Flyin’ Saucers , Swamp It Up !

Flyin’ Saucers Gumbo Special – Swamp It Up !
Cette petite perle enregistrée en trois sessions (pour cause d’invités) devrait marquer les esprits. Alors, pour les néophytes, Flyin’ Saucers Gumbo Special nous vient d’Aquitaine et a fait les beaux jours du Criketers, célèbre Club de Bordeaux, il y a une quinzaine d’années. La formation a accumulé divers trophées et a donc de la bouteille.

Le groupe s’appuie sur une excellente rythmique, le vétéran Jean Charles Duchein à la basse et Stéphane Stanger à la batterie, tout deux posant les fondations du band. Cédric Le Goff aux (claviers et piano) vient adoucir le fumet du gumbo, tandis que l’excellent Fabrice Joussot à la guitare apporte un phrasé éclectique, aussi à l’aise sur les pièces blues, funk que sur le répertoire New Orleans ou zydeco. Fabio Izquierdo (harmonica, mélodéon, tambourin, squeeze box et chant), fondateur, reste le leader naturel du groupe.

Ce qui frappe d’entrée avec « Swamp It Up », en dehors de la cohésion du groupe, c’est la justesse d’un répertoire qui suinte l’authenticité et la diversité du vocal.

Outre les invités, Cédric Le Goff, Fabrice Joussot et Fabio Izquierdo se partagent le micro avec un égal bonheur. Le band nous offre pourtant une tambouille dans laquelle quelques ingrédients pourraient offusquer certains palets. On pourra aussi apprécier le travail d’écriture du groupe ; sur les douze titres, on ne retrouve que deux reprises : le « Rainy Night In Georgia » écrit en 1962 par Tony Joe White et popularisé par Brook Benton. Repris à toutes les sauces (soul blues, folk, ballade hillbilly, pop et même reggae) le standard de White pouvait faire tâche ici, mais le groupe parvient à titiller l’oreille avec une version décoiffante chantée par Jimmy Burns. La seconde reprise « Pray For Your Daughter » d’André Williams, un inusité sorti en 2008 sur Bloodshot Records, est encore une bonne pioche superbement interprétée par Sugaray Rayford. La chanson marque une rupture avec les autres textes beaucoup plus festifs, le morceau évoquant la galère d’une jeune junkie en quête de sa substance favorite.

Flyin'Saucers Gumbo Special en première  partie du concert de Tom   Principato 11 oct. 2014 - L'Odéon - Scène Jean-Roger Caussimon Tremblay-en-France

Flyin’Saucers Gumbo Special en première partie du concert de Tom Principato : 11 oct. 2014 – L’Odéon – Scène Jean-Roger Caussimon Tremblay-en-France (photos Miss Béa)

DSC_0164

Cédric Le Goff aux claviers

DSC_0162

Phil « Zydeco » Sauret au frottoir, Invité à partager la scène avec les Flyin’ Saucers

De nombreux invités sont venus prêter main forte : Outre Sugaray Rayford et Jimmy Burns, on retrouve Anthony Stelmaszack à la guitare rythmique sur un titre, Manu Bertrand (banjo) sur la reprise de Williams, Phil « Zydeco » Sauret au frottoir sur « Jailgator Groove », une bonne section cuivre (Thomas Besse au trombone, Romarick Bougé trompette et trombone et Bruno Thiery au saxophone) qui apporte relief, subtilité et dimension sur « Pichtraow Time », « What Ya Doin’ First ? » et « Don’t Look Back ». Terminons ce panorama par Loretta, honneur aux Dames, époustouflante sur le swamp blues « Freeborn Man » merveilleusement lancinant.

Il nous semble ardu de ressortir un titre plus qu’un autre, il y en a pour tous les goûts : du New Orleans Sound avec « Pichtraow Time » et une intro annonce radio à vous couper le souffle, le funky « What Ya Doin’ First ? » ou bien encore « Don’t Look Back » qui ferait pâlir Allen Toussaint. Les amateurs de ballades louisianaises ne seront pas déçus avec « Dance Around Me », digne de Toussaint McCall ou Lee Dorsey. Les amateurs de zydeco pourront se dégourdir sur « Tailgator Groove » et sur l’impayable rockin’zydeco « Women & Buicks » … tout un programme ! Le blues n’est pas oublié, la preuve avec l’envoutant « Freeborn Man », FSGS nous offre aussi deux pépites de swamp pop avec « Real Mean Man » et l’endiablé « My Dog ». Le back porch blues, à la Tony Joe White, est lui aussi bien présent avec « The Great Zombie » et « Rainy Night In Georgia ». Mais un titre résume à lui seul ce patchwork louisianais « Pray For Your Daughter » interprété par l’impressionnant Sugaray Rayford.
Avec ce disque, la formation bordelaise a mis la barre haute. Un superbe melting pot qui vous fera voyager de la Crescent City en passant par Lafayette, avec escales à Eunice et Baton Rouge. Attention au risque de chavirage…  les alligators et crapauds buffles ne sont jamais bien loin des bayous.

http://www.flyinsaucersgumbospecial.com

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?