Layla Zoe : The Lily

Default Icon

Layla Zoe – The Lily Ce 30 août sort “The Lily” le dernier opus de Layla Zoe (prononcez Zou), canadienne installée en Allemagne depuis quelques années. Si le prénom entretient notre jeunesse et certaines amours tumultueuses, la canadienne a pour elle de nous maintenir dans cette période des seventies où les enfants du rock savaient ce qu’ils devaient au blues.

Car si Layla Zoe nous rappelle quelqu’un(e) c’est bien Janis Joplin. Certes, vous me direz que tous les deux ou trois ans, il se trouve quelque critique pour vous mettre l’eau à la bouche en vous annonçant que telle ou telle chanteuse est la réincarnation de la grande Janis, si ce n’est par le look au moins par l’esprit.
Pour ce qui est de Layla Zoe, nous n’avons aucun problème à valoriser son travail car ce n’est en aucun cas un quelconque produit musical. Il vous suffit de taper son nom dans un moteur de recherche, de chercher quelques images, qui vous mettront en appétit que ce soit pour son éblouissante chevelure blonde laissée libre en concert ou pour ses tatouages qui couvrent son corps et font de cette jeune femme une petite bande dessinée de la rock music (tatouages de Bob Dylan, Tom Waits ou Neil Young sur les membres inférieurs). N’hésitant devant aucun sacrifice, nous cédons bien volontiers à la tentation de reproduire pour quelques loups tex averyens une photo fort suggestive extraite de la back cover de son album “Firegirl” réalisé en 2008.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ça va, vous avez régalé vos yeux. Poursuivez en éduquant aussi vos oreilles,en voyant quelques vidéos et vous convaincre d’aller sur un site légal écouter les albums de la dame. Née en Colombie britannique, Layla a commencé à chanter très jeune, dès quatorze ans dans le groupe de son père. Elle a gagné plusieurs prix au Canada, lui ayant valu le surnom de “Canada’s darling of the blues” elle s’est imposé également en Finlande et ailleurs. Ayant passé deux ans au Québec, Layla est depuis quelques années installée en Allemagne et commence à se faire un nom dans le petit monde bleu hexagonal. En Allemagne, Layla a rencontré Henrik Freischlader, guitariste et multi instrumentiste blues qui a participé en jouant de pratiquement tous les instruments sur son précédent album “Sleep Little Girl” paru en 2011. Les deux artistes, grâce à une formule qui leur a permis d’avoir quelques critiques positives, récidivent aujourd’hui avec “The Lily”, Layla au chant et Henrik aux guitares, basse, batterie et backing vocals accompagnés comme sur le précédent album par Moritz Fuhrhop à l’orgue Hammond. Sorti sur le label de Henrik Freischlader, tout cela pourrait faire très artisanal. Il n’en est rien. Nous n’allons pas vous décliner les diffèrents aspects bluesy de cet album. Nous vous laissons vous faire votre propre opinion. A notre avis, Layla Zoe est en passe avec cette deuxième réalisation européenne dans sa discographie de se positionner comme une chanteuse incontournable de la scène rock blues contemporaine. Nous ne serions pas complet si nous ne vous annoncions pas les trois dates françaises de la tournée d’automne de Layla Zoe. Alors, après les spectateurs de Cahors ou de Bagnols cet été, n’hésitez pas à réserver votre soirée lors de son passage

  • le 11 octobre, au Temps des crises à Beaumont en Véron près de Chinon, salle locale qui depuis deux ans, essaie avec l’association “Les Cinquantièmes Rugissants” de développer une programmation blues.
  •  le 12 octobre à Tremblay (le docteur a déjà annoncé la programmation de cet automne)
  • le 13 octobre à La Traverse à Cléon que l’on ne présente plus, les locaux connaissent la salle !

Serge Sabatié

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?