Eric Bibb au New Morning le 17 mars 2003

C’est un New Morning un peu clairsemé qui a accueilli Eric Bibb hier soir. Pourtant, je vais peut-être décevoir ceux que son éclectisme rebute (les absents on tord c’est connu), Monsieur Bibb nous a bel et bien donné un grand concert de BLUES. Un Blues qui ne renie certes en rien les influences qui ont marqué sont parcours et dont témoigne sa discographie, mais un Blues bien enraciné, empreint d’un naturel, d’une simplicité et d’une pureté qui me touchent beaucoup. Et pourtant étonnamment puissant ce soir sur beaucoup de chansons : personnellement j’aimais beaucoup ses titres aux accents funky comme « keep my cool », qui fonctionnaient très bien en duo acoustique ; son accompagnement à la guitare y est simple mais les riffs en picking, qui sont un peu sa marque de fabrique, sont imparables. En version studio orchestrée, ces morceaux dévoilaient tout leur potentiel grâce à des arrangements intelligents, un groove tout en finesse. Et bien, pour ma plus grande joie, cette ambiance a marqué le concert d’hier soir de façon récurrente. La limpidité connue de son jeu est relayée avec la même simplicité par le groupe, composé de Dave Bronze (bass) Bjorn Gideonsson (dms) et Janne Petersson (kb, acc). Ca joue simple et efficace, toujours en finesse et (mon dieu …) qu’est-ce que ça groove. Et là, le chanteur montre qu’il peut déployer une énergie qui en a surpris plus d’un. Ajoutons à cela une voix superbe, dans le timbre et la justesse de l’interprétation, une qualité de contact avec le public qui crée une ambiance recueillie, qu’est-ce que vous voulez de plus … un public un peu plus réactif peut être ?
Eric nous a concocté pour cette soirée un mélange adroit de titres anciens et issus du dernier album « Natural Light », de titres joués seuls et d’autres accompagnés de tout ou partie du groupe, de ballades intimistes et de rythmes entraînants. Et même une reprise (parait qu’il faut dire cover maintenant) de Hendrix : Angel accompagné par contrebasse et piano, un vrai morceau de bravoure au chant. Son Blues peut être très pur ou subir des influences folk, se la couler douce ou s’animer d’un groove contagieux, se teinter de jazz ou s’enflammer d’un “gospel spirit” qui n’est jamais bien loin … de quoi faire rameuter à l’église les soiffards du bistrot d’en face. Mais Eric Bibb, c’est toujours Eric Bibb : une spiritualité animée par l’énergie du blues. On est vraiment entre les deux pour le meilleur et pour … le meilleur.

Papagombo

 

les 5 derniers articles de anonyme

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?