Le Blues 2014 en quinze disques

Quelques albums que nous n’avons pas chroniqué sur Docteur blues en 2014…
Publiés au cours de l’année qui vient de s’achever ces CDs méritent mieux que notre silence qui n’est pas signe d’indifférence. Vue la tendance de vous entretenir d’un grand nombre de parutions ou de rééditions de musiciens disparus pour lequel nous avons des coups de cœur, nous en oublions souvent la production contemporaine.

La  querelle des anciens et des modernes n’est pas prête de s’éteindre, y compris dans notre petit milieu ( et y compris parmi les blues contributeurs du doc). C’est bien parce que nous sommes dans l’incapacité de donner une définition stricte de ce que nous mettons derrière les mots (et la musique que nous aimons) que la liste que nous présentons ici ne reflète que la sensibilité de son auteur, de ses humeurs du moment et de ses gouts évolutifs. Nous précisons que nous tenons d’entrée à nous excuser auprès de tous ceux et celles que nous avons oublié dans cette mini rétro 2014.

Leo Welch, Sabougla Voices

Leo Welch, Sabougla Voices


Commençons par nos amis américains qui continuent à perpétuer différents aspects de la musique que nous aimons. L’année écoulée, nous avons découvert deux nouveaux venus sur la scène blues dont un, Léo Welch, jeune artiste de 81 ans a sorti un premier album “Sabougla Voices”, mêlant blues roots et gospel avec une conviction dont bien des jeunes devraient s’inspirer. S’accompagnant à la guitare, ses chants autour de dieu nous ont permis de constater que le dilemme entre sacré et profane dans la musique du diable était toujours bien présent aujourd’hui.

Jarekus Singleton, Refuse-to-Lose

Jarekus Singleton, Refuse-to-Lose

Un jeune musicien afro américain a fait lui aussi une percée avec un second album qui a dépassé le simple phénomène de mode. Il s’agit de Jarekus Singleton. Nous attendrons avec intérêt ses prochains efforts musicaux pour vérifier sa capacité de porter haut sur son nom tous les espoirs qu’il nous permet d’entrevoir dans “Refuse To Lose”. En attendant les tourneurs seraient bien inspirés de vérifier si l’individu veut bien venir se produire dans quelques lieux et festivals sur l’ancien continent et particulièrement dans notre hexagone.

Sharon Jones

Sharon Jones

Nous n’oublierons pas de citer Sharon Jones & The Dap-Kings don’t l’album “Give the people what they want” poursuit sur la lancée de ses précédents enregistrements. Une tournée française nous a permis de vérifier que la dame avait non seulement dépassé ses graves problèmes de santé mais qu’elle avait su puiser dans sa maladie pour nous insuffler une véritable envie de vivre et de bouger.

 

Ronnie Earl, Good News

Ronnie Earl, Good News

Ronnie Earl and the Brodcasters avec “Good News” nous a prouvé qu’il savait se renouveler dans la continuité. L’ancien guitariste des Roomful of blues comme Duke Robillard s’inscrit dans la durée. Good news avec la voix de Diane Blue qui sur quelques titres, vient ponctuer très finement la guitare de Ronnie est à avoir dans toute discothèque de mordu de blues cool pour soirée aux chandelles et lumières tamisées.

Thorbjorn Risager

Thorbjorn Risager

En Europe, nous avons eu quelques productions de qualité qui placent certains musiciens au niveau des américains. Thorbjorn Risager avec “Too many roads” nous a livré un album dans la continuité de sa production. Le danois nous enchante toujours même s’il n’y a plus l’impact de la nouveauté. Mais pour nos lecteurs qui ne connaitraient pas encore, Too many roads est tout à fait représentatif de ce rhythm and blues gorgé de cuivres qui le place comme l’un des grands leaders européen du genre et nous enchante un peu plus à chaque écoute.

