guitares
Thibault Chopin – basse
Francis Marie – batterie
invité : Bob Corritore – harmonica

Samedi 22 juillet 2006

La deuxième soirée était baptisée “ladies night”, les 4 formations à l’affiche étant toutes menées par une chanteuse.

Le premier groupe à monter sur scène fut Moods, un trio électro-acoustique italien avec une chanteuse à voix. Francesca Ventura a du coffre et de la puissance, et elle s’en sert bien. Elle était accompagnée par deux guitaristes à la fois fins et complémentaires. Si le répertoire fut éclectique, cette formation m’a fait très bonne impression.

Moods

Moods acoustic trio

Francesca Ventura – chant
Romualdo Panebianco
Francesco Stabile – guitares

Ils ont laissé la place à Guitar Ray and the Backbones, un groupe hollandais avec Martin Lewis en invité au saxo. Ils ont démarré sur les chapeaux de roue avec un répertoire west coast / jump / rock & roll, notamment une très belle version de “Gee I wish” faisant preuve d’une grande cohésion, d’une énergie et d’un swing contagieux;. De la dynamite ! impossible pour moi de rester assis. J’ai particulièrement apprécié le jeu du pianiste Govert Van Der Kolm. On a remarqué que Guitar Ray jouait sur la fameuse guitare de Marco Fiume.

Changement de style à mi-concert avec l’arrivée sur scène de la chanteuse Debby Lee, sa voix sensuelle et son regard coquin. Son répertoire résolument jazzy et sa présence sur scène ont installé une ambiance feutrée qui a enchanté le public, moi le premier ! Assurément une belle découverte…

La fameuse phrase qui figure sur l’affiche du festival depuis sa première édition “The bluesy side of Jazz, the jazzy side of Blues…” n’a jamais été aussi bien illustrée.

Guitar Ray et Debby Lee

Guitar Ray and the Backbones feat. Debby Lee

Raymond Nijenhuis – guitare et chant
Govert Van der Kolm – piano
Roelof “spools” Klijn – basse
“El” Guido Willemsen – batterie
invités :
Debby Lee – chant
Martin Lewis – saxophone

C’était au tour de Sophie Kay de monter sur scène. Elle a proposé un répertoire en anglais dans la lignée de ce qu’elle avait chanté à Bagneux en décembre 2005. Si Little Victor a comme d’habitude fait le spectacle (guitare derrière la tête !), Sophie nous a réservé de nombreuses surprises pour pimenter son show, notamment quelques invités de marque. Tout comme à Bagneux, son concert fut très réussi avec en plus ici un final très spectaculaire, durant lequel elle a chanté quelques titres en français, invitant Bob Corritore à l’harmo sur “4 fois par mois” puis Jimmy Morello pour un “pour qui tu te prends?” très théâtral. Jimmy Morello a bien joué le jeu lui répondant en anglais, il s’est visiblement bien amusé, il en a même rajouté se mettant à genoux devant Sophie, lui donnant sa chaussure, sortant même son portefeuille. C’était génial et le public a vraiment apprécié !

Pascal Fouquet et Sophie Kay

Miss Sophie Kay & her Blues Boyz

Sophie Kay – guitare et chant
Julien Brunetaud – piano
Anthony Stelmaszak et Little Victor – guitares
Thibault Chopin – basse
Simon “shuffle” Boyer – batterie

invités :
Bob Corritore – harmonica
Pascal Fouquet – guitare
Martin Lewis – saxophone
Jimmy Morello – chant

La vedette de cette “Ladies night” fut Sweet Betty, une chanteuse originaire d’Atlanta. Après un premier CD enregistré pour le label JSP produit par Jimmy Morello avec comme guitariste Marco Fiume, elle a enregistré récemment son deuxième CD pour le label Music Maker. Sweet Betty est une chanteuse au gabarit très impressionnant et à la voix toute aussi impressionnante. Elle a ouvert son concert par le très swinguant “They call me Sweet Betty” qui ouvre justement le cd JSP.

A mi concert, elle a chanté 2 formidables gospels a capela particulièrement émouvants pendant lesquels le public l’a écouté presque religieusement pour finalement se lever pour saluer cette grande artiste à la voix exceptionnelle formée à l’école du gospel, mêlant puissance et émotion. Au final, Betty et ses musiciens ont été rejoints sur scène par de nombreux invités pour une conclusion fort sympathique en forme de jam session, tout le monde y a pris beaucoup de plaisir, sur scène comme dans le public, même si on peut légitimement penser que 12 musiciens sur scène (4 guitaristes et 2 pianistes, un chanteur, une chanteuse, un harmo, un saxo, une basse et une batterie), c’est sans doute trop. Et puis, le gag de la soirée: Betty a essayé de dire quelques mots en Italien, malheureusement, elle a confondu “grazie” avec “buona sera” (elle a peut être été mal renseignée ?) toujours est il qu’elle a souhaité bonne soirée à la fin de chaque morceau !

Betty et Jocelyn

Sweet Betty

Betty Journey – chant
Julien Brunetaud – piano
Anthony Stelmaszak et Little Victor – guitares
Thibault Chopin – basse
Simon “shuffle” Boyer – batterie

invités :
Bob Corritore – harmonica
Andrea Notti, Guitar Ray – guitares
Martin Lewis – saxophone
Jimmy Morello – chant et batterie
Govert Van der Kolm – piano
“El” Guido Willemsen – batterie

Dimanche 23 juillet 2006

Comme les deux jours précédents, c’est un groupe italien “Tears and Rage” quia ouvert la soirée. Il s’agit d’un quatuor (guitare / basse / batterie / harmo) au répertoire très inspiré par Stevie Ray Vaughan et Jimi Hendrix, mené par un remarquable guitariste Joe Santelli qui a fait un super boulot au niveau du son. Au final, ils ont été rejoints par Andrea Notti pour quelques beaux duels de guitares.

