Kumkw’ Art ? c’est du blues ?

Nicolas Teurnier est chroniqueur chez notre confrère Soul Bag. Ce qui peut surprendre c’est son jeune âge, il est rare que la revue ait des collaborateurs si jeunes, et la qualité de ses écrits est à souligner, car cela permet un certain renouvellement et amène une régénération. En dehors de ses chroniques, Nicolas est également membre d’une association estudiantine, qui œuvre à la venue de Monsieur Mem Shannon pour un concert (date unique à Paris), il m’a semblé intéressant d’évoquer avec lui certains aspects…

Nicolas, pouvez- vous nous parler un peu de votre cursus actuel ?
Je termine cette année mon master 1 en Institut Universitaire Professionnalisé métiers des arts et de la culture mention Juriste et Administrateur des Structures Artistiques et Culturelles (IUP JASAC, à l’université d’Evry Val d’Essonne). Je suis passionné de musique noire américaine et de Blues en particulier.

C’est sous l’égide de Kumkw’ Art que la venue de Mem Shannon a pu voir le jour, pour le concert du 24 mars 2006. Pouvez- vous évoquer les buts de cette jeune association ?
Kumkw’Art est une association loi 1901 basée à Paris ; elle a vu le jour en 2004 suite à l’initiative d’étudiants faisant partie de mon cursus universitaire. La motivation première de sa création fut de mettre à disposition une structure juridique permettant aux étudiants de l’IUP JASAC de réaliser leurs projets culturels dans la capitale. L’objet de Kumkw’Art est la promotion, la diffusion, l’organisation, la réalisation et la production de manifestations culturelles et festives. Bien qu’elle soit encore aux balbutiements de son activité, plusieurs évènements ont déjà été organisés par son intermédiaire : La Nuit du Cinéma Chinois, Lez’arts Zélés (avec les Restos du Cœur), et d’autres qui vont bientôt avoir lieu : Rock On Film (projection de films ayant pour thème le Rock des années 50), La Note Rose (concert accueillant de jeunes artistes féminines) et bien sûr Hip Shakin’ Blues le 24 mars à l’Espace B.

Pouvez-vous nous éclaircir sur le montage d’un tel concert ? Souvent les spectateurs ne sont pas au courant des difficultés et du travail souvent acharné de telles petites associations.
Evidemment, la principale difficulté est d’ordre financier. Une fois le contact établi avec le manager ou l’artiste et une éventualité d’accord envisagé, il est nécessaire de monter un dossier de présentation du projet/concert (avec un budget équilibré comme élément clé) pour pouvoir entamer le casse-tête du démarchage de salle, rendu surtout difficile par le manque de notoriété d’une association aussi modeste que la nôtre. Le blocage d’une date, en jonglant entre la production artistique et les opportunités de lieux, constitue le premier objectif à remplir. Pour en venir au financement, la voix idéale reste les subventions. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, il y a de fortes chances pour que la frilosité des institutions publiques vis-à-vis des « premières éditions » instaure le cercle vicieux du « pas d’antériorité, pas de soutien », une situation plus accentuée à Paris au vu
de l’extrême concentration de l’offre culturelle. Une autre alternative réside dans la recherche de partenariats privés (financiers ou en nature) pour aboutir à une minimisation des coûts à débourser en amont de l’évènement. Au niveau des avantages dont peut bénéficier une structure de l’échelle de Kumkw’Art, on notera la dispense d’obligation de licence d’entrepreneur de spectacle (pour les organisateurs occasionnels, pas plus de six manifestations par an). De nombreux points restent à traiter : contrats, déclaration SACEM, versement de la taxe au CNV (Centre National de la Chanson des Variétés et du Jazz), la gestion du backline, le transfert, l’hébergement et la restauration des artistes…et bien sûr un plan de communication. C’est d’ailleurs sur ce dernier point – au niveau duquel un faible budget peut être compensé par un apport en temps – qu’un organisateur de l’envergure de Kumkw’Art devra mettre l’accent. Pour davantage de précisions sur les nombreux aspects à prendre en compte, on peut conseiller l’ouvrage de P.Audubert et L.Daniel publié chez l’Irma : Profession Entrepreneur de Spectacle.

Très honnêtement Nicolas, ce qui m’a frappé immédiatement c’est l’artiste sur lequel s’est porté votre choix. Je pense que Mem Shannon, au même titre que Willie King dans un autre registre, est l’auteur d’un album exceptionnel publié cette année chez NothernBlues Music (« I’m From Phunkville ») Nous ne sommes guère nombreux en France à avoir souligné les qualités d’un tel CD. Pouvez-vous approfondir le pourquoi de ce choix ?
Pour moi, Mem Shannon est un des artistes les plus intéressants da la scène blues de la dernière décennie. Il fait partie de ceux dont la personnalité transparaît dès la première mesure. Et quel éventail de talents ! Voix profonde, guitare inventive, compositeur prolifique, (3 reprises en 5 albums) influences riches et variées… que demander de plus ? J’ai beaucoup d’admiration pour l’ensemble de sa production discographique et je me suis toujours étonné de sa non distribution en France, qui allait d’ailleurs de paire avec l’absence de Mem sur les scènes de l’hexagone. Il semblerait que la sortie de « I’m From Phunkville » remette les pendules à l’heure, enfin ! Le but de la soirée Hip Shakin’ Blues étant de proposer une programmation qui traduise la vitalité et la diversité de la scène blues en ce début de XXIe siècle, c’est tout naturellement que je suis entré en contact avec Adam Sloat, le manager de Mem Shannon, l’été dernier. J’ai alors appris que sa venue en Europe pour mars 2006 s’envisageait, grâce à l’association Backstage (Nuit du Blues, au Zénith de Caen). Je crois qu’on peut fortement les remercier d’avoir rendu possible la venue d’un artiste qu’il était urgent de faire tourner dans nos contrées.

Je remercie Nicolas pour le temps qu’il m’a consacré (pris entre ses études et l’organisation de ce concert), sans oublier les autres membres de l’association. Il est cependant évident que c’est son choix judicieux qui a fait que cette interview ait été possible.

Propos recueillis par le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?