Hey Negrita, quoi d’autre ?

Hey Negrita – Burn The Whole Place Down : A Real Live Acoustic Smokeout – FatFox 2009
C’est d’abord la voix de Felix Bechtolsheimer qui m’a frappé quand un mien ami m’a fait écouter pour la première fois le Cd « Burn The Whole Place Down » du groupe anglais Hey Negrita. En particulier des titres comme « Here I Come », « One Mississippi » « Cold » sur lesquels la gouaille british de Felix m’a rappelé Mark Knopffler, Brendan Crocker avec parfois l’urgence d’un Joe Strummer, ou Shane MacGowan dans la chaleur d’un pub irlandais… Et puis, ce sont les arrangements, les instruments qui m’ont renvoyé immédiatement à tout ce que j’avais rêver de produire moi-même un jour. « Oui, c’est ça ! » m’étais-je dis… Un coup de foudre musical qui ne vous arrive que tous les 10 ans…
Pour enregistrer « Burn The Whole Place Down » leur quatrième album, les Hey Negrita ont réenregistré façon unplugged 12 morceaux choisis dans leur répertoire. Pendant une session de cinq heures, assis en cercle autour des micros, ils ont délibérément décidé de couper les amplis, d’oublier les casques et de faire tourner les bandes. Un instant magique qui a permis à l’ingé son des Mikolo Studios de capturer l’énergie d’un concert tout en préservant l’intimité du studio, comme si Hey Negrita jouait dans votre cuisine…
Le résultat est un très bel album folk réalisé sans overdub ni modification ultérieure. Une performance qui n’a rien à envier aux fameux concerts de MTV, d’ailleurs quelques vidéos de cette session sont disponibles sur youtube.

Mais en grattant un peu le vernis, il y a peut-être d’autres raisons à cette réussite musicale… Notre homme, Felix Bechtolsheimer, leader et chanteur du gang londonien, revient de loin, de très très loin même. Jugez plutôt. Alcoolique à 15 ans, junkie à 20, cet ancien punk, s’en est sorti In extremis. Arraché au milieu londonien par son oncle, il rentre dans un centre de réadaptation en Floride où il va rencontrer deux musiciens américains à fond de calle, un certain Jeff, ancien choriste de Ray Charles et Hans originaire de Denver qui a bossé avec Gram Parsons et Little Feat… En héritage, Hans va lui faire découvrir le répertoire des groupes fondateurs : Grateful Dead, Little Feat, les Allman Brothers… dont le jeune punk anglais n’a jamais écouté le moindre titre. Felix est séduit immédiatement par les thèmes développés dans les lyrics de ces vieilles chansons des 70’s.
Inspiré par ces rencontres et la découverte de ce nouveau terrain musical. Felix se met à écrire ses propres chansons. Quoi de meilleure thérapie ?
Il rentre à Londres un an plus tard avec 50 chansons dans ses valises, mais il faudra encore attendre trois longues années semées de nombreux projets avortés pour que le premier disque de Hey Negrita « We Are Catfish » sorte enfin en 2005.

« Burn The Whole Place Down » est assez éloigné des concerts puissants habituels de Hey Negrita. C’est un album qui permet de découvrir le groupe dans une ambiance plus détendue, le son acoustique façon skiffle met en valeur les mélodies et les textes de leurs meilleures compositions. Un disque à découvrir et à écouter en boucle en attendant de rencontrer Hey Negrita sur scène en France… Patience.

http://www.myspace.com/heynegrita

Jérôme Travers

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?