Chubby Carrier reprend la route…

Chubby Carrier & The Bayou Swamp Band – “Bayou Road” Swampadellic Records
Le nom de Carriere (avec ou sans E) est l’un des patronymes les plus représentatifs du Zydeco. Chubby est issu d’une longue lignée de musiciens : Ernest (et ses frères, tous d’excellents accordéonistes), puis viendront Eraste et Joseph dit « Bébé » auxquels succéderont Calvin (fils d’Eraste) et Beatrice (fille de bébé… Enfin de Joseph si vous préférez). Ces quatre derniers ont joué aussi au sein des Lawtell Playboys (qui deviendront par la suite The New Lawtell Playboys). Une branche de la famille perdra ensuite son E, anglophone oblige !

Là on attaque les choses sérieuses avec Roy (fils de Warren, et fondateur des Nightrockers) Puis viendront donc Chubby et son frère Troy (alias Dikki Du). Si vous avez suivi… Vous avez du mérite, si par hasard vous aviez quelques doutes, Roy Carrier a déjà été chroniqué sur ce même site (voir archives fév. 2005). Pour ne pas risquer de perdre le lecteur, je ne parlerais pas des cousins, excellents mais nombreux.

Joseph Roy Carrier alias Chubby est né en 1967 à Lafayette. Il fait ses débuts sur scène à l’âge de 12 ans dans l’orchestre de son père qui lui permet de manier les baguettes. Pendant que le paternel va travailler dans des raffineries ou sur des plates formes, le jeune Chubby s’essaye à l’accordéon à doubles rangées en autodidacte. Il croisera ensuite la route de Terrance Simien et ses Mallet Playboys durant 3 années. Chubby en profitera pour apprendre le frottoir. En 1989, il décide de voler de ses propres ailes et monte sa propre formation enregistrant aussitôt son premier bébé « Go Zydeco Go » suivi en 91 de « Boogie Woogie Zydeco ». Chubby et ses acolytes atterrissent ensuite chez Blind Pig et gravent le vivifiant « Dance All Night ». Cet album recueille des commentaires très favorables et va leur permettre de participer aux plus grands festivals américains. En 1996, Chubby enregistre « Who Stole The Hot Sauce? ». Il grave ensuite chez Louisiana Red Hot le Live « To Hot To Handle » qui comporte d’époustouflantes relectures Blues comme “Rock Me Baby” et “Turn On Your Love Light”. En 2006, Chubby Carrier grave son troisième CD pour le compte de sa firme Swampadellic basée à Scott en Louisiane avec « Bayou Road ». Ce nouvel opus fait suite à « Take Me To The Zydeco » et à « Ain’t No Party Like a Chubby Party » gravé sur le label de Chubby.
Ce nouvel album pourra quelque peu surprendre l’auditeur, en effet depuis le passage de Katrina, il est indéniable que le ton général des disques de Zydeco semble plus grave qu’auparavant. Les traumatismes subis par l’ouragan sont palpables, ne serait ce qu’à travers les paroles d’une chanson ou le tempo en lui même.

Ecouter un extrait de “I Don’t know What You Come To Do”
[http://www.docteurblues.fr/podcast/dont_chubby.mp3]

Avec « Bayou Road » Carrier nous offre un disque festif, très dansant et très Rock, une manière de signifier que les affaires reprennent. Le titre d’ouverture qui donne son nom à l’album rentre d’emblée dans le vif du sujet, c’est rapide, puissant et gai avec ces petites touches de guitare qui sonnent funky. Il en est de même pour les deux titres suivants. « Father of Fun » avec son intro à l’accordéon et la cadence du frottoir trépident qui ne vous lâche pas est une invitation à la danse tandis que « Bad Bad Girl » est dans la même veine avec une pincée de Swamp Funk. Chubby fait également très fort avec une relecture d’un titre de Tab Benoit « We Make a Good Gumbo », titre figurant sur le CD « Voice of the Wetlands ». Si vous appréciez les frotteurs effrénés et les accordéonistes hypnotiques, ce titre devrait vous satisfaire. La plage suivante « Get in the Pocket » nous propose une approche plus New Orleans avec l’intervention de Carl Landry au sax et Geoff Kent à la trompette. Avec « Soul Eyes » Chubby provoque une coupure salvatrice avec cette ballade très Soul, juste ce qu’il faut surtout avant une folie comme « Sauce Picante’ Zydeco », un titre capable de faire danser n’importe quel cul-de-jatte. Ceci dit ce titre est un bel hommage au Zydeco traditionnel et plus particulièrement à celui de Beau Jocque. C’est ensuite une agréable surprise avec une reprise de « Squeeze Box »… Oui oui le standard des Who. Ce morceau risque de surprendre à la première écoute mais dès la seconde on pourrait croire que Townshend l’a composé pour le répertoire Zydeco, tant le morceau sonne juste. La troupe reprend ensuite un vieux standard des Ventures avec « Cisco Kid » qui est aussi un clin d’œil à Beau Jocque. Pour clore l’album le Bayou Swamp Band reprend un morceau fétiche qui figure sur plusieurs disques de Chubby avec « Who Stole the Hot Sauce » qui permet d’entendre l’excellent Michael Juan Nunez à la slide. Mention aux membres du Bayou Swamp Band avec le virevoltant Earl Sally au washboard, A.J. Bellow à la batterie, Dwayne Dugas à la guitare et à l’excellent Corey Duplechin à la basse.

A noter également la collaboration de plusieurs invités dont Curley Taylor (2 t ;), Michael Juan Nunez à la slide (4t.), Troy Richard (harmonica 3t.), Carl Landry et Geoff Kent aux cuivres (5 et 4 t.), Rick Lagneaux au piano et à l’orgue (9 t.), et le petit dernier Misty Carrier aux chœurs présent sur 8 titres. Un disque qui sort des productions routinières.

Le Kingbee

 

les 5 derniers articles de kingbee

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?