La cuisine de Jeff Zima

Default Icon

Jeff Zima – Kidney Stew
Imaginez Mike Latrell l’ancien clavier de Poppa Chubby officiant aux côtés de Fred Jouglas à la contrebasse (et là vous avez une indication pour ce qui va suivre), accompagné à l’harmonica par mister Youssef Remadna (mais quand va-t-il se décider celui là à nous faire un disque sous son propre nom ?) à l’harmonica. Ajoutez pour faire bonne mesure, Simon “Shuffle” Boyer aux baguettes allègres.
Pour parfaire le tout, assaisonnez à la sauce gumbo cet ensemble et n’oubliez pas de mettre à la guitare slide Jeff Zima et vous aurez réuni un combo qui vous amène tantôt paresseusement, tantôt de manière fulgurante dans cette Louisiane qui nous tient tant à cœur par sa moiteur, sa chaleur, son caractère festif et si vivant malgré les souffrances qu’elle a eu à endurer ces derniers temps.
Et quel meilleur représentant de ce retour à ces racines louisianaises pouvions nous trouver que Jeff Zima qui reste cela se sent tout au long de l’album attaché à sa région d’origine.
Pour ce cinquième opus sous son nom, Jeff a réuni d’excellents accompagnateurs qui pour certains ne se connaissaient pas entre eux avant de rentrer en studio. Il raconte: “On a fait la balance au studio avec Jeannot (l’ingénieur son) l’après-midi du premier jour, et après on a attaqué. A part 5-10 minutes avant chaque chanson où j’explique le début et la fin, pas de répète, pas d’arrangements, chacun joue comme bon lui semble. Si jamais quelqu’un n’est pas content de ce qu’il fait, on refait une prise et basta! On a pu ainsi faire plus de 40 prises en 10-12 heures sur deux jours – ce sont vraiment des monstres ! Et puis qu’est-ce qu’on s’est marré!” Pas de répétition ? Pas d’arrangements ? Un groupe qui n’a jamais joué ensemble ? Cela ne s’entend pas à l’écoute. Des morceaux mid tempo à certaines charges endiablées, l’ensemble est vraiment parfait. Et l’équilibre réalisé entre compositions personnelles signées Zima et les reprises sur la sélection retenue pour composer ces 16 morceaux est là aussi preuve de qualité, jusqu’à la reprise de Kidney Stew d’Eddie Cleanhead Vinson qui donne son titre à l’album.
Et l’auditeur ne peut s’empêcher de ressentir la spontanéité qui ressort de ces enregistrements, la joie de vivre et l’aisance que dégage chacun dans ses solos et la maitrise collective dont ils font preuve.
Comme quoi qualité peut rimer avec spontanéité. L’addition de l’harmo et des claviers donne des couleurs supplémentaires à la formation traditionnelle de Jeff (guitare, basse, batterie) et épice de manière incandescente l’excellent plat présenté.
A noter que la pochette de l’album est à l’image du personnage et donne une petite idée de l’humour de Jeff…
Quant à ceux qui liront cette chronique rapidement qu’ils se précipitent le 18 novembre au One Way et le 20 et 21 novembre respectivement à Mézy (78) et Mantes la joilie (78) dans le cadre de Blues sur Seine, ils auront l’occasion de saisir tout le sel et l’humour du bonhomme sur scène

http://jeffzima.free.fr/

Serge Sabatie

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?