How’d a white boy get the blues ?

Default Icon

Popa Chubby How’d a white boy get the blues ? Dixiefrog DFGCD 8500 + limited bonus single CDSG 008
(suite de Flash Back 2000 Grand public, Blues FM ! et alors ? ) …Idem pour Popa Chubby, les New-yorkais eux le connaissaient peut-être depuis un moment mais quand il a débarqué sur la planète Blues-Rock, il a mis tout le monde d’accord et on est enfin sorti du syndrome Vaughanien, comme quoi, pour bien jouer le blues, il n’était pas obligatoire d’être originaire du Texas (ce qui est néanmoins un peu vrai). Avec un charisme hors du commun, il s’est approprié le blues comme un chef de gang dominerait un quartier du Bronx… En 1999, en véritable leader, il nous présente cinq de ses copains sur “New York City Blues”… “
Coup médiatique !” diront certains, on s’en moque, le blues revient à New-York !!! Le grand spécialiste Etienne Guillermond dira : “ça nous change de Josh White et de Leadbelly” et il a bien raison… Popa en live c’est de la dynamite, les manettes à fond, il fait fondre les tympans les plus endurcis ne renonçant pas à relire l’ancien testament (Purple Haze) pour le bonheur d’une salle chauffée à blanc. Mais le plus significatif avec la sortie de son dernier CD “How ‘d a white boy get the Blues ?” c’est que Mister Chubby décloisonne à sa manière, il n’hésite pas : funks et blues lents, shuffles ou groove limite hip-hop avec solo country, l’ensemble reste très cohérent même s’il vient de sortir un single bonus où Popa chante le refrain en français “A chaque jour suffit sa peine” ; notre homme serait-il reconnaissant.

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?