Johnny, It’s Me !

Johnny Copeland • It’s Me • Classics Texas Soul 1965-1972 • Kent
Johnny Copeland était un excellent guitariste doublé d’un fabuleux chanteur, sa voix, profondément influencée par la soul, est d‘une chaleur incroyable. Il ne va véritablement se faire connaitre qu’à partir du début des années 80, grâce à trois albums édités par Rounder : « Texas Twister », « Copeland Spécial » et « Make My  Home Where I Hang My Hat » (tous trois vivement conseillés).

Avant d’accéder à une tardive notoriété, Copeland avait enregistré près d’une trentaine de singles pour différents labels comme Mercury, All Boy, Golden Eagle, Paradise, Bragg, Suave, Jet Stream, Wand, Brown Sugar, Atlantic, West Soul, Kent, Zephyr ou Boogaloo. Le premier à voir le jour est « Rock And Roll Lilly » couplé à « Down On Bending Kee ». Kent nous offre ici un magnifique double cds comptant 43 titres dont une certaine partie des singles précités et des versions différentes de ceux ci et ajoute judicieusement huit inédits.

Parmi les titres présents, on retrouve des choses peu courantes : « Blowin In The Wind » de Bob Dylan qui est à cent lieues de l’original, interprété ici sur un rythme plus musclé, proche du Rhythm & Blues, ou la reprise saccadée « Wake Up Little Susie » des Everly Brothers dans laquelle il met toute sa hargne. « It’s Me » qui donne son titre à cette compilation nous témoigne d’un vocal plus porté vers la soul que vers le blues. « Dedicated To The Greatest », une magnifique ballade confirme mes dires, couplé au remarquable « I’m Going To Make My Home Where I Hang My Hat ». Il persiste avec l’éblouissant « You’re Gonna Reap Just What You Sow » où sa voix gronde magistralement et nous offre un splendide medley consacré à Johnny Ace avec « Anymore », « Pledging My Love » et  « Cross My Heart » dans lequel sa voix fait un malheur. Le registre soul blues n’est pas oublié avec « Stealing » et « Slow Walk You Down », deux pièces de fort calibre.

Johnny Copeland s’approche du son Stax avec le sulfureux « Sufferin City » couplé à « I Wish I Was Single » encore un morceau de soul blues qui a du coffre. « Ghetto Child », titre de soul psychédélique comportant un magnifique effet d’orgue, crée une tension remarquable, couplé à l’explosif « Soul Power ». Le guitariste fait aussi dans le funk avec le dynamique « Every Dog’s Got His Day ». Artiste transcendant et hors du commun, Johnny Copeland nous quittera hélas en 1997 à l‘âge de 60 ans.

Kent nous offre une compilation fantastique rendant un vibrant hommage à un artiste bourré de talent. L’une des plus belles rééditions de l‘année 2013.

Henri Mayoux  

 

 

 

 

 

 

les 5 derniers articles de bluemayoux

1 Commentaire
  1. Jipes 7 ans Il y a

    J’ai eu le plaisir de l’applaudir dans un chouette club de la banlieu de Lyon dans les années 87-90 et c’était un super concert, il débordait d’énergie possédait un sens inné du show et une voix attachante. Il était ce soir là accompagné par un excellent groupe avec un guitariste armé d’une 335 blue outremer (ca s’oublie pas) dôté d’un excellent feeling j’ai encore une K7 enregistrée ce soir là avec un petit magnéto portable un sacré concert !!!!!!!!!

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?