La (bonne) surprise de l’année !

Louisiana Red – No turn on red – HighTone Records 2005 – HMG1010
Concernant Louisiana Red, j’en étais resté sur un concert pas fameux qu’il avait donné en avril 1994 au défunt passage du Nord Ouest en ouverture de Benoit Blue Boy. Ce jour là, c’est vrai qu’il n’était pas en grande forme et qu’il m’a laissé une mauvaise impression à tel point que je ne m’étais plus déplacé pour les concerts qu’il a ensuite donné en France et que j’avais aussi fait l’impasse sur ces CD. Grave erreur !

Je m’en rend compte aujourd’hui en écoutant sa dernière galette enregistrée dans l’Arizona et produite par l’incontournable Bob Corritore. Autant dire de suite que mon scepticisme initial au sujet de Louisiana Red a volé en éclat tellement ce CD est une pure merveille, un régal pour mes oreilles, son chant étant particulièrement émouvant, sa guitare véritablement incisive.
On y trouve trois morceaux où il apparait en solo (guitare et chant) et 8 autres morceaux où il est accompagné d’un groupe comprenant Bob Corritore à l’harmonica sur 5 titres, Johnny Rapp (2 titres) et Buddy Reed (3 titres) à la guitare, Matt Bishop au piano (3 titres), Paul Thomas (2 titres) et Mario Moreno (5 titres) à la basse, Chico Chism (4 titres), Paul Fasulo (1 titre) et Brian Fahey (2 titres) à la batterie; bref, un véritable all-star band au service de Red.
Ces 11 titres sont issus de pas moins de 7 sessions différentes où Lousiana Red justifie sa réputation de caméléon musical et pourtant il s’en dégage une réelle unité musicale, la production de Bob Corritore est comme d’habitude impeccable et les notes de pochette sont assez complètes.
La plupart des titres de ce CD sont des originaux avec parfois des thèmes très contemporains comme ‘September 11th Blues” (crédité à sa femme Dora Minter qui signe ici 4 titres), un morceau acoustique particulièrement poignant, un vrai blues d’une profondeur infinie qui me donne des frissons à chaque fois que je l’écoute. On y retrouve une atmosphère dramatique et pesante parfaitement en phase avec la tragédie du 11 septembre racontée ici avec des mots simples.
Il enchaine ensuite avec un “I done woke up” sauvage à souhait, dans un style proche de Hound Dog Taylor, puis par un somptueux “Cotton Pickin’ blues”, un blue lent qui me fait penser au “Long distance call” de Muddy Waters avec son de slide guitare qui réjouira tous les amateurs du genre.
On retrouve le thème classique du vagabond avec “Red’s hobo blues”, d’une grande intensité avec juste la voix et une guitare électrique. Son jeu de guitare est contrasté, le son clair et quasi acoustique faisant parfois place à des riffs sauvages et saturés. “Freight train to ride” est un morceau qui fait penser à Elmore James, où Red joue en slide. “Red’s new dream” est un morceau dans la lignée de “Hoochie coochie man” / “I’m a man” / “Mannish boy” avec ce riff caractéristique.
Je suis loin d’être un spécialiste de la longue carrière de Louisiana Red, mais il m’apparait évident qu’avec ce CD, Louisiana Red sort ici l’un de ses tous meilleurs cd, excellent de bout en bout, une sorte de cd référence; Pour moi, c’est aussi évidemment l’un meilleurs cd de blues de cette année 2005. Bref, à maintenant 69 ans, Louisiana Red a sans doute encore de belles années devant lui.
Un cd à découvrir absolument…

www.louisiana-red.com
www.hightone.com
www.bobcorritore.com

Jocelyn Richez

 

les 5 derniers articles de Jocelyn Richez

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?