Le 3e Challenge Blues Européen récompense le blues électro acoustique !


La 3e édition s’est déroulée à Toulouse du 4 au 9 mars 2013

Que retenir de ce Challenge après cette troisième édition ? Les représentants français avaient la lourde tâche de l’organisation de cette édition après 2 éditions berlinoises réussies. Il n’est jamais facile de relever un tel défi surtout pour l’association France Blues qui a tout juste 2 ans d’existence.Cela paraissait d’autant plus difficile hors des murs parisiens où dans notre état jacobin le parisiano-centrisme a encore de beaux restes (il suffisait de voir les regards pleins d’affection, les embrassades que s’adressaient entre eux la grosse poignée de déraciné(e)s parisien(ne)s le jeudi soir au Connexion).
Et l’organisation décentralisée prise en charge par la Toulouse Blues Society, vue d’un œil extérieur s’est déroulée de manière métronomique (c’est bien le moins pour un évènement musical me direz-vous !)
Donc tout d’abord, nous tenons à saluer et remercier l’ensemble des bénévoles qui du 4 au 9 mars ont œuvré pour que Toulouse soit la capitale européenne du Blues car le défi était loin d’être gagné, parole d’ancien toulousain !

Dès le jeudi se retrouvait dans 2 clubs toulousains, la Dynamo et le Connexion, le petit monde bleu estampillé français autour de 2 soirées show cases avec 12 groupes répartis sur ces 2 clubs. Pourquoi ne parlerons-nous que de ceux organisés au Connexion ? Parce que par esprit grégaire, nous sommes restés agglutinés ensemble entre “parisiens” ? Certainement pas, mais plus probablement parce qu’après plusieurs heures de ballades dans les rues de la ville rose, les jambes après le trajet, étaient lourdes et que le grand auvent couvert à l’entrée permettait de siroter en attendant le début des festivités.
Des Flyin’ Muffins (trio albigeois possédé par le vaudou néo orléanais) au vieux routier Mojo Bruno Metregiste des Mannish Boys, d’un autre vieux routier chantant en français, Daniel Blanc aux jeunes Driftin’ Blues de Nantes, en passant par les confirmés Jumpin’ to The Westside (qui viennent de rééditer leur premier CD épuisé avec 5 titres supplémentaires enregistrés au mythique Studio Sun à Memphis lors de leur passage à l’IBC 2012) et les toujours efficaces Beeps, pardon Blues Power Band (c’est pas du blues, diront les puristes, mais pourquoi conquièrent-ils le public à tout coup ?) la soirée fut excellente et le public a semblé ravi de ces diverses expressions d’un blues à la française. Nous pensons qu’il en fut de même à la Dynamo où les échos entendus le lendemain semblaient tout aussi satisfaisants.
Nuit de repos et reballade dans les rues de la ville de Nougaro où par une belle journée ensoleillée l’Espagne semble un peu pousser sa corne. Ballades dans les petites rues d’un centre ville de plus en plus piétonnier jusqu’aux Musicophages où, comble, c’est un ancien Manceau qui vante les charmes de la ville à un ancien Toulousain !

En route vers le nouveau Bikini réouvert il y a quelques années après la catastrophe d’AZF où la précédente salle proche du site chimique avait été détruite. Nous ne passerons pas en détail les 19 groupes (les bulgares n’ayant pu effectuer le déplacement) qui se sont présentés sur scène pendant les deux soirées.
Animées par le belge Lighnin’ Guy, maître de cérémonie des deux soirées, les prestations fournies par les musiciens prouvent que l’idée d’européaniser la musique bleue est loin d’être absurde et le niveau musical était globalement très relevé, quel que soit le type de blues que nous puissions privilégier. Sur les deux soirées nous sommes, durant des sets de 20 minutes pour chacun des groupes présents, passés de boogie jazzy pour arthritiques retraités à des métalleux roots d’approche très hard. La palette bleue s’est déclinée sous toutes ses nuances, avec du blues assis et du blues debout, de l’acoustique à l’électrique, avec il est vrai abondance de guitaristes jouant en slide. Mais près du stand de vente des disques, certains amateurs étaient loin de s’en plaindre.
Nos chiens échevelés n’ont pas à rougir de ne pas avoir été retenus sur les plus hautes marches du podium et au delà du spectacle produit, n’avaient de cesse de se situer dans l’esprit de ce challenge en annonçant la sortie (européenne il va de soi) de “Renegade Party” leur cinquième opus, courant mai.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le jury a récompensé trois trios plutôt électro acoustiques d’excellente qualité Véronica Sbergia and The Red Wine Serenaders (Italie) obtenant un premier prix mérité, Chino & the Big Bet (Espagne) ex aequo en second avec les Soul Serenade de Roumanie qui n’ont pas encore produit leur premier album.
Sans vouloir remettre en cause les artistes retenus, loin de là, d’autres groupes parfois plus électriques sont loin d’avoir démérité. Ainsi, les Croates de Sunnysiders qui par 2 fois déjà se sont présentés à l’IBC à Memphis, les autrichiens de Bluesmopolitans, ou les tout jeunes Sugar Boy and the Sinners (Pays-Bas) qui, n’en doutons pas, tourneront hors de leur pays dans les temps qui viennent.
Mention spéciale à Honey B & T-Bones, vieux routiers de la scène finnoise depuis 30 ans qui sur des bases bien bleues pratiquent un rock très personnel où les bases roots ne manquent pas et où la voix de la leader bassiste est superbe.

En petit clin d’œil une reproduction de la sérigraphie de Frank Margerin spécialement réalisée pour cette occasion.

Lucien à Toulouse

 

Au final, ces soirées au delà de l’idée de challenge et donc de compétition qui pourrait prévaloir sont l’occasion de rencontres, d’échanges entre professionnels, musiciens et public. Si la langue parlée est un anglais décliné avec toutes les intonations européennes suivant les locuteurs, tout le monde finit par se comprendre et dépasser la barrière de nos langues respectives pour se retrouver dans cette musique qui nous rassemble, ce qui reste bien l’essentiel.

Alors, vivement le Fourth European Blues Challenge qui aura lieu l’année prochaine à Riga.

Serge Sabatié
Photos : © Miss Béa

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?