Horace Trahan

Horace Trahan • Keep Walking • Autoproduction
Après avoir étudié le saxophone, le jeune Horace, 12 ans, se lance dans l’apprentissage de la guitare, plus fun. Trois ans plus tard, il se met en tête d’apprendre l’accordéon ; il ne s’agit pas d’une lubie, on est à Ossun, un patelin situé à deux jets de cailloux de Lafayette. Son père confie le garçon à un cousin, Felix Richard, jadis professeur d’un certain Zachary Richard. Six mois plus tard Horace Trahan participait à sa 1ère gig. Le jeune accordéoniste va aussi développer ses qualités vocales, il chante aussi bien en anglais qu’en old french.
L’adolescent va ensuite faire ses gammes dans le giron de DL Menard. En 1996, il participe à l’enregistrement d’un album de son mentor et profite de l’occasion pour mettre en boite son premier bébé « Ossun Blues » pour le label Swallow. Horace décide d’évoluer avec des musiciens attitrés, aussi crée t-il les Ossun Express. A l’orée du nouveau millénaire, Horace incorpore de nouveaux musiciens et son groupe se transforme en New Ossun Express, avec un second cd à la clef, l’excellent « Get On Board ». En 2003, Horace est l’auteur d’un joli coup de canon avec « That Butt Thing ». Ce 3e cd dont le titre évoque une partie de l’anatomie féminine connaît un fort succès local.
Depuis cette époque, plus grand-chose à signaler, Horace apparaissait sporadiquement dans un festival et basta ! Le garçon tombé dans une crise de mysticisme semblait se consacrer à Dieu. Il aura certes joué furtivement au sein d’un groupe de reggae psyché fusion mais l’accordéoniste semblait avoir abandonner toute présence sur scène. Et Boum ! Second coup de canon avec cette 4e galette « Keep Walking ». Contrairement aux albums précédents, Horace et sa troupe ne nous délivrent que des originaux, chantés tour à tour en anglais ou en vieux français. Trahan peut compter sur l’osmose et la cohésion d’une solide troupe qui conjugue expérience et groove. Parmi les anciens membres des New Ossun Express, nous retrouvons le guitariste vétéran Paul « Slim » Washington et le bassiste James Prejean (ex membre de Creole Zydeco Farmers, Roy Carrier, Nathan Williams). Le frotteur vétéran Rodney Bernard (ex Fernest Arceneaux, Rockin Dopsie Sr., Marcel Dugas, Lynn August et « Big Hat » Fields) le guitariste Daniel Sanda (ex Jeffery Broussard, Classie Ballou Jr., D Jalma Garnier), le batteur Gerard Delafosse et le surprenant Doug Garb (saxo, flûte, clarinette et harmonica) viennent grossir le restant de cette formation. Parmi les invités, notons la présence d’anciens membres des Ossun Express : John « The Sheriff » Best au frottoir et Paul Edwards (drums). D’autres complices viennent également prêter main forte, parfois le temps d’un titre : « Uncle » Donald Senegal, Matthew Doucet (fiddle), Edwin Trahan (basse), le multi instrumentiste Ivan Klisanin, sans oublier quatre jeunes et belles choristes.
Hormis « King of Sand » une ballade mid tempo tendance folkzydeco alternative peu transcendante, il est complexe de ressortir un titre plus qu’un autre, tout ici est signé du sceau de l’excellence. Trahan et son band excellent dans le two step et la valse: « La Reunion », « The Whole World’s Waltz », « Merci et Bonsoir », le Reggae Zydeco: « Keep Walking » avec de magnifiques choeurs d’enfants, « Guilty Till Proven Innocent », « When Love Takes Over », le zydeco traditionnel : « Mr. Bernard» avec un impayable Rodney Bernard au chant, «Ossun Get Down».
Le groupe s’avère également parfait dans le domaine de la ballade nouvelle orléanaise « You’ll Never Make It If You Never Try » et dans des pièces plus inventives comme « Same Knife Cut The Sheep Cut The Goat » avec une intro à la flûte qu’on croirait sortie d’un ancien Jethro Tull. « Sad But True » fera la joie des danseurs et contient des émanations du « Beat It » de Michael Jackson. Mouillons nous un peu et donnons la palme d’or à l’hypnotique « HTDV » où l’harmonica de Doug Garb livre un remarquable duel face aux accentuations Hop de son leader et aux solos aériens de Daniel Sanda.
Un album plus zydeco que cajun, inventif, plein d’entrain et superbement métissé avec un Horace Trahan époustouflant qui nous tisse un merveilleux patchwork. Fortement recommandable. Disponible sur le site de l’artiste.

http://www.horacetrahan.com/

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?