Chicago Blues Ambasadors + Mercy

Samedi 26 mars à 21 h. Encore et toujours une belle soirée de blues à l’Odéon de Tremblay. Michel Rémond avait programmé deux groupes très différents ce soir là. Michel a pris l’habitude depuis un moment de présenter en première partie de soirée un groupe français. Cela permet au public de découvrir des groupes éloignés de l’Ile de France, mais cela permet aussi à ces groupes de jouer dans de très bonnes conditions et de se frotter à une tête d’affiche américaine ou européenne. Ce fut une belle soirée marathon de plus de trois heures de musique…

Mercy emmené par son leader charismatique Jean-Paul Avellaneda avait la chance d’ouvrir le bal. Mercy est un groupe qui ne laisse pas indifférent, un peu en marge de la production actuelle. J P Avellaneda a une vraie démarche artistique personnelle. Faisant fi de la critique, il reste un personnage en rupture entre un Higelin et un Bertignac. Cela n’a pas trompé le public à qui le trio blues rock a servi toutes ses recettes. Des compositions originales et des classiques de Slim Harpo se sont enchaînées bon train. Le guitariste introduit chaque chanson par une présentation en français. C’est vrai qu’il est passé maître dans cet exercice, sans avoir le côté prof un peu agaçant entendu chez d’autres. Il est certain que vous retrouverez prochainement ce groupe qui est parrainé cette année par le Comité de Liaison Blues. Je vous encourage également de vous procurer leur dernier CD « Magic » qui est vraiment top.

lire aussi : “Magic” Mercy Blues Band – Nocturne – NTCD341
On l’attendait depuis longtemps, « Magic » la nouvelle galette de ce trio du Sud-Est. Après avoir fait très fort avec « Tribute To Slim Harpo » Mercy récidive avec ce cd qui porte bien son titre. 64 minutes de bonheur, dont le fil conducteur est une descente dans le sud des States, jusqu’aux bayous. On trouve 10 compositions et 2 reprises, l’une de Robert Johnson et une version de Lucille très aérée.

Le seconde formation était les Chicago Blues Ambasadors constitués de Maurice John Vaughn : saxophone, guitar,vocals, B.J. Emery : trombone, vocals, Donald Ray Johnson : vocals, drums, Murphy Doss : bass
Et le renfort de deux français : Fred Brousse : harmonica, guitar, vocals, Gaspard Ossikian : guitar, vocals.

Les ambasadors n’ont pas déçu, aussi à l’aise dans le blues et le Rn’B. Ils ont démontré une grosse expérience de la scène. Tous les musiciens ont été au diapason : Maurice John Vaughn a déploié un jeu de guitare impressionnant. Un grand plaisir a été aussi d’écouter la reprise de Robert Cray « Nothin’ but a woman » entonné par JB Emery qui n’a pas été en reste au trombone et la maîtrise du batteur Donald Ray Johnson qui se pose également là comme chanteur.

La découverte pour ma part fut la présence sur scène de Fred Brousse. Ce bluesman français a fait un festival à l’harmonica, il a joué le blues, placé devant le micro chant « à l’ancienne ». Une belle soirée, cool au service de la musique et du blues avec des musiciens laissant leur ego dans les vestiaires. Très agréable.

Michel nous promet un Charlie and the Night Cats – Hoodoomen pour octobre 2005 rien que ça !

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

0 Commentaires

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?