Des femmes, du fric et des guitares…

Interview

Il est le leader charismatique du groupe New Chump Change mais il n’hésite pas parfois à tenter l’aventure en solo. Rolf Lott m’a envoyé il y un bon moment sa démo solo « Alone at a Hot Summer Night ». Je lui devais une interview. Voici l’oubli réparé par un interview tonic en 10 questions…
Que dois-tu à ta guitare ?
Rien en principe, si ce n’est plus de dettes… ( Bon, beaucoup de plaisir aussi )

As-tu une préférence pour l’une d’entre elles ?
ça dépend des humeurs et des circonstances…
des températures etc. un jour je préfère la sèche et le lendemain l’électrique… mais dans la plupart des cas je préfère celles des autres aux miennes…
Dans son dernier album, Bernard Lavilliers, dédie une belle chanson à sa guitare… Il chante qu’elle est derrière ses mots… Comment composes-tu ? Places-tu les lyrics sur la musique ou pars-tu de la musique pour écrire
les textes ?

je pars sur un truc qui me tourne dans la tête, ça peut être une phrase, une expression, une citation (lyrics d’abord), un son, un rythme, un riff, une harmonie (la musique d’abord dans ce cas), ça dépend!

Beaucoup de guitaristes sont de gros accros au matos, fais-tu parti de cette tribu ? (jai posé cette question également à Mudcat)
Non, du tout! le seul truc qui m’intéresse avec le matos c’est qu’il sort un max de ce qu’on veut en sortir (pareil pour l’instrument que pour l’amplification), mais dans ce contexte là, du bon bois, de la bonne lutherie et un ampli à lampes c’est plus intéressant quand même.

Côté matériel tu utilises quoi ? si tu as quelques trucs et astuces n’hésite pas…
Il faut que ce soit pas cher et que cela tienne longtemps!
je ne m’enthousiasme pas beaucoup pour les “solid bodys”, je suis plutôt “caisse” ou “demi-caisse”!

En ce moment as-tu un rêve de guitare ?
Oui bien sur! une avec un grand manche, du bon bois, bien faite, sensible aux attaques et légère… pourquoi?… ben, il me semble que ça n’existe pas (au moins pas dans mes prix).

Côté slide, dans le dernier numéro de Crossroad, Napoléon Washington déclare que c’est souvent la guitare qui décide et ce surtout en slide, il faut savoir l’apprivoiser… Partages-tu ce point de vue ?
je ne comprends pas tout à fait le sens ?… Mais si cela veut dire qu’on décide au dernier moment de ce qu’on va faire et que la guitare y est pour beaucoup, oui. (Par exemple si on laisse sonner une note parce qu’elle sonne bien ou si on l’utilise plutôt comme effet « percussive ».)

Tu sors des démos, des CD depuis 1996, je pense, enfin j’imagine que ton approche de la musique a changé…
(précision de Rolf : depuis 1990 des cassettes et depuis 93 des Cds)

Pas énormément, je dirais plutôt approfondi, assagi ou évolué que changé ! Je suis moins nerveux (j’espère au moins) et le chant s’est un peu amélioré au fil des années (mais pas assez!).
Et puis comme je disais au début : la guitare ne m’intéresse plus du tout (au contraire : tout ce pipo autour des gratteux ça m’énerve, ça vient de la culture Rock ça et la je n’adhère pas), j’écoute (et je veux jouer) de la musique, pas que de la guitare, le chant d’abord, le
rythme, les arrangements, les souffleurs, pianistes et organistes, la basse, la batterie… la guitare vient loin derrière tout ça!

Aujourd’hui, comment envisages-tu l’avenir du blues, de ton blues ?
Ce sont deux choses très différentes! En ce qui concerne “le blues” en général, c’est un art en voie de disparition à mon avis, un processus qui ne va pas encore être terminé à la fin de ma vie. Alors je peux toujours essayer de faire plaisir à un maximum de gens tant que et autant que je peux, tout en les orientant autant que possible vers les grands créateurs de cet art!

