Joe Doucet, vous connaissez ?

Joe Doucet – Houston’s Third Ward Blues – Dialtone Records
Si vous allez voir sur le site de Dialtone Records, vous pourrez y lire comment Eddie Stout, patron du dit label, a rencontré Joe Doucet. C’est un peu par hasard que les deux hommes ont fait connaissance en 2004 lors d’une visite à un artiste du crû. Eddie, qui pensait connaître tout ce que la région de Houston possédait de musiciens, raconte comment il est tombé sous le charme de ce petit bonhomme qu’est Joe Doucet.
Il est réconfortant de savoir qu’il existe encore d’illustres inconnus, capables de vous scotcher sur place. N’ayons pas peur des mots, ce disque de Joe Doucet s’annonce comme l’un des gros cartons de l’année. En fait même en cherchant bien, je ne vois pas ce qu’on pourrait reprocher à un tel disque, hormis sa durée de seulement 49 minutes, tant la valeur du dit cd aurait largement pu bénéficier de quelques titres supplémentaires.
Joe Doucet est né en 1942, originaire du sud de la Louisiane il atterrit à Houston à vingt ans et pratique le Zydeco, le Blues, mais demeure aussi capable d’aborder le Western et la Country. Le répertoire proposé dans ce disque met parfaitement en valeur la sommaire biographie exposée ci-dessus. Niveau guitare Joe va à l’essentiel, ici pas de broderie mais un phrasé terrien et une authenticité d’une efficacité implacable. Et pourtant le disque commence avec un merveilleux Blues lent « Got You On My », splendide composition que l’on pourrait croire sortie d’un vinyle de Silas Hogan. Histoire de mettre du peps, Doucet enchaine avec une autre composition « I Ain’t Going Down » que ne renieraient ni Freddie King ni Lightnin’ Hopkins. « Hey Leo » est un titre bien caractéristique de la scène musicale d’Houston, on y parle de Zaricots, bref un titre qu’on croirait sorti tout droit de chez Clifton Chenier.
Sur les 14 titres contenus dans le cd, Joe nous propose une moitié d’originaux. Il s’agit d’une formidable liaison entre des titres dignes du label Excello, agrémenté par un passage du côté de Port Arthur et qui termine son incroyable circuit sur les dance floors d’Houston. Belle utilisation d’un standard du Grand Maître Slim Harpo avec « Scratch my Back » dans lequel Doucet parvient à contenir quelques strophes mélodiques de « My Back Scratcher » titre de Frank Frost en réponse au succès d’Harpo, preuve d’un humour inaltérable. Notre texan d’adoption est aussi capable d’aborder la ballade sirupeuse gorgée de R&B avec « Mathilda » immortalisée par Huey « Cookie » Thierry et ses Cupcakes pour le label Judd ; à noter les passages en créole fort savoureux. Joe rend également hommage à Lonesome Sundown avec un original « Bad Luck » dont l’intro est une réplique de plusieurs titres de cet ancien accompagnateur de Chenier. Parmi les autres relectures, signalons « Walking With Franklin », morceau jadis immortalisé par Frankie Lee Sims (ce titre est parfois intitulé Walking With Frankie) et « If You Love Me (Like You Say) » standard de Little Johnny Taylor, « Back at the Chicken Shack » de Jimmy Smith dans lequel on pourra apprécier Earl Gilliam au piano et OS Grant au sax (qui peut rappeler Lionel Torrance ou Willie « Tomcat » Parker). Le disque se termine par un « Rock me Baby » archirabâché certes, mais Joe Doucet parvient néanmoins à nous en offrir une version fraîche et convaincante.
Un disque qui dispose d’un répertoire éclectique, magnifiquement mis en place et rempli de spontanéité. Doucet dispose aussi d’accompagnateurs vétérans, rompus à la scène et au Groove. En dehors des musiciens cités plus haut, on ne laissera pas la section rythmique à l’écart, à savoir Jackie Gray à la batterie et Fred Arceneaux comme bassman. Les noms de ces deux derniers ne sont pas inconnus, peut être ont-ils des cousins plus célèbres ? Un disque et un artiste à découvrir de toute urgence.

http://www.dialtonerecords.com/

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?