Kevin Naquin & the Ossun Playboys

Kevin Naquin & the Ossun Playboys – Cravin’ Cajun -Swallow Records
Huitième galette pour Kevin Naquin et ses Ossun Playboys. Les Playboys dont il est question ici est le groupe qui accompagne Kevin depuis une dizaine d’années ; le nom du groupe est un clin d’œil à la bourgade d’où viennent la plupart des musiciens du groupe, juste au nord de Duson, là où vit Kevin. En clair le groupe est basé entre Lafayette, Carencro et Church Point … vous situez maintenant chers lecteurs ? Ne cherchez pas, on est en plein cœur de la Louisiane et la musique dont il est question est du cajun voir du zydecajun et ce même s’il n’y a pas de frotteur.
A contrario de nombreuses formations traditionnelles, celle-ci utilise une guitare et une basse électrique. Ah que c’est beau le modernisme ! En dehors de ces modestes précisions geographico-électriques je commencerai cette chronique par la pochette … … elle pourrait résumer à elle seule tout l’intérêt et le contenu de ce disque : un beau et jeune gaillard (la trentaine), accordéon en bandoulière (un Falcon quand même) presque à l’arrache, et ce sourire jovial qui respire la santé et la joie de vivre et qui n’a de but que de faire danser et tourbillonner les amateurs de valses et de gumbo.
Ce cd ouvre sur un instrumental d’Aldus Roger « Creole Stomp » qui vous plonge aussitôt dans l’ambiance. Le répertoire est constitué de deux compositions « Another Lonely Night » et « Old Crowley Two Step » un mélange de two step lent et de broken heart accompagné d’une sauce cuivrée et de quelques coups de steel guitar qui sonnent honky tonk. Jean Arceneaux apporte sa contribution avec deux titres, « Les Fordoches » et l’impayable « One Night at the Wagon Wheel ». Les amateurs de textes cadiens devraient se régaler.
Les autres titres « locaux » proviennent bien souvent d’inusités que Kevin a modernisé et dépoussiéré : « Little Sister » de Rick Lagneaux, « Katherine » repris il y a peu par Steve Riley et River City Slim, « Little Black Eyes » un cajun créole de Lawrence Walker immortalisé aussi par Jimmy Thibodeaux, sans oublier l’excellent « Mom I’m Still Your Little Boy » un hit seventies de Camey Doucet. Mais Kevin et ses Playboys parviennent aussi à déhancher le quidam sur des titres soul de très grande envergure comme « 634-5789 » hit d’Eddie Floyd repris à toutes les sauces (Ry Cooder, Wilson Pickett) livré ici avec solos de guitare courts et incisifs et quelques beaux coups de trompette.
Gardons le meilleur pour la fin avec « Some Kind of Wonderful » standard de John Ellison, immortalisé par les Inmates et le Grand Funk Railroad, mais là Kevin et ses boys dévastent tout sur leur passage, à coup de fiddle, d’accordéon et de steel guitar. Le répertoire est donc varié, rafraîchissant, inventif et super bien conçu. On terminera cette chronique en citant le nom de tous ces fameux Playboys : Beau Thomas (fiddle), John Gary (steel) Pat Stebbins (guitare , slide) Dwayne Lavergne (batterie), Seth Guidry (basse) et les cuivres Pat Breaux et Marshall Cyr. Un excellent album de zydecajun. Quand verra t-on Kevin en France ?

http://www.ossunplayboys.com/
http://www.myspace.com/ossunplayboys

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?