Long life for The Tennessee Paris and the devil music !

Nouvelle saison, nouvelle rentrée et nouveau lieu de Blues à Paris, le Tennessee Paris 12 rue André Mazet, 75006 Paris metro Odéon ou Saint Michel. La grande première se déroulera le jeudi 15 septembre à partir de 18h. Après une petite collation et l’occasion de présenter ce projet, il y aura 2 concerts (20h30 et 21h30) qui auront pour but d’illustrer le penchant musical du lieu, très proche de celui du Blues Rules finalement, avec René Miller et Johnny Montreuil.Et dès le lundi 19 septembre, ce sera un minimum de 3 concerts par semaine, majoritairement gratuits (les concerts payants seront exclusivement gérés par les groupes et uniquement à leur demande), toujours dans cette veine musicale gravitant autour du Blues :

19/09 : The Cuckoo Sisters (Old Time & Hillbilly)
20/09 : Steve Tallis (Blues Shaman Australian Griot)
21/09 : Dr. David Evans (Downhome Blues from Memphis)
23/09 : Tarq Bowen (Rhythm & Blues – UK)
26/09 : The Dad Horse Experience (Keller Gospel)
27/09 : BlackGrass (Cabaret rock & Garage jazz)
28/09 : Yom From Mars (Blues & Rock)

Voilà pour Septembre, et octobre suivra le même rythme d’enfer ! (normal pour la musique du diable)

Revenons sur la soirée du 15 septembre, avec :

René Miller, accompagné de David Chalumeau :
Dire que René Miller revisite les standards du blues n’est pas le terme approprié, non, cela va bien au-delà.
Bien connu du public français pour sa participation à de nombreux festivals et ses performances dans les rues de Paris, René Miller pointure indissociable du blues, originaire de Louisiane se partage entre la France et son pays natal avec cette particularité de jouer en acoustique sur une guitare en métal.
David Chalumeau, harmoniciste français d’origine vietnamienne attrape le virus du blues à l’adolescence et découvre la scène à l’aube des années 2000 avec le groupe Swampini. Après avoir participé à différents projets variés et partagé la scène avec Corey Harris, ou encore Kezia Jones, il intègre en 2012 l’équipe de Cory Seznec qui l’amènera pour des tournées aux USA et Canada.

Johnny Montreuil & Kik :
Montreuil, Île-de-France, patrie de Johnny Montreuil (sic). Hein ?! Qu’est-ce qu’un rocker chanteur réaliste tsiganophile de banlieue parisienne vient faire dans le Blues ?
Montreuil, c’est le « French Quarter » parisien. Flânant sur l’enfilade de bars autour de la rue de Paris, l’oreille saisit ce qui se fait de plus boisé, de plus tannique, en raï, fado, punk-rock, chanson, hip-hop, fanfare… et blues, inévitablement. C’est dans ces juke-joints sur Seine, devant de vieux rockers discutant Big Bill Broonzy et Chuck Berry, Picon en main, que les bluesmen viennent retrouver leurs bases entre deux scènes majeures, qu’ils soient résidents comme Benoît Blue Boy et l’obscure légende René Miller, ou de passage, comme le vieux maître de Memphis David Evans.
Et de ce Montreuil, Johnny est le prince et le barde.
Débranché de ses oripeaux électriques, concentré sur la palpitation rythmique et la couleur du son, au service de textes d’une éloquence au ras du pavé, le rock’n’roll de Johnny se débarrasse de soixante ans de surenchères et de star-system pour toucher la chair de Piaf et de Hank Williams, le cœur vivant du blues. Clignez des yeux, et la contrebasse de Johnny est celle de Willie Dixon, l’harmonica de Kik, à ses côtés, celui de Big Walter Horton. Du chant du ghetto à celui de la banlieue, il n’y a qu’un souffle.

La grille de programmation en ligne, c’est ici : http://www.tennessee.paris/events/
Et toujours sur facebook aussi : https://www.facebook.com/tennesseeparis/events

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?