De Tombouctou à Bandiagara : l’autre route du blues…

Default Icon

Sortie nationale le 25 décembre 2002 de “Je chanterai pour toi” un film de Jacques Sarasin
A la radio, dans les années soixante, Boubacar Traoré réveille chaque matin le Mali en chantant l’indépendance. Il fait danser tous les jeunes sur ses tubes mais sa musique est uniquement diffusée par la radio et il n’a pas un sou en poche. Quelques années plus tard, un drame le frappe : Pierrette, sa femme aimée décède.

“KarKar” ne s’en remet pas et s’exile en France. Il travaille dans le bâtiment et chante dans les foyers d’immigrés de la région parisienne où il passe sa vie.
C’est le point de départ du Film “Je Chanterai pour toi” de Jacques Sarasin, plus qu’un documentaire sur ce magnifique musicien aussi unique qu’imprévisible, ce film est avant tout le regard d’un réalisateur sur un artiste lié à l’histoire de son pays : le Mali. Grâce à une écriture cinématographique “bluesy” et à une approche sensible des images et des sons, le film est le révélateur de la musique de Boubakar Traoré.
Des images prises à la volée, cotoient des documents d’archive sur l’accession du Mali à son indépendance. Des images en noir et blanc filmées par des Russes, des Yougoslaves qui soutenaient le nouveau régime du Président Modibo Keita. Boubakar Traoré se produisait à l’époque dans les « grins », des petits clubs qui ont été balayés ensuite par le nouveau gouvernement, parce qu’ils risquaient de devenir des «foyers de révolution», les jeunes désertaient les réunions politiques pour faire de la musique.

“KarKar” a été le premier à chanter du twist avec une guitare électrifiée, c’était tout à fait nouveau en Afrique. Sa chanson «Mali Twist» fut l’hymne d’une génération. Ali Farka Touré et les autres sont arrivés bien après lui. Après ses années “glorieuses” ses chansons sont devenues plus «blues» en reprenant des thèmes Africains classiques qu’il met ensuite en musique. Boubacar Traoré est souvent comparé à Robert Johnson ou John Lee Hooker… Sa musique est blues, dans tous les sens du terme. Il chante la souffrance, et surtout la douleur que lui a causé la mort de sa femme et peut-être aussi la désillusion d’un peuple.

je chanterai pour toi

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi
DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?