I Heard The Angels Singing

Nashboro – I Heard The Angels Singing
Le label new-yorkais Tompkins Square Records édite un coffret de quatre cds présentés en format vinyl (33RPM) consacré à Nashboro. Connu pour son catalogue gospel, ce label créé en 1951 par Ernie Lafayette Young prendra rapidement de l’ampleur grâce au savoir faire de son fondateur. Homme d’affaire avisé, Young s’occupe du placement de juke-boxes dans la région de Nashville.

Propriétaire d’un magasin de disques, Ernie’s Record Mart, Young bénéficie de passages radio sur la WLAC, ce qui apporte une publicité non négligeable à ses disques et aux artistes de son catalogue. Young est aussi un pionnier en matière de vente par correspondance, étant l’un des premiers à proposer des envois en package. Ernie Young avait 57 ans lorsqu’il commence à enregistrer des formations religieuses, à l’arrière de son magasin. Si Nashboro n’a peut être pas la notoriété de firmes comme Peacock, Duke, Savoy ou Gotham, en matière de gospel, ses productions restent marquées par une sonorité à part. Le producteur s’est longtemps appuyé sur des quartets vocaux épaulés juste d’une guitare et d’un piano. Généralement, les leaders de ces ensembles évangéliques disposaient d’un chant puissant et de choristes plaçant leur chanteur sur orbite. Pendant plus de quinze ans, les enregistrements auront lieu dans le magasin de disques, Young étant équipé d’un studio primaire qui donnera un cachet à ses productions.

A partir de 1952, Young s’associe à JD Miller, le producteur louisianais s’occupant du label Excello, Young n’ayant alors à sa charge que la distribution de ce second label. Fin fifties, Young monte le label Nasco, dédié au rock n roll et au R&B. Dix ans après la création de Nashboro, il monte le label Crescent axé lui aussi sur la musique religieuse.

Ce coffret à la présentation luxueuse et originale explore le catalogue Nashboro, chaque cd proposant une période bien distincte : « Looking For A Better Place To Live (1951-1957) », « Seat In The Kingdom (1958-1963) », « Don’t Drive Your Children Away (1964-1967) et « Heaven, I’ve Heard So Much About It (1968-1983) ». Produit par Josh Rosenthal, Mike McGonigal et Kevin Nutt qui ont privilégié un ordre chronologique, ce coffret permet de découvrir l’évolution du label tant au niveau des sonorités que des tendances. Le compilateur propose ici 80 titres à travers 73 formations religieuses, le tout agrémenté d’un livret intérieur de 16 pages rédigé par Opal Louis Nation. On retrouve des ensembles baptistes et méthodistes, Tompkins Square ayant eu la bonne idée d’incorporer aussi bien les formations phares du label que des artistes moins connus ayant parfois enregistré qu’un ou deux singles pour le label de Nashville.

Parmi les groupes évangéliques emblématiques du label figurent le Swanee Quintet, The Skylarks, le duo The Consolers, Edna Gallmon Cooke, Brother Joe May, Professor Harold Boggs and the Boguettes, Angelic Gospel Singers, Radio Four, ou The Supreme Angels. Nashboro a bien évidemment enregistré de nombreux artistes méconnus ne figurant souvent que sur un, deux ou trois singles. Voici donc une belle occasion de découvrir The Williams Singers, Canaanites, George Carter, le Révérend ML Franklin (rien à voir avec le père d’Aretha) ou le Cross-Road Singers. Mais Ernie Young est aussi parvenu à enregistrer des groupes réputés issus de firmes concurrentes ou des formations en devenir : The Jewel Gospel Trio avec Candi et Maggie Staton, Dorothy Love Coates and the Gospel Harmonettes, Ethel Davenport qui évoque sur un titre la mort de Martin Luther King, le Révérend Cleophus Robinson ancien partenaire de Napoleon Brown et du Révérend James Cleveland ou The Fairfield Four, un groupe pionnier ayant entamé sa discographie dans les années 30 chez RCA etColumbia et qui collaborera plus près de nous avec John Fogerty, Lyle Lovett sans oublier la BO du film « O Brother ». Signalons que parmi les formations méconnues, certaines se produisent encore de nos jours à l’instar des Brooklyn Allstars qui fêtaient il y a peu leur 60ème anniversaire, The Traveling Kings originaires de Chicago, ou les Hightower Brothers, dont le leader Robert « Sugar » (8 ans à l’époque) est décédé en 2010 après avoir fait les beaux jours du Swanee Quintet, des Mighty Clouds Of Joy et des Supreme Angels.

Pour les amateurs de modernisme, on signalera le « Jesus Is My Keeper » des Morning Stars Of Savannah, titre flirtant avec le « People Get Ready » des Impressions, tandis que Bevins Specials avec « Everybody Ought To Pray » nous renvoient vers le hit « Soul Man » du duo Sam & Dave. Le site du Doc étant d’abord axé sur le Blues, on signalera pour conclure une petite perle de gospel blues avec « Wrapped Up, Tied Up, Tangled Up » du Révérend Cleophus Robinson. Malgré quelques petites erreurs de dates dans le 3ème opus (pas de quoi fouetter un chat), ce coffret à l’agencement agréable mérite le détour. Attention, les amateurs de polyphonie à quatre parties (deux ténors, un baryton et une voix de basse) et donc de quartets vocaux propulsant une voix au dessus de la mélodie risquent la transe. Un bel hommage à Nashboro, label comptant environ 600 singles et 290 LP à son actif.

Le Kingbee

 

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?