Les Big Dez ont le sourire…

Big Dez – You Can Smile – Why Not
Voici le nouvel album de notre colosse guitariste, un rien boulimique des triolets, il nous livre lui et sa clique de “pêcheurs” un album séduisant, éclairé… Qui hisse les Big Dez dans le peloton de tête des formations de notre beau pays bleu. Beau pays, il faut le dire vite ! Vu la crise boursière, mes actions Fender en baisse, j’avais perdu un bon paquet de fric, pour sûr, la politique commençait sérieusement à me fatiguer, il me fallait un bon remontant, du genre tord boyaux de derrière les fagots, bref une raison de rester optimiste et de garder la banane… « You can smile » le bien nommé débarque au moment T, et ce disque, cette hostie, remontrait le moral de tout pov’ trader en manque de veine, suivez mon regard…
En y regardant de plus près, Phil Fernandez, auteur des lyrics de l’album avait bien les mêmes préoccupations que moi, comme il le déclare avec son ami batteur DW Jack Dempsey : « tous les sujets du blues mais aussi, un brin d’introspection et de témoignages sur notre époque »… Ceux qui la font, cette époque, jurent à qui veut l’entendre, que le cd, le disque sous la forme où nous le connaissons est mort. Le Cd décédé !

Le son Big Dez
L’idéal de cette musique c’est qu’elle aime s’aventurer dans les meilleurs recoins aux détours d’un itinéraire qui oublie les autoroutes. En relisant ma précédente chronique, j’avais suggéré que « Night after night » sonnait comme un 12 rounds sans temps mort.
Aujourd’hui, les Big Dez font dans l’intime, la proximité, attention quand je dis dans l’intime il ne faudrait pas penser que notre poids lourd a baissé les poings…Le Texas est une passion, le fameux moment T, l’esprit des grands groupes plane sur cet album, avec ce petit quelque chose de Ronnie Earl qui nous rappelle de beaux souvenirs. C’est chaud, c’est sexy !!! Oui voilà, j’ai trouvé, le blues-rock de Big Dez est sexy…

Vérifiant l’adage : du savoir par cœur n’est pas savoir, les musiciens, que je ne vous présenterai pas, on ne les présente plus, s’efforcent en permanence à renouveler le genre, ils évoluent encore, les cuivres arrosent, les sons des guitares cisaillent, l’harmo discrète plante très intelligemment des riffs parfumés. Le piano, l’orgue se promène dans un jardin.

Il est bien tentant de joindre ce volume de Big Dez sur mon ordonnance et de l’ajouter illico presto à votre liste de course, juste histoire de voir, de se rebeller et de conserver un témoignage d’une musique sans étiquette… LA musique de Big Dez ! Et l’on n’est jamais trop prudent.

Hé psitt… Allez souriez, la musique, ce n’est pas encore interdit alors n’écoutez pas Fast Food, écoutez Big Dez !!!

http://www.myspace.com/bigdezbluesband

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?