Crawfish Lady

Brian Lee – “Crawfish Lady” – ENJA 2000 BLU-1035 2
Dans vos bacs depuis octobre 2000, ce disque marque un tournant dans la carrière du guitariste aveugle, légende de Bourbon Street à la Nouvelle Orléans.
En effet, ce nouvel opus sorti sur le label “ENJA” montre l’évolution discographique de ce musicien expérimenté jugez plutôt : 40 ans de carriére de Chicago à la Nouvelle Orléans en passant par Memphis et plus de sept albums sous son nom.

Entrons dans le vif du sujet avec le premier morceau “Palace of the Kings” une reprise d’un morceau du grand Freddy King dont Bryan est un fan absolu. Ce morceau démarre en trombe avec une excellente rythmique basse, batterie, orgue et une section de cuivres idéale. La voix chaude et puissante de Bryan fait merveille et sa guitare est tranchante à souhait.

Suit “Louisiana Women” un slow blues soutenu avec brio par les cuivres et l’excellent Mark Adams à l’orgue Hammond. La guitare s’en donne à coeur joie et la température grimpe clairement de plusieurs degrès. “Can’t get enough” un petit shuffle à la Louis Jordan avec un piano stride du plus bel effet tenu par Georges Rossy. Un chorus de sax bien baveux et le tour est joué.

“Crawfish Lady” un petit funk louisianais avec des backing vocals sensuels . La guitare de Bryan joue les pyromanes dans un style inspiré d’Albert Collins et Albert King.

Le cinquième morceau de l’album “Why did you do it” présente un morceau funky apparenté à “I’ll play the blues for you” ou “Cadillac assembly line” du défunt Albert King, du bon blues qui transpire.

Un petit blues basique “What you gonna do” à la Hoochie coochie man illuminé du piano et du sax de Jordy Golick et nous voici rendu au fantastique instrumental “Noyze with the Boyz” cosigné par Bryan et Mark Adams. Le funk néo orléanais à la Meters refait surface, belle réussite en vérité ! Passons sur le morceau suivant une ballade peut être un peu trop molle à mon gout et arrivons à “Something’s wrong” une rumba blues typique de la Nouvelle Orléans (Prof Longhair ou Snooks Eaglin) 4’52 de bonheur

“Winehead Woman” est un blues west coast rappelant T-Bone Walker, le piano pleure ses trilles et l’orgue prend le relais avec la cabine leslie à fond. “Chitlin’s” deuxième instrumental de ce disque est un blues funky un peu à la manière de Booker-T and the MG’s, Mark Adams s’illustrant une fois de plus à l’orgue.

“Kiss my ass for a change” au titre éloquent vient clotûrer cet album avec son texte humoristique sur les déboires d’un amoureux malheureux en ménage un petit swing ou la voix de Bryan est excellente comme à son habitude. Et voilà après 59 mn de bon blues vivement la suite et voir Bryan en concert en Europe !

Chronique réalisé par Jipes

 

les 5 derniers articles de Jipes

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?