Suivant l’adage : dis moi ce que tu écoutes, je te dirais qui tu es… Peux-tu pour les lecteurs de Docteur Blues, nous filer ta play-list de rêve en 5 titres ou 5 albums de blues, attention, je veux les dates et les versions, la totale…
Non, non, non… pas possible… pour mes “all time favorits” tu peux chercher dans :
B.B. King – Live at Regals
Albert King – Live Wire
Otis Spann- Candid Spann (ça fait déjà deux disques)
Jimmy Smith – Blue Bash
Kenny Burell – Midnight blue
tout ce qui existe de Skip James et Sonny Boy Williamson II (Rice Miller) et presque tout de ce qu’il existe de T.Bone Walker, Otis Rush, Magic Sam, Bobby Bland et Esther Phillipps, les Buddy Guy et Junior Wells de 58 à 78 (à peu près)… ça c’est pour les “anciens”
puis il y a des contemporains comme Bobby Rush,Bettie Lavette, Mem Shannon, Lurrie Bell, James Armstrong et Joe Louis Walker qui me fascinent… et si tu me demandes la même question demain, je t’en dirais d’autres et j’en oublierais quelques-uns de cette minuscule liste!

Où en es-tu en solo ? Vas-tu finalement continuer dans cette voie, Clapton dit souvent qu’un homme seul avec une guitare, c’est l’essence du blues ?
Du bla-bla tout ça! L’essence du blues, c’est de faire plaisir aux gens, les émouvoir, leur donner la possibilité de sortir ce qui reste coincé en eux, une sorte de thérapie quoi, de leur donner la force pour continuer de vivre et changer les choses pour mieux vivre! ça si tu peux le réaliser à 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10 ou à 40… qu’importe…!!
Ce que J’adore dans le show en “solo” c’est le côté liberté, on peut vraiment faire ce qu’on a envie, répondre à toutes les demandes du public ! D’ailleurs j’ai commencé à tourner en solo, presque exclusivement pendant plus de six ans après mon arrivée en France. Mais musicalement ce n’est pas le truc qui me botte le plus, j’aime bien, mais ce n’est pas là où je peux m’exprimer le mieux! Il y a des spécialistes pour ça et moi je n’en fais pas parti. Je le fais surtout pour des raisons économiques. ça me permet de jouer plus souvent et dans des petits endroits qui n’ont pas le budget ou la place pour embaucher un groupe entier!

Parles-nous de la région où tu es installé… C’est loin l’Allemagne ?
Ben, c’est le sud de la France, le Languedoc-Roussillon, une très belle région (comme la plupart des régions de France), il y a un peu plus de soleil, il fait plus chaud mais on a plus froid aussi (les températures basses frappent plus forts – question constructions, fringues et budget – et humainement c’est nettement plus froid que le nord, me semble-t-il). Mais que c’est loin d’Allemagne (800km de la région où j’avais mes principaux ports d’attache) En fait, ça ne me dérange pas du tout, ça pourrait être encore beaucoup plus loin, no problem !

Tu as le mot de la fin… Une anecdote, une histoire drôle, un souvenir de guitare…
Drôle, non! les guitares c’est comme les femmes, tu as une anecdote drôle d’une femme toi? On est heureux quand on peut jouer avec, dès qu’on arrête c’est plutôt une source d’ennuis ;-)
En fait: contrairement aux femmes, j’avais seulement deux bonnes guitares dans ma vie: une était une Gibson ES 345, que j’avais achetée en prenant un crédit de 2200 DM (1100 EUR oui , c’était une autre époque – 1982 – et un super deal), que j’ai été obligé de vendre deux ans plus tard (pour rembourser le crédit et pour pouvoir déménager) pour 1600DM (800 EUR)… Quand je vois ce que ça vaut aujourd’hui je grève* deux fois (une fois pour la guitare et une fois pour les sous perdus!)
La deuxième c’était une Guild acoustique (F 50 ?), qui a dû subir beaucoup de chaleur lors d’une tournée en Bretagne, pendant un début d’été (les bouchons en pleine canicule, la plage etc.), et un soir, j’ouvre la caisse et le manche s’était décollé (t’imagine le choque: tu ouvres la boîte et la tête se dresse à presque 90 dégrés!).
Un truc un peu rigolo quand même: cette guitare a été réparée et deux ans plus tard, on a mis le feu à ma voiture et elle était dans le coffre. La voiture a entièrement gramé*, mais la guitare n’a pas eu le moindre dégat! Un vrai miracle ! Malheureusement, elle n’a pas pu résister à ma mauvaise situation financière et j’ai été obligé de la vendre aussi.
Pas de chance, mais comme un collègue m’a toujours dit: “les guitares c’est comme les femmes: il faut les changer de temps en temps”…
On se quitte là dessus, Merci Rolf et à bientôt sur la route…
Oui, j’espère !!! et merci à toi!

Visitez : www.newchumpchange.com

Propos recueillis pas Docteur Blues

(* j’ai laissé volontairement quelques marques d’accent germanique pour rendre l’interview plus vivant)

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?