Rolling Stones


Lewis and Ponds
Lewis Brian Jones poursuit des études de musique classique à Cheltenham jusqu’au jour où il rencontre le Blues incorporated de passage dans la petite ville tranquille. C’est le détonateur pour sa dévotion au blues. Il zone à Londres après avoir lachement plaqué ses études et retrouve le Blues incorporated et apprend l’harmo au côté de Cyril Davies. Lors d’un séjour en Suède, il touche à la guitare, de retour à Londres, il passe une annonce (c’est la coutume à l’époque) pour former un groupe de R’nB. C’est ainsi qu’il rencontre Ian Stewart, Andy Wren et Geoff Bradford.

A l’époque de Blues incorporated, Brian Johns fait partie d’un duo blues : Lewis and Ponds.

Avant de rejoindre les Stones, Brian joue sous le pseudo de Elmo Lewis. Paul Pond, l’autre moitié du duo, n’est autre que Paul Johns, il est présenti pour être le chanteur des Rolling Stones, mais son agent voit en lui un grand comédien de théâtre.
C’est donc Mick Jagger qui obtient le job. Paul Johns quant à lui rejoindra Manfred Mann et plus tard le Blues Band…

Blues Boys
Jagger et Richards se retrouvent, selon la légende, par hasard dans un train de banlieue. En fait ils se connaissent depuis l’école primaire de Maypole County. Ces retrouvailles se font autour d’une même passion le Rock et le Blues, Ils se découvrent également un ami commun : Dick Taylor. Taylor et Richards jouent du Rn’B dans le groupe Little Boy & the blues boys.

Les chaudes soirées du Ealing club, marquent les débuts des 2 compères poussés par Davies. Ils montent un soir sur scène, impressionnés, mal accordés, ils jouent un titre de C. Berry “Around and around”. Jagger fait une grosse impression sur Alexis Korner, mais l’accueil du public est mitigé. Le lendemain, Korner reçoit un coup de fil de Davies : “Comment mettre la main sur celui qui a chanté la chanson de Berry, hier ? ” Alexis n’en a pas la moindre idée, mais ce qu’il ne sait pas non plus c’est que Jagger a posté à son intention une démo des Blues Boys avec en guise d’accompagnement ces quelques mots : “je suis un enragé du blues, j’en chanterai toute ma vie”

Premier concert
Tout ce petit monde, l’embrillon stonien, se retrouve au Ealing club est commence à répéter. Mais des heurts entre guitaristes sur le choix des morceaux entraînent le départ de Bradford qui rejoint les All Stars de C. Davies. Puis c’est au tour de Dick Taylor de quitter le groupe (il y tenait la basse) pour retourner au collège avant de fonder les Pretty Things.

Jagger qui fait officiellement partie de Blues Incorporated ne sait pas encore quelle voie choisir. En juillet 1962, lors d’un Concert du Groupe de Korner à la BBC, Jagger est laissé de côté, mais il a l’idée de remplacer Blues Incorporated au Marquee. Les Stones qui se composent de Mick, Brian, Keith, Ian et le batteur Tony Chapman ouvrent la soirée, le groupe de Long John Baldry étant le groupe principal. C’est la première apparition des Stones en public.

Tony Chapman connaissait déjà Bill Wyman, ils avaient joué ensemble dans les Cliftins.

Rollin’ Stones
Finalement, en janvier 63, Bill Wyman et Charlie Watts, alors dessinateur de pub et batteur de Blues Incorporated, rejoignent le groupe. Dans la foulée les Stones remplacent le Dave Woo R’n’B au Crawdaddy Club tenu par Giorgio Gomelsky. Ils en deviennent des membres permanents et le bouche à oreille fait le reste.

Peter Jones, journaliste au record mirror, décide Andrew Loog Oldham d’aller voir les Stones sur scène en compagnie de E. Easton. Le 23 avril 1963, Decca signe les Stones. et de Rollin’ Stones le groupe est rebaptisé par Oldham : Rolling Stones, avec un g. Ian Stewart ne fait plus officiellement partie du groupe, selon Oldham il n’a pas le profil, il reste néanmoins le road manager du groupe.

Premières pierres
Le 7 juin 1963, après plusieurs tentatives en studio, sort le 1er 45 t. officiel du groupe, il est composé de “Come on” de C. Berry et “I want to be loved” de W. Dixon.

Les Stones marquent rapidement leur différence, influencés par Arthur Alexandeur et Coasters. Un EP (super 45 t 4 titres) va les propulser en tête des charts, sorti le 17 janvier 64, il se compose de “You Better move on/Poison Ivy/ Bye Bye Johnny/money”.

Le groupe multiplie les apparitions TV et les mini-tournées dont “Group Scene 64” en compagnie des Cheynes de Peter Green, Marty Wilde, Johnny Kidd & the Pirates et des Ronettes. Puis, issue d’une collaboration avec Phil Spector, sort le légendaire simple “Not fade away/Little by little”. Le succès de ce disque persuade Decca de sortir le première album des Stones qui sera un des plus grands hommages de l’époque à la musique afro-américain. Des titres de W. Dixon, S. Harpo, J. Reed, R. Thomas et C. Berry sont enregistrés sur un deux pistes

Sweet Home Chicago
En juin 1964, les Stones sont en session au Studio Chess avec Ron Malo à la technique. Le grand pro du Chicago Sound, durcit le son du groupe lui donnant plus de profondeur.
Titres témoins de cette époque “Its all over now” et l’EP Five By Five avec le célèbre jam “2120 South Michigan Avenue” sur lequel jouait Muddy Waters en personne. Des problèmes bassement matériels auraient entraînés des coupures dans le titre pour effacer la participation de Muddy

Satisfaction sort le 20 août 1965. Aftermath est le premier album entièrement composé par Jagger/Richards.

En 1961, Ted Wood, le frère de Ron, est membre de Temperance Seven qui obtiendra un hit avec “You drive me Crazy”.

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?