Rita Engedalen, "My Mother's blues”

Rita Engedalen, “My Mother’s blues”

Venant elle aussi du nord la norvégienne Rita Engedalen avec “My Mother’s blues” nous démontre que sa victoire à Berlin en mars 2012 n’était pas un simple hasard mais bien la preuve de ses grandes qualités vocales. Après un album publié en 2012 avec Margit Bakken, Rita, toujours accompagnée de son groupe Backbone évolue entre blues roots soul et folk à l’instar de Ruthie Foster invitée sur un titre.

Spikedrivers

Spikedrivers

Les anglais de Spikedrivers eux aussi ont sorti leur huitième album (en comptant un mini Lp de noel en 2006). “Live in London”, troisième album en public permet de mesurer les progrès effectués par le trio. Non que leur premiers opus fussent de moindre qualité mais il apparaît aujourd’hui flagrant que Ben Tysack, guitariste du groupe a su dépasser le syndrome du mimétisme avec Mark Knopfler particulièrement lorsqu’il joue en slide. Allez les voir s’ils viennent se produire par chez nous, vous ne serez pas déçu !

Véronica Sbergia and Red Wine Serenaders

Véronica Sbergia and Red Wine Serenaders

Véronica Sbergia and Red Wine Serenaders avaient remporté le premier prix lors de l’European Blues Challenge 2013 à Toulouse. Après un CD avec Max De Bernardi,  ceux-ci ont repris la formule trio avec un nouveau venu à la contrebasse, Dario Polerani. Toujours aussi sympathiques lors de leur concert, les Red Wine Serenaders avec “The Mexican Dress” perpétuent le croisement sur près d’un siècle d’une musique populaire composée de compos personnelles et de reprises de ragtime, hokum et vieux blues.

Amandine Guinchard et Damien Félix

Amandine Guinchard et Damien Félix

En France, à l’exception d’un duo folk rock, 2014 a été marqué par quelques briscards qui commencent à être reconnus et ont sorti quelques galettes dignes d’intérêt. Catfish, après un premier EP en 2012 a sorti  son premier album “Muddy Shivers” début 2014. Amandine Guinchard et Damien Félix, découverte des Inrocks, ont multiplié concerts et festivals se constituant un important fan club les considérant comme des White Stripes à la française.

 

Nico Backton

Nico Backton

Nico Backton poursuit son chemin sur la route d’un blues électro acoustique. “Down The Line”, son dernier opus a complètement sa place dans cette mini rétro tant la qualité suinte  sur toutes les plages de ce CD.

Three Gamberros

Three Gamberros

Loretta, Mig Toquereau et Antony Stelmaszack poursuivent leur chemin en tant que Loretta & the Bad Kings avec la sortie d’un live “Who’s The Rocket Man?” très représentatif de ce qu’ils produisent en concert mais c’est sous le nom de Three Gamberros qu’ils se sont signalés à nous en 2014, ajoutant une palette tejano country à leur répertoire bleu. Le travail effectué sur “Lucinda” est à poursuivre tant l’ensemble sonne homogène et convaincant.

Mike Greene et Youssef Remadna "Take It On”

Mike Greene et Youssef Remadna “Take It On”

Dans un registre proche signalons l’excellent album sorti par Mike Greene et Youssef Remadna “Take It On”. Mike marie son amour d’un folk blues à la guitare électrique avec l’harmonica de Youssef. L’album renoue avec la tradition des duos guitare harmo de blues urbain et est à ranger auprès de ces duos du passé que vous affectionnez. Le mélange est excellent et mérite décidément mieux que les quelques lignes que nous lui consacrons.

Malted Milk, On Stage Tonight

Malted Milk, On Stage Tonight

Commencer l’année par la sortie d’un live “On Stage Tonight” et la terminer par la sortie d’un autre album “Milk & Green” avec la chanteuse Toni Green tel est le bilan d’activité de Malted Milk pour 2014 où une fois encore ce combo a prouvé la place de plus en plus importante qu’il prend dans un registre blues soul funk groovy tant en France qu’à l’international.

Milk & Green

Milk & Green

Souhaitant que 2015 soit aussi riche et variée, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter musicalement une bonne année.

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?