Elise & the Sugarsweets, le renouveau du rhythm & blues français

Default Icon

Elise And the Sugarsweets, groupe français est de ces jeunes pousses qui méritent notre attention. Rappelez-vous, il y a quelques semaines, notre toubib vous avait mis l’eau à la bouche avec une vidéo où Elise Heyte présentait le premier clip officiel “I’m on Fire” où le groupe et les copains s’en donnaient à cœur joie sur le titre qui ouvre ce nouvel album. 

Attendu pour décembre, sorti finalement en janvier ce véritable premier album après la formidable carte de visite et de présentation qu’avait été leur premier EP “When The Whistle Blows” est donc dans les bacs depuis quelques jours et le moins que l’on puisse dire c’est que au delà du blues dont sont originaires les membres de ces sucreries la sauce R & B Soul prend. 

It Can’t Go Wrong, Elise And the Sugarsweets

Attention, entendons-nous, il ne s’agit pas de la soul insipide qui coule à flot sur certaines radios qui balancent des produits formatés. Car les sucreries qui accompagnent Elise ont des heures de vol, d’écoute et des connaissances musicales incontestables de cette musique qu’il convient d’appeler le Rhythm & Blues. 

Si la voix d’Elise fait merveille sur des titres (Room 26, Humble Woman,…) c’est en fait un véritable combo taillé pour la scène qui se présente à nous. La rythmique des frères Ferrié, Jérome à la basse, Olivier à la batterie se révèle pleine de retenue sur plusieurs morceaux laissant Sylvain Lansardière à l’orgue Hammond (écoutez l’intro de “Stupid Lover”) ou Olivier Raymond à la guitare placer de courts solos ravageurs.

Trois titres écrits par Bernard Sellam d’Awek dont le titre qui donne le nom à cet album et voilà un parrainage assumé.  Par ces temps plus que moroses, des titres comme “Thinkin’ About The Good Time” ou “It Can’t Go Wrong” nous réchauffent le cœur.

Elise Heyte – © Miss Béa

Et en prime le groupe n’oublie pas que cette musique est aussi faite pour danser (Shake your Legs). Cela sent le travail, la connaissance musicale, la transposition réactualisée d’une musique qui depuis soixante ans nous a souvent emportés vers des cieux où tout est beaucoup plus gai que la réalité. Mais en plus on ressent une osmose entre la jeune front woman et les autres membres du groupe, tant le tout sonne naturel.

Au final, peu ou pas de déchets sur cet excellent album. Un grand groupe en gestation qui ne déparera pas dans la lignée de ses glorieux ainés. 

Nous ne saurions trop vous inviter à réserver vos places pour le concert de présentation de ce nouvel album au Triton aux Lilas le 23 mars 2019.

 

Serge Sabatié – Photos Miss Béa

 

les 5 derniers articles de Serge Sabatié

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?