Cahors Blues Festival 2006 – 3/3

We play the Blues
Bel exemple d’éclectisme pour cette dernière soirée… Outre les concerts gratuits de l’après-midi avec les excellents Charlaz, un groupe de rockab’ très recommandable, et le duo Bo Weavil toujours impeccable dans son interprétation Boogie-Blues, la soirée se poursuit avec Mike Welch et Boney Fields and the Bone’s Project.


Boney est venu présenter également un nouveau disque cette année, le trompettiste, qui porte le chapeau melon en hommage à Louis Armstrong, enflamme la scène avec un spectacle dont les dernières vingt minutes, selon plusieurs témoignages, sont qualifiées d’infernales…
Enfin, pour le concert de clôture, nous avons le plaisir de retrouver vers trois heures du mat aux Docks Mathis and the Mathematiks… Légère tendance, déjà entendue chez les Jesus Volt, le blues de Mathis s’orientalise, les gammes orientales font ici et là leur apparition, elles collent parfaitement aux tempos et rythmes façon Electro-Soul.

http://www.charlaz.com/
http://www.bo-weavil.com/
http://www.boneyfields.com/
http://mathis.haug.free.fr/

En quête de spectateurs !
Même si les découvertes ont été peu nombreuses cette année, le festival de Cahors continue de jouer son rôle de petit laboratoire : la révélation du groupe espagnol et la confirmation du talent authentique de Guy Roël en sont de beaux exemples…
Par bonheur d’autres bluesmen continuent leur route et durent… les Flying Saucers, les Rosebud, les Jesus Volt et le duo Two Timers tirent leur épingle du jeu.

http://www.twotimers.org/
http://www.guyroel.com/
http://www.jesusvolt.com/

Il n’y a jamais eu autant de jeunes bluesmen en France : Tia, Mathieu Pesque, Charles Pasi ou encore les Hot Fellas venus en visite… De tous les musiciens rencontrés, le constat est le même : Il est de plus en plus difficile de vivre de sa musique ! L’intermittence referme son piège. A l’heure où l’on s’interroge sur la diminution du public, sur l’augmentation des coûts et des fermetures pour nuisance sonore et que nos grands medias donnent à voir les vieux clichés éculés du Blues, tout le monde a intérêt à ce que le festival perdure encore de nombreuses années.
On ne rappellera jamais assez que la musique blues est faite aussi et surtout pour s’amuser et s’éclater et qu’il n’est pas besoin d’être initié pour tomber dedans. La reconquête du public et en particulier des jeunes doit être le mot d’ordre de tous ! Il serait vraiment dommage de savoir comment on jouera le blues dans 10 ans…

Docteur Blues

 

les 5 derniers articles de Jérôme Travers

2 Commentaires
  1. Jipes 14 ans Il y a

    Excellent tour d’horizon Jérôme, on sent la passion sous jacente !

    Ya un petit bug sur le lien du site de l’ami Guy Roël on atterir chez les Jesus Volt ! Note je les aime bien mais c’est pas vraiment la même catégorie ;o)

  2. jerome.travers 14 ans Il y a

    Bugs corrigé, merci…

Laisser une réponse

DOCTEUR BLUES © 1998 © 2016

Contact

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?