Je t’écris de Cahors

Tu sais, je suis à Cahors, au Cahors Blues Festival en fait… Ouais, c’était super, une belle année, une belle édition.
Ça fait 25 ans que ça dure. 25 ans à défricher, à dénicher, à démocratiser le Blues dans tous ses états, avec ses hauts et ses bas, c’était du 17 au 21 juillet 2007.

J’ai vu la jeunesse et la brillance de JW Jones à l’aise dans les classiques, effronté dans son jeu de guitare entouré d’un band de jeunes premiers épatants… J’ai entendu la voix chaude de Roxanne Potvin, sur « A Love That’s Simple ». Une charmante découverte.

http://www.roxannepotvin.com/

 

Deborah Colman à Cahors en 2007 © Jérôme Travers

Les yeux de Sue Foley
J’ai vu les yeux de Sue Foley dans le viseur de mon appareil photo, j’ai vu sa chevelure rouge sous les sunlights. J’ai entendu sa voix haut perchée, sa Telecaster « Paysley » qui donne le meilleur sous son jeu aux doigts, mêlant avec science : riffs de blues et lignes mélodiques country. Queen Bee !

J’ai vu les Bel Airs en fin d’après-midi. La lumière magnifique du Lot se prêtant au groove cool du trio américain de Columbia, les Pruitt Brothers Dick et Dave et Michael Cherry à la batterie… Ces trois-là jouent la musique que j’aime, une musique aux confluences de toutes les autres… Les Bel Airs c’est le genre de types immédiatement sympathiques, leurs titres claquent, la slide fuse sur des guitares hors d’âge… Big Dez les rejoindra en fin de set.

Franchement si tu ne sais pas quoi écouter en ce moment, écoute les Bel Airs !
http://www.belairs.com/

J’ai vu les Jams aux Docks avec un Fred Chapellier jouant pour Roy Buchanan… Un sens du style, là encore la telecaster sonne et claque comme une fusée…

 

 

Même les moustiques s’en souviennent
De la telecaster t’en veux encore? en voilà … J’ai vu la fougue des Doctor Feelgood, une hargne de vieux bulldogs anglais, ils ne feront jamais dans la dentelle, nul besoin de viagra, c’est efficace : « roxette », « back in the night », « down to the doctor »… Ça te parle ? J’écoutais tous ces vieux tubes au lycée… les Doctors ne se posent pas de question métaphysique, ils envoient leur fuckin’ set devant un espace Bessières plein comme un œuf… John « The Big Figure » Martin le batteur historique viendra les rejoindre pour quelques titres ! J’ai la fièvre quand Mike Sanchez s’empare du piano…
J’ai cru entendre « tequila » pendant le rappel… Je te jure, je crois bien que c’était du mezcal, oui ! même les moustiques s’en souviennent… Lee Brilleaux ne déclarait-il pas en 76 : ‘You don’t have to be a musician to play rock and roll. You’ve just got to love it and want to play it.” Cette devise est toujours en ligne sur la page d’accueil de leur site Internet… Les Doctor Feelgood ce soir étaient : Robert Kane, Steve Walwyn, Phil Mitchell, Kevin Morris

Place du marché 10 heures du matin, le mercredi 18 Juillet
Pendant notre concert, j’ai vu le public sur la place du marché, des bénévoles aussi qui ne tardent pas, avec quelques blagues, à devenir des amis…Ils auront bien ri de nous lorsque nous étions en train de scotcher les affiches de Big Brazos un peu partout sur l’espace Bessières et sur le boulevard Gambetta…

Big Brazos sur la place du marché – photo Francis Rateau

Encore présent dans mon esprit, notre angoisse et notre trac au fond de nos poches avec nos mouchoirs par-dessus. J’ai entendu les premières notes de guitares, d’harmo sur notre sono flambant neuve. J’ai vu les gens de Cahors habitués à l’événement restant là debout à quelques mètres, pour nous écouter avec les touristes, les gens de passage. J’ai vu Nadia et Claude des fans, qui étaient déjà présents en 2004, j’ai vu des grand-mères, les petits-enfants, des sourires… Les amis aussi : Francis de Blues Café, Rocky Gonzales que je ne connaissais pas encore, Jérôme Mad Dog de l’Oreille Bleue… J’ai entendu les applaudissements … Je nous ai vus sur cette petite scène tout heureux qui ne pleuve pas, jouant 2 heures sans débander, quel pied ! Quand j’y pense… Je ne suis pas prêt d’oublier Bernard Vollant, le président du festival, se transformant pour un instant en vendeur de disque de Big Brazos, n’est-il pas de meilleur représentant ?

Je me rappelle aussi de l’accueil des patrons du Central qui comme en 2004 nous ont si gentiment offert l’apéro après le gig. Et puis le soir, c’est le boulevard avec notre second concert de la journée. Et l’orage qui menace toujours. Je me souviens des filles du « Petit Salon » et de de Inge et Jérôme du « petit gourmand »… On a joué jusqu’au bout … en tout 5 heures et demi de concert dans la journée… KO debout, mal à la guitare, mais heureux d’avoir tout donné !

 

Au Méphsito : (de gauche à droite) Neil Black, Fred Chapellier, Jack Bon, Carlos Capote (Breeze King), Etienne Faïsse (Big Brazos), Jim Ransone (Breeze King) et Jérôme Travers (Big Brazos) – photo Francis Rateau

Il faut que je te parle aussi du restaurant “Le Méphisto”, un miracle ! Le rendez-vous des musiciens, de la presse, des amateurs de blues qui se retrouvent tous les midis pour, comme dirait mon pôte Lucky, communier, tu parles d’une communion ! Les gens attablés ici s’amusent beaucoup, échangent, tissent des liens. J’y ai salué, Tonton Eric, Rocky et les Breeze Kings nous congratulant pour nos concerts de la veille. J’y ai déjeuné avec les Harp Sliders en parlant Ukulele autour d’une bonne bouteille de Calvados. Ah Le Méphisto ! Quand tu viendras, je te présenterai Dominique, le patron, qui n’hésite pas, entre deux commandes, à jouer du clairon, de l’orgue de Barbarie. Dominique est toujours prêt pour une bataille d’eau ou de glaçons !!! Il jubile, il taquine et il nous accueille comme des coqs en pâte… Ce festival, c’est chez nous !

 

Dans quelques heures, il sera temps de repartir vers Paris… Rendus à notre mélancolie. C’est un peu tout ça le blues, tu vois…
Bises,
Jérôme

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

1 Commentaire
  1. SO 13 ans Il y a

    Arf, que dire après avoir lu un tel article?
    Ca me touche profondément, cette façon de décrire ce festival que j’aime tant…
    Heureuse que tu l’ai vécu de cette façon, j’espère que ça continuera longtemps!
    Heureuse aussi de t’avoir revu chez nous cette année, en espérant aussi que ça continuera comme ça! ;)
    la bise

    Sophie du CBF

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?