Everybody knows who he is… Bobby Rush

Bobby Rush – Live at Ground Zero
(Blues Club, Clarksdale ¯ Mississippi)
Rush Hour DEDV 3001 – deeprush@earthlink.net
Superbe coffret comprenant un CD Live accompagné du DVD, comme l’ensemble proposé par Rounder pour Charles Brown, mais cette fois ci sans livret mais avec un Bobby Rush en show-man et en pleine forme.
Bobby Rush est la grosse vedette du chitlin’ circuit (circuit des andouillettes), véritable circuit parallèle où des artistes peuvent émerger sans avoir eu trop de succès en disque.

Rush depuis les années 70, dans un registre où le blues et le funk s’entremêlent pour donner une combinaison rafraîchissante, aérée et pleine de rythme et de tempo, a réussi à fidéliser un public. On a le droit à de véritables saynètes où la vie des noirs du sud est décrite avec un humour parfois un peu cru, une gouaille souvent salace et quelques accents machiques et vaudevillesques.

En 2001, lors de son unique passage en France à Cognac, le show de Bobby Rush avait été mal perçu par de rares spectateurs et chroniqueurs. Le public avait dans son ensemble très bien adhérer au show de Bobby. Certains propos virulents et une petite campagne de presse avaient suivis nécessitant un article de notre illustre confrère Soul Bag. Il convient en premier lieu, pour les petits esprits, de signaler que sur le DVD, Bobby n’est pas accompagné d’une danseuse mais de quatre danseuses choristes, présentes et remuantes. Dans sa chronique pour Soul Bag, Jacques Périn emploie le terme callipyge et je dois dire que c’est le terme adéquat et unique à utiliser ici.
Au niveau musical, Bobby est superbement accompagné par Stephen Johnson et Terrance Young aux guitares qui s’offrent quelques solos irréprochables. Terry Richardson tient la bass, et Bruce Howard les baguettes, enfin les claviers sont représentés par Joseph Banks et Paul Brown qui fait office de cuivres synthétiques. On peut dire que ça joue carré ! Bobby reprend quelques uns de ses succès Evil, Chicken Heads, What’s good for the goose, et il convient de noter un superbe passage à l’harmonica sur la plage 10. Enfin le titre 9 Everybody knows who I am n’est pas sans évoquer Hoochie Coochie.

Dans la pochette intérieure, cinq danseuses sont citées. Il s’agit peut être d’un hommage, en 2001 Bobby et son band ont été victimes d’un grave accident de car dans lequel devait malheureusement décéder Latisha Brown.
Pour les amateurs, je rappelle que Bobby Rush est longuement présenté dans le film The Road to Memphis, volet numéro 2 de la série de Scorsese, où de superbes séances filmées le présentent dans sa vie quotidienne.
Bobby Rush a souvent eu d’excellents accompagnateurs parmi lesquels Luther Allison. Il a sorti de très bons albums chez Ichiban, Woldoxy mais les meilleurs sont certainement sur le label LaJam avec « On Sue » et « Gotta have money ». Désormais Bobby vient de créer son propre label Deep Rush et un prochain CD devrait sortir en juin, beaucoup plus Blues que cet album en public.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?