Hell’s Kitchen & Rodolphe Burger et James Blood Ulmer au Cabaret Sauvage.


Hell’s Kitchen & Rodolphe Burger et James Blood Ulmer au Cabaret Sauvage.
Affiche alléchante que ce duo de choc dans le cadre de Jazz à La Villette pour cette rentrée parisienne. Et pour ne rien gâter en première partie, les Hell’s Kitchen. Ceux-ci sont de Genève et sans aucun doute, avec Mama Rosin, les meilleurs représentants helvètes de ce croisement entre tradition du blues rural revisité et modernité urbaine.
Rapide entrée de Rodolphe Burger présentant les Hell’s Kitchen avec lesquels il a collaboré sur leur dernier album.

Ceux-ci attaquent et nous présentent nombre de morceaux de “Dress to Dig” paru chez Dixiefrog en début d’année ainsi que quelques uns plus anciens.
Nous retrouvons la formule du groupe sur scène (déjà vu à La Maroquinerie en février 2010). B. Monney (guitares) assis et trépignant des pieds, avec de belles envolées de guiboles, se mettant de tant à autre débout pour quelques tortillements à la plus grande joie du public féminin, mais pas que ! C. Ryser (contrebasse) imperturbable tout au long du concert, jetant des regards malicieux vers ses deux acolytes surexités.

C. Taillefer (batterie, percuterie), tapant ou frottant sur tout ce qu’il a installé (tube, tambour de machine à laver, pelle en acier, frottoirs, poêle de cuisine…) au moyen de baguettes mais aussi de cuillère de bois, fouet de cuisine). Bon la cuisine nous l’avons. Quant à l’enfer il est sur scène et dans le public qui accroche à cette ambiance pas forcément très jazz mais au combien vivifiante.

Quelques minutes de patience où nous avons tout juste le temps d’évoquer les carrières respectives des deux guitaristes que nous attendons.
L’un, américain, a commencé chez les Jazz Messengers d’Art Blakey, est passé chez Ornette Coleman, et depuis quelques années s’est retourné vers un blues forcément harmolodique dont témoignent ces récents enregistrements. Citons ici “Birthright” en 2005 et “Bad Blood In The City” en 2007 centré autour de l’après Katrina à la Nouvelles Orléans.
L’autre, Vosgien de cœur, ex guitariste de Kat Onoma, a multiplié les participations ces dernières années sur de nombreux projets dont ceux avec Bashung (le Cantique des Cantiques) Olivier Cadiot (Hôtel Robinson) et quelques albums sous son noms (Cheval Mouvement, Meteor Show,…) dont il ne cesse de revisiter nombre de titres pour les reconstruire (Valley session en 2008 avec Eric Truffaz par exemple).

Mais pour beaucoup de personnes présentes, c’est l’album en commun que les deux compères ont réalisé en 2003 ” Guitar Music Blood & Burger” qui fait référence.
Et question référence le public va être gâté. Epaulés par un pianiste et une section rythmique carrée, les deux guitaristes attaquent. James Blood Ulmer souvent assis, Rodolphe Burger, surexcité, tout en jeux de mains glissant sur le manche, manquant à plusieurs reprises de se casser la figure tant il voudrait donner. Après une brève intro, s’enchaînent “House People”, “Are You Glad to be in America”, “Blues Allnight”, “Huit Couché”, “Cheering”, “Long Legged Fly”, “Marie“, “Let Me Take You Home”, “Play with Fire”, “Unlimited Marriage” . Excepté ”Marie“ rien de nouveau mais quel pied. Le public en redemande alors que c’est déjà la fin. Rappel demandé, exigé. Certains se prennent à vouloir une version de ”Radioactivity”.
Ils ne l’auront pas mais se satisferont amplement de “High Tech” où le groupe est renforcé par la participations des trois cuisiniers helvétiqueset d’un “Billy The Kid” samplé en diable par Rodolphe qui se termine sur un “I Love You”.

What more ? Us too, we love you, James & Rodolphe !

Serge Sabatié
photos : Miss Béa

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

1 Commentaire
  1. Jipes 10 ans Il y a

    Très beau contrendu de concert ! Ca donne fortement envie de les voir près de chez moi, bien dommage que seul la Capitale offre ce genre de spectacles a moins que l’année pürochaîne le Festival “C’est dans la Vallée” qui sait …

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?