Juke Box Baby (1)… Dropkick Murphys

Hello Buddies! First…un grand merci à Jérôme pour la vidéo de Seasick Steve. Tout y est le bottleneck manié à la machette qui fait pas de quartier, les Sisters derrière avec leurs choeurs et leurs coeurs qui ne le lachent pas et Steve dont le chant rockailleux sert cette superbe chanson dans la pure tradition hard-boiled / hobo-blues. Sinon je viens de me choper le dernier Dropkick Murphys un groupe de fous furieux descendants d’immigrants irlandais.

Ces mecs sont de Boston et viennent de pondre un album au doux nom de “Signed and Sealed in Blood”. Ils avaient été contactés par Joe Strummer juste avant qu’il ne meure à 50 balais, sont potes avec Shane Mac Gowan, Springsteen et Rancid et ont osé se pointéer au Hellfest entre deux combos de trash et de hard rock. En deux morceaux, c’était plié et les hardos se sont retrouvés à danser la gigue et faire la ronde devant la scène dans une ambiance digne d’un bal de la police irlandaise à la Saint Patrick.
Existants depuis 96, nos sept marlous ont écumé toutes les fiestas de leur région dans un premier temps tout en continuant à bosser dans le bâtiment pour certains, magouillant pour d’autres jusqu’au chanteur qui se serait fait ordonné révérend et aurait même, un jour, marié deux de leurs fans sur scène.
La petite histoire dit qu’un jour l’un des musiciens justement pour une soirée en l’honneur du départ à la retraite d’un flic aurait croisé un avis de recherche placardé le concernant dans la pièce qui leur servait de loge sur un casier. Tous les keufs, ensuite, lui auraient dédicacés.
J’aime bien, ça a un côté cinoche à l’ancienne qui n’a d’ailleurs pas échappé à Scorcese et à quelques autres dont Ben Affleck, je crois, pour son film “The Town” puisque leurs morceaux font partie de la BO.

Les 9 morceaux sont à tuer entre les ballades… enfin, c’est comme ça qu’ils doivent les appeler… à la “Rose Tatoo” et les brulôts mélangeants la musique Irish, le Rock et une certaine idée du Punk un peu à la manière de Mike Ness avec ou sans Social Distorsion.
Autre grand moment, le CD-DVD, car il faut à tout prix les deux… du concert des Pogues à l’Olympia. C’est une splendeur et certains passages me tirent les larmes des yeux par l’émotion qui s’en dégage et puis quelle fiesta ça a dû être… Putain ! l’Olympia n’a jamais vécu ça entre pogo et gigue endiablée.

Bien sur, Shane Mac Gowan est quand même physiquement au bord du gouffre tandis que cet enfoiré de Spyder est lui toujours aussi beau gosse en ayant pourtant picolé autant que lui. Mais tous les deux une fois que la musique est là… quelle claque! Et puis, il y a ces textes et ces mélodies, une vraie mine d’or.

Il faudra bien un jour que certains se rendent compte quel énorme compositeur et écrivain, n’ayons pas peur des mots, est Mac Gowan et ne se limite pas quand ils vont les voir sur scène n’attendre que de voir la bête tituber. En tout cas ce soir là, les Boys ont tapés fort… quelle claque !
Autre album qui n’arrète pas de tourner, je veux parler du dernier “THE NIGHTAWKS” sorti chez Severn et qui s’apelle “Damn Good Time”. Je sais pas pourquoi, j’étais passé à côté de ces mecs peut-être à cause de Jimmy Tacherry qui jouait avec eux au début et qui n’est vraiment pas ma tasse de Bourbon en solo. Mais là, c’est le sans faute. Ecoutez rien que les trois premiers morceaux “Too much”, “Who you’re working for” et “Damn good time” A FOND les potards.
Du Blues à hauteur d’Hommes, de comptoir et du regard des LADIES autour.

Allez salute a tutti!

Paco

 

les 5 derniers articles de paco

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?