Aimez-vous Greg Brown ?… (part #2)

Il faut entendre dans le Live “In the hills of California” enregistré dans le cadre du “Kate Wolf Music Festival” ce doux colosse aligner entre les chansons de véritables petits sketchs entre auto-dérision et vannes tendres dans un ping pong verbal alcoolisé avec le public qui n’en peut plus de se marrer. Et tout cela s’intercale à la bonne franquette entre une lecture à cappela d’un poème de Gary Snyder, un Boogie bien roots ou une ballade folk à broyer le cœur de n’importe qui.
Cette diversité trouve certainement son origine justement dans les origines de la bête. Greg Brown est né dans l’Iowa. Sa mère prof d’anglais jouait de la guitare électrique. Sa grand mère était une poètesse et son père un prêcheur pentecotiste. Gospel, Hillbilly, Country, Blues et Folk mijotaient sans arrêt à la maison, ou plutôt devrais-je dire, les maisons, vu le rythme des affectations du papa. Très jeune, il se met à étudier le chant classique, le piano et l’orgue à pédales (pump organ) tout en participant aux offices et aux concours de chants chorales.
Il monte ensuite à New York, Portland et Las Vegas où il officie comme “ghostwriter” pour Buck Ram le fondateur des Platters. Tout cela le gonfle assez vite autant que la vie urbaine. Le retour au bercail décidé, il tourne avec son groupe dans les circuits des clubs du Midwest et les coffeehouses tout en bossant au sein de la “Prairie home compassion”.
Toutes les pièces du puzzle emboitées, musicalement, intellectuellement et émotionnellement ; les albums suivants dessinent de plus en plus finement le contours d’une œuvre majeure où, d’un détail de la vie courante, se dégage un éventail de valeurs universelles basées sur la tendresse, l’humour et l’ironie.

” I’m fall in love like a drunk in a pound
that twisted gal of whom I was found
She found a new man on the internet
Wham I’m spam and it’s COLD and DARK and WET…”

Taillé comme un bucheron, il a aussi mis sa voix de tourbe au service des poèmes de William Blake en 1986 en enregistrant “Songs of innocence and expérience” et suivra même en 1993 un disque pour enfants ayant pour titre “Bathtub Blues”.

Tony Joe White, Town Van Zandt et John Hiatt : Greg possède avec eux, outre leur talent de songwriter, cette particularité d’avoir été repris par beaucoup de monde mais sans qu’aucune de ces covers ne dépasse l’original. Excepté peut-être quand Steve Earle reprend “Tucomseh Valley” sur “Train’a comin'” en 1995 après son séjour en pénitencier.
Un signe…non ? D’ailleurs sur le dernier Live de Rainer Ptacek, une de ces chansons est reprise et c’est à chialer tellement c’est beau.

Ce mec est un type bien.

Paco

 

les 5 derniers articles de paco

1 Commentaire
  1. Parispal 14 ans Il y a

    Salut Paco,

    je viens de m’inscrire sur ce site.

    Greg Brown et Bo Ramsey seront à la Pomme d’Eve les 15 et 16 avril 2008. Je sais, je ne suis pas en retard!

    En attendant, d’autres concerts auront lieu, dont Grayson Capps le 18 octobre.

    A bientôt sur ce site

    Hervé
    http://www.acousticinparis.com

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?