Indiana Blues : John Mellencamp

Default Icon

John Mellencamp – trouble no more
Je dois l’avouer j’avais laissé John Mellencamp de côté depuis le milieu des années 80. « Uh Huh » et « Scarecrow » étaient restés pour moi ses meilleurs albums… Souvenirs, souvenirs…
Si ce n’est toi qui viens au Cougar, c’est Mellencamp qui viendra à toi… Quelle surprise ! C’est le cowboy qui se rappelle à notre bon souvenir… Et plante là, son 21e album « Trouble no more » comme un étendard ! Une collection de titres empruntés au répertoire traditionnel intelligemment remis au « goût du jour » collant parfaitement à l’actualité controversée du régime GW Bush…

On connaissait l’homme engagé aux côtés des fermiers dans la dèche, alors les USA dans la tourmente, ne le laisse pas indifférent… Loin d’un projet mercantile, ce nouvel opus lui colle à la peau, lui redonnant un statut de rebelle aux côtés de musiciens pionniers. Des titres comme « Stones in my Passway » (R. Johnson), Death Letter (Son House) ou Johnny Hart (W. Guthrie) sont véritablement ressuscités ici. L’orchestration laisse la part belle à l’acoustique, on notera quelques belles parties de steel guitar, de violon ou d’accordéon… Le tout dans un esprit réaliste frôlant l’album parfait. John ne résiste pas d’ailleurs à réécrire quelques paroles pour actualiser et préciser son propos…
Mais le gars de L’Indiana ne se contente pas d’exhumer de vieux chevaux du répertoire, des signatures plus récentes viennent compléter la track-list. J’ai particulièrement un faible pour « Lafayette » de Lucinda Williams.

Une visite sur son site s’impose pour y découvrir deux vidéos en version intègrale.

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?