Tears and Rage
Tears and Rage

Joe Santelli – guitare et chant
Paolo Chiaia – piano et harmonica
Marcello Politano – basse
Salvatore Greco – batterie
invité : Andrea Notti

Changement de style ensuite avec JB Boogie. Julien n’a certes pas connu Marco Fiume mais il a su trouver les mots justes pour lui rendre hommage. Et puis surtout, on s’est rendu compte que le groupe avait bien écouté et intégré les morceaux de Marco Fiume (surtout ceux enregistrés avec le trio loco) adaptant son répertoire, jouant des morceaux dans le plus pur style de Marco Fiume. Anthony Stelmaszak est de toute évidence le guitariste français dont le style se rapproche le plus de celui de Marco. Ce samedi, il fut tout simplement époustouflant à la guitare surtout sur les morceaux jazzy comme aimait les jouer Marco. Au niveau du piano, on peut aussi faire un parallèle entre Julien Brunetaud et Carl Sonny Leyland (le pianiste du Trio Loco). JB Boogie a justement repris Topsy, un morceau enregistré par le Trio Loco.

Julien a ensuite joué le morceau “look like twins” seul au piano, un moment magique rempli d’émotion qui a vu le public communier avec Julien. Thibaut Chopin a laissé sa contrebasse le temps de chanter deux titres en s’accompagnant magistralement à l’harmonica. Julien a obtenu un gros succès amplement mérité.

Julien-Brunetaud-01

JB Boogie

Julien Brunetaud – piano
Anthony Stelmaszak – guitare
Thibault Chopin – contrebasse
Simon “shuffle” Boyer – batterie

C’est ensuite Little Victor accompagné par le groupe JB Boogie et Bob Corritore à l’harmo qui nous a offert un court set de son juke joint blues. Jouant sur la guitare de Marco Fiume, Little Victor qui fut “au four et au moulin” durant ces quelques jours, que ce soit sur scène ou en dehors est apparu fatigué perdant même un peu de son potentiel vocal.

Bob Corritore et Little-Victor

Little Victor’s Juke joint blues

Little Victor – guitare et chant
Julien Brunetaud – piano
Anthony Stelmaszak – guitare
Bob Corritore – harmonica
Thibault Chopin – contrebasse
Simon “shuffle” Boyer – batterie

Avant le concert, Louisiana Red m’avait semblé logiquement fatigué (il était arrivé dans la journée) mais sur scène, il est apparu métamorphosé et même particulièrement fringuant, visiblement ravi d’y retrouver ses amis Little Victor (qui l’accompagne habituellement en Europe), Bob Corritore (qui l’accompagne habituellement aux USA) et Jimmy Morello, son ancien batteur. Il était tellement heureux de voir tout ce beau monde réuni autour de lui qu’il a joué deux bonnes heures avec un énorme sourire offrant un magnifique set de Chicago blues. Il a fait preuve d’une formidable générosité et d’une grande complicité avec ses accompagnateurs. Julien Brunetaud qui l’avait déjà accompagné à Ecaussinnes en mai fut comme toujours impeccable au piano. Trois batteurs se sont succédés derrière Louisiana Red, Simon “shuffle” Boyer (plus à son aise sur un répertoire jazzy où il excelle), Jimmy Morello et Francis Marie. D’ailleurs, Louisiana Red lui même en a perdu son latin, puisque lors de la présentation des musiciens, il a annoncé Jimmy Morello à la batterie alors qu’à ce moment là, c’était Francis Marie ! Beau compliment pour Francis…

Louisiana Red

Louisiana Red

Louisiana Red – guitare et chant
Bob Corritore – harmonica
Little Victor – guitare
Julien Brunetaud – piano
Thibault Chopin – contrebasse
Simon “shuffle” Boyer – batterie
invités:
Jimmy Morello et Francis Marie – batterie
Sophie Kay – chant
Andrea Notti et Joe Santelli – guitare
Philippe Brière – harlonica

Un grand bravo à l’organisatrice Maria Giulia Sorrentino (mère de Marco Fiume) pour cette belle 4e édition et un remerciement aussi pour Little Victor qui a beaucoup donné pour la réussite de cette édition.

A l’année prochaine …

Jocelyn “SlimJo” Richez

http://www.myspace.com/missdebbylee
http://www.myspace.com/theguitarray
http://www.myspace.com/bobcorritore
http://www.myspace.com/corritore
http://www.myspace.com/misssophieherblueboyz
http://www.myspace.com/littlevictormusic
http://www.myspace.com/louisianared

Associazione Musicale Marco Fiume
6, Via San Nilo – 87067 Rossano (CS)
Tel: (+39) 333.3230195
www.marcofiumebluespassion.it
info@marcofiumebluespassion.it
————————————————————————————
site “la route du blues”:
http://www.route-du-blues.net

portail expositions blues:
http://www.expos-blues.new.fr/

photos Chicago blues festival 2004:
http://perso.wanadoo.fr/photos-chicago2004/index.html
————————————————————————————

 

les 5 derniers articles de Jocelyn Richez

1 Commentaire
  1. andrea 15 ans Il y a

    Cher Docteur Blues,
    j’ai bien aimé Andrea Notti. Je trove qu’il est fort intéressant.
    Helo

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?