John Mayall & The Bluesbreakers au Zenith de Caen

Les concerts

John Mayall & The Bluesbreakers au Zénith de Caen, Mercredi 8 Octobre
L’opportunité de voir le célèbre John dans la Capitale Bas-Normande ne pouvait se laisser passer pour tout amateur de Blues qui se respecte et c’est donc dans un Zénith assez bien rempli que la foule patientait. Drôle d’idée que d’avoir adopté une configuration « tout-assis » en condamnant la fosse envahie de fauteuils d’autant que la première partie du set confiée aux régionaux de Spoonful est annoncée comme du blues funk.

J’avais eu l’occasion de voir la bande à Igor (je parais familier, c’est parce je réside dans le même village que lui !) lors d’une nuit du Blues il y a quelques années, mais j’ai depuis appris par presse interposée que Spoonful s’est doté de cuivres (trombone & saxo) pour prendre une direction plus funk, tout en produisant un CD de compo. Personnelles « A Change Of Heart », ce qui est tout a leur honneur.

Aux environs de 20 heures donc, place à Spoonful pour une prestation de qualité bien que déroutante pour qui les connaissait auparavant. Impossible de ne pas penser à « Steely dan-Donald Fagen » (va falloir que je me réécoute New frontier !). Ils sont impressionnants dans la maîtrise des instruments, les arrangements, la façon de terminer impeccablement chaque morceau, qui nous donne l’impression d’être en face de vieux briscards et non pas face à un groupe dont l’avenir est devant lui ! à confirmer avec un 2e disque… c’est tout le mal que je leur souhaite : it’s a long way to the top…


John Mayall sur la scène du Zenith de Caen

40 minutes plus tard, les techniciens s’affairent pour faire place nette à Mr Mayall et c’est assez rare pour le souligner, la scène se retrouve beaucoup plus minimaliste. Exit les light-show, place aux instruments et c’est tout ! Le show peut démarrer.
Hank van Sickle, le bassiste, Joe Yuele à la batterie et Buddy Whittington le guitariste texan entament le show à l’américaine, ce dernier peut ainsi faire apprécier dés les premières mesures autant son jeu de guitare que la puissance de son organe ! Après deux morceaux rapidement expédiés, il est temps pour John d’apparaitre et de prendre la direction des claviers. Malheureusement depuis ma place, ceux-ci ne sont pas très audibles face à la sur-puissance de la guitare. Cela s’arrangera rapidement et après un petit temps de chauffe, du haut de ses 75 ans !, Mr Mayall nous régale tout autant de son jeu limpide aux keyboards que de sa maîtrise absolue de l’harmonica.


John Mayall et Buddy Whittington

Mélange de titres anciens et de nouveaux tirés de l’album en hommage à Freddie King « In the palace of the king », Osmose totale sur scène pour un show très bien rodé (même si le bassiste qui arbore un maillot de l’équipe locale de foot ! semble un peu à l’écart ) guitare et claviers se répondent mutuellement pour le plus grand bonheur des spectateurs.
L’apothéose avec un “So Many Roads ” joué tout en retenue presque unplugged et qui comme dans tout morceau de blues finira très fort dans une communion de guitare-batterie !

Public ravi selon l’applaudimètre et les 2 rappels obtenus avec un dernier titre en solo à l’harmonica, juste le temps pour John de courir vers le hall d’entrés histoire de dédicacer son dernier CD en toute simplicité aux cotés du stand de Spoonful !

Alain 14
• Photos concert Gérard Piwtorak

 

 

Chronique du CD de Spounful :

Spoonful – A Change of Heart – autoproduit Spoon’Prod
Comme le déclarait, Jean-Luc Ponty, dans les colonnes de Libé cet été : « Un vrai musicien doit être capable d’absorber toutes les influences des générations précédentes » … Besoin de preuves ! Voilà un ensemble de jeunes musiciens normands, un petit bonheur, qui démontre sans discussion le discours de Maître Ponty.
Aux antipodes du blues qui sent mauvais, Spoonful propose une carte digne d’un trois macarons au Michelin. Tout juste sortis de l’adolescence et d’un apprentissage Blues de cinq années, Ces musiciens, fans de black-music, jouent sans concession et sans complexe une Soul-funky pleine de saveur aux arômes captivants. C’est à grandes cuillerées que je l’ai dégustée pour vous.
1 Commentaire
  1. Jipes 11 ans Il y a

    C’est vrai que les jeunes musiciens de Spoonful sont bluffant de maturité. Je leur souhaite un très bel avenir en attendant d’avoir la chance de les applaudir sur scène prés de chez moi. Merci pour cette chronique Alain !

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?